En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Texte à méditer :   À la Saint-Séverin, chauffe tes reins   
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Visites

 94580 visiteurs

 1 visiteur en ligne

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2015

Caractère dominant du mois

Janvier est marqué par une longue période de temps calme et sec en début de mois, suivie d'un temps de plus en plus perturbé, avec des précipitations abondantes en fin de mois.

  

Précipitations

Les pluies sont bien marquées sur le relief pyrénéen, ainsi que du Lot au sud du Tarn, mais beaucoup plus faibles ailleurs avec un déficit marqué sur le sud de l'Aveyron et le midi-toulousain.

Le cumul mensuel est nettement déficitaire dans les plaines, souvent plus de 40% dans le triangle Auch-Toulouse-Montauban, ainsi que sur le sud de l'Aveyron où le déficit atteint jusqu'à 60% dans le Larzac.
Les régions pyrénéennes sont en revanche beaucoup plus arrosées, avec un cumul qui dépasse souvent les 100 mm et un excédent de 50% par rapport à la normale sur la Haute-Bigorre et le Luchonnais. Les pluies sont également excédentaires, dans une moindre mesure, sur le Quercy, le Rouergue et le sud du Tarn.
L'essentiel des précipitations se concentre dans les derniers jours du mois, avec des pluies abondantes sur le piémont pyrénéen et de la neige à très basse altitude.

2015-01.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont très proches de la normale, avec une succession de périodes froides et de périodes de douceur, sans excès majeur.

Les températures moyennes de ce premier mois de l'année sont très proches de la normale sur l'ensemble du territoire de Midi-Pyrénées. On note simplement une petite différence positive pour les maximales sur les régions proches des Pyrénées avec des valeurs légèrement plus élevées.
C'est d'ailleurs sur ces régions qu'à deux reprises les températures ont dépassé les 20°C, une valeur inhabituelle pour un mois de janvier.
Ainsi, le 10 janvier la température a atteint 20°C à Augirein (09) et 21°C à Lomné (65). Puis le 13 janvier la douceur s'est encore accentuée avec 20°C à Tarbes, 21°C à Saint-Girons et 22°C à Izaourt (65).
Quant aux températures nocturnes, en moyenne rigoureusement conformes à la norme, elles ont connu de fortes oscillations. La nuit la plus froide est la nuit du Nouvel An, avec -5°C à Toulouse, -6°C à Auch, -7°C à Gourdon, -8°C à Rodez et -11°C à Aulus-les-Bains en Ariège. Puis après encore quelques nuits gélives, la douceur s'est installée jusque vers la mi-janvier.
Le 10 janvier, nuit la plus douce du mois, les températures minimales sont restées particulièrement élevées : 7°C à Brie (09), 8°C à Belmont (12), 9°C à Albi, 10°C à Montauban et 11°C à Souillac (46).

2015-01-1.png   2015-01-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est très contrasté, faible au nord, mais beaucoup plus important sur le relief du sud de la région : deux fois plus de soleil à Tarbes et Saint-Girons qu'à Montauban et Gourdon !

Un phénomène classique en hiver : les régions de plaine du nord de la région n'ont pas vu beaucoup le soleil au cours de ce mois de janvier, alors que les régions montagneuses ont bénéficié d'un bon ensoleillement. Les chiffres se passent de commentaires : 59 heures de soleil à Montauban avec de nombreuses journées très grises, mais 130 heures à Tarbes avec plusieurs journées de plein soleil.

  

Vent

Le vent est resté bien discret en début de mois, avec à la clé des brouillards persistants. Puis le 11 janvier une perturbation peu active a traversé notre région en donnant de bonnes rafales de vent : 83 km/h au Montat (46) et 88 km/h à Fraisse-Murat sur les hauteurs des Monts de Lacaune (81).
Puis en fin de mois une perturbation beaucoup plus active a donné des pluies marquées et de violentes bourrasques de vent d'ouest dans la soirée du 29 janvier et la nuit suivante sur l'ensemble de la région : 103 km/h à Saint-Girons, 104 km/h à Millau, 106km/h à Lahas (32), 111 km/h à Toulouse et 114 km/h à Peyrusse (32).

    

Faits marquants

- Épisode pluvieux fin janvier.
Après un court épisode de temps sec, le régime de nord-ouest gagne nos latitudes et des pluies affectent le Massif Central le 28 janvier, épargnant momentanément le sud de la Garonne. Mais le lendemain, une perturbation très active, liée à une dépression centrée sur le nord de la France, gagne toute la région et les pluies deviennent abondantes. Ces pluies perdurent jusque dans la nuit du 31 janvier au 1er février et donnent de forts cumuls, en particulier à proximité du Massif Central et des Pyrénées. Pour les trois derniers jours du mois, on relève 40 mm sur le nord du Quercy, plus de 50 mm en Aubrac, 60 à 80 mm sur les Monts de Lacaune et près de 100 mm à Tarbes (65) et Arbas (31). En montagne, ces précipitations donnent de fortes chutes de neige jusque dans les vallées en fin d'épisode.
- Rafales du 29 janvier.
La dépression très creuse centrée le 29 janvier en Mer du Nord (975 hPa au large du Pas-de-Calais) a généré un fort gradient de pression jusqu'aux Pyrénées. Ce resserrement du flux d'ouest à nord-ouest est responsable des violentes bourrasques qui ont balayé toute la région dans la nuit du 29 au 30 janvier, avec des rafales qui ont souvent dépassé les 100 km/h (maximum enregistré à Peyrusse dans le Gers, avec 114 km/h).

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Froid et brumeux.

Un anticyclone protège la région du courant perturbé et les journées sont froides et brumeuses dans les plaines, avec des brouillards et des nuages bas parfois persistants, notamment en val de Garonne, ainsi que dans le Tarn et le Quercy. Les gelées sont fréquentes et la température est contrastée l'après-midi : plutôt douce près des Pyrénées où le soleil s'impose, plus froide sous la grisaille persistante dans les plaines.

   

Du 7 au 15 : Doux et nuageux​.

L'anticyclone régresse vers le Portugal et de l'air océanique gagne progressivement la région, avec des températures de plus en plus douces. Les perturbations sont très atténuées avec de faibles pluies le 11 et le 14 janvier. A la faveur de belles périodes ensoleillées, la température atteint autour de 15°C en plaine et autour de 20°C à proximité du relief du Massif Central et des Pyrénées, notamment le 9 janvier, puis à nouveau le 12 et le 13 janvier.

  

Du 16 au 31 : Perturbé.

Dans un régime perturbé de secteur nord à nord-ouest, les perturbations traversent la région en donnant de la pluie en plaine et de la neige en montagne. Les périodes d'accalmies ensoleillées sont de courte durée. Les températures sont en baisse : proches de zéro degré au plus frais de la nuit, avec ponctuellement des gelées plus marquées suite à des éclaircies nocturnes, elles sont souvent comprises entre 5 et 8°C l'après-midi jusqu'au 27 janvier. Puis en fin de mois, le flux de nord-ouest se renforce et les perturbations deviennent très actives. Du 29 au 31 janvier, les pluies sont abondantes, en particulier au sud de la Garonne, avec des cumuls importants sur le piémont pyrénéen.
La neige tombe en abondance à des altitudes de plus en plus basses, jusque dans les vallées le 30 et le 31 janvier.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de février est caractérisé par des températures basses et des précipitations bien marquées, sous forme de neige temporairement jusqu'en plaine.

  

Précipitations

Le cumul des précipitations est déficitaire en Aveyron, mais il est supérieur à la normale partout ailleurs, avec un excédent particulièrement élevé sur les Pyrénées (plus de 3 fois la normale).

Le département de l'Aveyron est une exception, avec des pluies ou neiges inférieures à la normale, alors que partout ailleurs ce mois de février a été copieusement arrosé.
Le cumul mensuel est particulièrement élevé dans les régions pyrénéennes, avec par exemple 200 mm à Arbas (31) et 280 mm à Lourdes (65) et encore davantage en basse montagne : 324 mm à Aulus (09) et 350 mm à Cauterets (65), soit plus de trois fois la normale de février ! Sur les autres régions, les 100 mm sont souvent dépassés, notamment dans le Gers, le Tarn et le nord du Lot.
Le nombre de jours de pluie est aussi nettement plus élevé que la normale sur le sud de la région : 14 jours à Tarbes et Pamiers, soit 5 jours de plus que la normale.

2015-02.png  

  

Températures

La première décade du mois est particulièrement froide, avec des gelées nocturnes généralisées et des températures diurnes très basses. Puis le reste du mois est proche de la normale.

La moyenne des températures minimales est proche de la normale à l'ouest de la Garonne, mais elle est assez nettement inférieure plus à l'est, en particulier sur le relief de l'Aveyron où les gelées ont été très fréquentes. Quant aux températures maximales, elles sont partout bien basses, avec un déficit qui dépasse les deux degrés sur la moitié sud de la région.
La période la plus froide se situe au cours de la première décade avec des gelées nocturnes bien marquées du 3 au 11 février et des températures maximales qui sont souvent restées inférieures à 5°C du 2 au 8 février.
Le 6 février, jour le plus froid de l'hiver 2014/2015 pour notre région, la température n'a pas dépassé 0°C à Mauroux (32), -1°C à Lunegarde (46), -2°C à Tanus (81) et -3°C à Campistrous (65) au meilleur de l'après-midi, sous un ciel très nuageux accompagné de faibles averses de neige et d'un vent du nord glacial.
Puis vers le milieu du mois, la température s'est bien radoucie, avec par exemple 15°C à Toulouse le 13 février et 17°C à Vic-en-Bigorre.
Au cours de la deuxième quinzaine du mois, les températures sont restées proches de la moyenne, souvent comprises entre 10 et 12°C l'après-midi, avec de rares gelées nocturnes.

2015-02-1.png   2015-02-2.png

  

Insolation

Malgré un temps souvent perturbé, le soleil a réussi à tirer son épingle du jeu, avec un cumul proche de la normale dans les plaines, mais déficitaire dans les régions pyrénéennes.

Malgré des passages perturbés fréquents, le soleil a réussi à se montrer de temps en temps et le cumul de l'ensoleillement est souvent proche de la normale, avec même un léger excédent sur le nord et l'est de la région (150 heures de soleil à Millau).
Les régions pyrénéennes sont en revanche plus défavorisées, avec 90 heures de soleil à Saint-Girons et Tarbes, soit un déficit de l'ordre de 30%.

  

Vent

Le vent a soufflé souvent dans le secteur nord à nord-ouest, avec des rafales parfois fortes, notamment vers le Massif Central. Ainsi le 8 février, le vent du nord atteint 103 km/h à Fraisse-Murat (81) et 115 km/h à Alpuech, sur les hauteurs de l'Aubrac.
Puis vers la fin du mois, de bonnes rafales de nord-ouest affectent toute la région au passage de giboulées, parfois sous forme de grésil en plaine. Le 24 février le vent atteint 88 km/h à Savenès (82) et 97 km/h à Millau (12). Puis le 27, toujours dans un régime d'averses, il atteint 86 km/h à Muret (31) et 95 km/h à Montaut (09).

    

Faits marquants

- Épisode neigeux.
Dans la nuit du 2 au 3 février, une perturbation en provenance d'Aquitaine glisse lentement vers le Midi-Toulousain, bloquée dans sa progression par de l'air froid qui stagne sur le Massif Central. Les chutes de neige perdurent toute la matinée sur le sud de la région et un beau manteau blanc recouvre les plaines de la Gascogne au pays tarnais. La couche de neige atteint 10 cm à Toulouse, 12 cm à Ségreville (Lauragais), 13 cm à Lectoure (nord du Gers) et 16 cm à Perchède (Bas Armagnac). Les jours suivants, dans une ambiance très froide, attisée par un vent glacial de secteur nord, les nuages donnent encore quelques flocons de neige. Ces chutes de neige sont un peu plus marquées le 6 février, avec une petite couche de 2 cm à Cadours (31) et de 3 cm à Marciac (32).
- Pluies abondantes.
Vers la fin du mois, dans un régime de nord-ouest très puissant, les perturbations s'empilent sur les Pyrénées et les précipitations sont très fortes, avec des pluies continues sur le piémont et des chutes de neige abondantes en moyenne et haute montagne. Du 23 au 26 février, il tombe 170 mm à Lourdes (65), 125 mm à Arbas (31) et 175 mm à Massat (09). Ces précipitations intenses, liées à une fonte nivale temporaire le 26 février, provoquent des crues importantes et la Garonne atteint 3 mètres au Pont Neuf à Toulouse le vendredi 27 février.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 11 : Temps hivernal.

Le début du mois est marqué par un temps froid et très perturbé. Les chutes de neige sont abondantes sur les Pyrénées jusque dans les vallées (50 à 60 cm de neige dans les rues de Luchon le dimanche 1er février). Le lendemain, des brouillards givrants recouvrent une partie du Lot et de l'Aveyron, alors que des éclaircies se dessinent sur le reste de la région. Puis le 3 février, une offensive hivernale affecte tout le sud de Midi-Pyrénées avec des chutes de neige bien marquées jusqu'en plaine, qui entraînent de gros problèmes de circulation toute la matinée.
Les jours suivants, le froid s'installe avec des gelées nocturnes bien marquées et encore quelques averses de neige en journée. Puis à partir du 9 février, un anticyclone vient se centrer sur la France et le soleil devient généreux, avec des températures encore froides la nuit mais progressivement plus douces au fil des jours dans l'après-midi.

   

Du 12 au 28 : Temps perturbé​.

Après une courte période douce et assez ensoleillée, le temps se dégrade à partir du 14 février, avec une succession de passages pluvieux entrecoupés de petites périodes d'accalmie. Les températures sont proches des valeurs de saison, de 10 à 12°C l'après-midi.
Puis vers la fin du mois, les perturbations sont plus actives, avec des pluies suivies de giboulées dans les plaines. Du 23 au 26, le sud de la région est concerné par de fortes précipitations, avec des chutes de neige abondantes sur les Pyrénées, en particulier sur la Haute-Bigorre et 
sur le Luchonnais. Les cours d'eau sont en crue et l'accalmie n'intervient qu'en fin de mois, avec le retour des éclaircies dans une atmosphère relativement douce.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de mars est caractérisé par un temps souvent perturbé, des pluies fréquentes et un ensoleillement particulièrement faible.

  

Précipitations

Le nombre de jours de pluie est très élevé mais le cumul mensuel est assez proche de la normale, sauf sur la Montagne Noire et les Monts de Lacaune où les précipitations sont excédentaires.

Hormis une courte période de temps sec du 5 au 12 mars, les pluies sont fréquentes au cours de ce mois. Alors qu'en moyenne il pleut une dizaine de jours, le nombre de jours de pluie significative atteint ou dépasse les 15 jours sur la majeure partie de la région. En revanche, le cumul des précipitations est globalement proche de la normale, avec un léger déficit sur le Quercy, la plaine toulousaine et les régions pyrénéennes, mais un petit excédent en Armagnac et Bigorre, ainsi que sur les contreforts du Massif Central.
Dans le sud du Tarn (Montagne Noire et les Monts de Lacaune), les pluies sont plus marquées : il est ainsi tombé 121 mm à Dourgne et 181 mm à Montredon-Labessonnié, soit deux fois plus que la normale.

2015-03.png  

  

Températures

Associées à ce temps perturbé, les nuits sont douces, presque 2 degrés au-dessus de la normale, et les températures maximales sont rigoureusement conformes à la norme.

Les températures de ce mois de mars se situent à un niveau nettement plus élevé que la normale pour les minimales, mais elles sont peu ou prou très proches de la norme pour les maximales.
Dès le début du mois, la douceur nocturne est remarquable, avec par exemple 11°C à Souillac (46) et 12°C à Maubourguet (65) au plus frais de la nuit du 2 mars. Puis le 18 mars, la température reste au-dessus des 10°C à Toulouse toute la nuit. Vers la fin du mois, la douceur nocturne s'accentue encore, avec une température minimale de 13°C le 30 mars à Sadeillan (32) et Palaminy (31), soit un record absolu pour le mois de mars pour ces deux points de mesure !
Quant aux températures maximales de la journée, elles sont plus fluctuantes, avec une belle douceur en début de mois et des températures plus froides vers la fin du mois. Ainsi le 7 mars, après une matinée bien froide et des gelées généralisées, la température atteint 22°C à Saint-Géry (46)  et 23°C à Izaourt (65) et Bastide-Evêque (12).
Puis le 11 mars, journée la plus chaude du mois, il fait 22°C à Pamiers (09) et 24°C à Souillac (46). Mais vers la fin du mois, c'est au contraire la fraîcheur qui domine avec par exemple seulement 9°C à Blajan (31), 8°C à Firmi (12) et 5°C à Lannemezan (65) au coeur de l'après-midi du 25 mars.

2015-03-1.png   2015-03-2.png

  

Insolation

Le déficit d'ensoleillement est très marqué sur l'ensemble de la région, jusqu'à près de 40% dans les plaines et autour de 20% sur les Pyrénées et le relief aveyronnais.

Le temps perturbé de ce mois de mars est à l'origine d'un ensoleillement très déficitaire sur l'ensemble de la région. Ce déficit est particulièrement accusé dans les plaines où une grisaille tenace a souvent empêché le soleil de faire son apparition. Le cumul est très faible à Gourdon, Montauban et Auch, avec à peine plus de 100 heures de soleil, soit un déficit de 40%. Le relief du Massif Central et des Pyrénées s'en sort un peu mieux, avec environ 20% de déficit.

  

Vent

Le vent d'ouest à nord-ouest a dominé très nettement au fil de ce mois de mars.
Dès le début du mois, de fortes rafales sont observées les 4 et 5 mars, avec plus de 100 km/h sur les hauteurs de l'Aveyron. Puis le 13 mars, le vent d'ouest souffle toute la journée, avec des pointes de 65 km/h à Castelsarrasin (82) et 77 km/h à Castres (81).
Après un court intermède de vent d'Autan le 23 mars (rafales de 81 km/h à Saint-Félix-Lauragais), la fin du mois est marquée par de fortes bourrasques de vent d'ouest : 75 km/h à Lahas (32) et 81 km/h à Montaut (09) le 30 mars, et jusqu'à 115 km/h à Fraisse-Murat (à 1000 mètres dans les Monts de Lacaune).

    

Faits marquants

- Forte amplitude thermique.
Le mois de mars est coutumier de fortes amplitudes de température entre le jour et la nuit. Cette année, grâce à un puissant anticyclone centré sur le nord de la France qui a permis l'installation d'un flux continental très sec, la période du 5 au 8 mars est marquée par des écarts de température très importants.
Ainsi le 7 mars, après une nuit étoilée, les gelées sont fréquentes sur la région avec des valeurs souvent comprises entre -2 et -4°C. A Cérizols, à la frontière de la Haute-Garonne et de l'Ariège, la température indique -3°C à l'aube et en milieu d'après-midi, à la faveur d'un soleil éclatant, la température atteint 22°C sous abri.. soit un écart de 25 degrés ! Dans la commune de Monteils, dans la vallée de l'Aveyron, l'amplitude est encore plus forte : -4° C au lever du jour et 22°C au coeur de l'après-midi.
- Grisaille tenace.
Les journées grises ont été nombreuses, avec pas moins de 10 jours sans le moindre rayon de soleil dans toutes les plaines. Dans les villes de Gourdon, Montauban, Albi, Toulouse et Auch, on dénombre 3 jours continus sous la grisaille en début de mois et à nouveau 4 journées très sombres du 28 au 31 mars, d'où une sensation bien réelle d'un mois de mars bien morose.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Pluvieux.

Un régime océanique apporte une succession de passages pluvieux dans une ambiance douce. Les pluies sont bien marquées sur le piémont pyrénéen et sur le sud du Massif Central.

   

Du 5 au 12 : Beau temps​.

Un puissant anticyclone vient se positionner sur le nord de la France et le temps s'améliore nettement. Le soleil domine, parfois contrarié par un voile de nuages élevées et les températures sont très contrastées : froides au petit matin, avec de faibles gelées, puis très douces l'après-midi, souvent au-dessus de 20°C. En fin de période, les brouillards et nuages bas sont fréquents et parfois longs à se dissiper.

  

Du 13 au 16 : Froid et perturbé.

Le changement de temps est brutal le 13 mars, avec de la pluie, du vent de nord-ouest et des températures en baisse sensible. Les jours suivants, une dépression stagne sur la région et le temps est maussade, avec des averses parfois sous forme de grésil en plaine et des chutes de neige à basse altitude sur le Massif Central et les Pyrénées.
La température plafonne autour de 10°C au meilleur de la journée.

    

Du 17 au 20 : Doux et sec.​

La dépression s'éloigne et le temps s'améliore, avec le retour de belles plages ensoleillées et de températures de plus en plus douces. Le vent d'Autan souffle modérément et le ciel se voile en fin de période.

    

Du 21 au 31 : Frais et pluvieux.​

Une perturbation aborde l'Aquitaine le 21 mars puis elle gagne notre région en soirée, accompagnée de pluies bien marquées dans la nuit.
Les jours suivants, le défilé des nuages se poursuit, ponctué de passages pluvieux plus ou moins actifs. Les pluies ou bruines sont généralement faibles dans les plaines mais les précipitations sont plus continues sur la Montagne Noire et les Monts de Lacaune. Le vent d'ouest à nord-ouest souffle souvent fort et les températures sont douces la nuit, mais fraîches en journée.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois d'avril est particulièrement bien ensoleillé et les températures sont chaudes pour la saison. Il se place au 4ème rang des mois d'avril les plus chauds depuis 1950.

  

Précipitations

L'arrosage est disparate sur la région : le relief pyrénéen ainsi qu'un axe allant du Tarn à l'Est du Lot sont touchés par des orages conséquents. Relative sécheresse sur le Gers.

Certains territoires connaissent des cumuls de pluie nettement déficitaires (comme le Gers, avec un déficit de 50%), alors que des orages ont permis un bon arrosage du Lot au sud du Tarn (2 fois plus que la normale).
Les 15 premiers jours du mois sont quasiment secs, hormis le 3 et le 4, localement 5 à 7 mm sur les 2 jours.
Temps humide du 16 au 19 avec par endroits des orages assez violents. L'arrosage atteint souvent sur ces 4 jours les 50 à 80 mm sur le piémont pyrénéen, et du Tarn à l'Est du Lot. Dernier bon épisode pluvieux le 26 et le 27, avec plus de 30 mm sur les 3/4 de la région en 48 heures, et localement 122 mm à la Salvetat Pey(12).

2015-04.png  

  

Températures

Le printemps a démarré en fanfare, les températures moyennes sont nettement au dessus des normales de saison : supérieures de 2,2 degrés à Tarbes, Toulouse et Albi, 1,6 degrés à Auch.

Les températures minimales ou maximales sont dans l'ensemble nettement plus élevées que la normale.
La première décade du mois est encore fraîche : on enregistre des températures minimales assez froides avec des petites gelées généralisées le 6 : -1,7 °C à Gourdon(46), -1,1°C à Auch ( 32), -0,4°C à Millau (12).
En journée, le thermomètre, encore inférieur à 10°C en début de période, remonte vite pour dépasser les 20°C à partir du 8 avril.
Le temps se réchauffe sensiblement par la suite. Un premier pic de chaleur est enregistré le 14, avec des températures estivales dépassant fréquemment les 30 degrés : 31°C à Dourgne (81) et Bioule (82) et près de 32°C à Saint-Géry (46).
Du 15 au 20, la température fléchit légèrement : ce regain de fraîcheur est toutefois très relatif, seule la journée du 19 connaît des températures maximales inférieures aux normales de saison: 10,6 °C relevés à Millau, 14,1 °C à Toulouse.
Du 20 au 26, les températures sont à nouveau très agréables : autour de 10°C en plaine au petit matin, elles atteignent souvent 24°C les après-midi.
Puis du 26 au 30 les températures sont beaucoup plus fraîches : le 29, de petites gelées sont ainsi à nouveau enregistrées dans l'Aveyron avec -1°C à Rodez.

2015-04-1.png   2015-04-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé largement au cours de ce mois printanier, en particulier du 5 au 15, avec de belles journées de ciel bleu. Le cumul mensuel dépasse les 200 heures sur la quasi-totalité de Midi-Pyrénées.

Le cumul de l'insolation atteint un très bon niveau sur l'ensemble de la région. Il est supérieur de 20 à 30% à la normale sur une large bande centrale du territoire midi-pyrénéen, de l'Armagnac à l'Aubrac.
Le nombre de jours de plein soleil est très important au cours de la première quinzaine du mois, puis on note seulement 3 jours bien gris au cours de la deuxième quinzaine.

  

Vent

Le vent a soufflé modérément au fil de ce mois d'avril, sans excès particulier.
Quelques rafales d'Autan en milieu de mois ont donné des pointes de 60 à 80 km/h, jusqu'à 92 km/h le 16 avril à Castres (81).
Puis au passage de lignes orageuses, le vent d'ouest a soufflé assez fort le 18 avril : 70 km/h à Tarbes et Toulouse, 80 km/h à Puycelsi (81).
Vers la fin de mois, une dépression s'est décalée de l'Aquitaine vers le golfe du Lyon et de fortes bourrasques ont affecté le Tarn et l'Aveyron : 88 km/h à Fraïsse-Murat dans les Monts de Lacaune et 83 km/h à Millau.

    

Faits marquants

- Vague de chaleur précoce.
Après un début de mois assez frais, la température s'est élevée graduellement au fil des jours. Puis du 12 au 15 avril, à la faveur d'un léger flux de sud en altitude et d'un ensoleillement permanent, la première vague de chaleur de l'année a gagné l'ensemble de la région. Les températures ont atteint leur maximum le 14 avril avec de nombreuses valeurs au-dessus de 30°C, très proches des records absolus du mois d'avril 2005. Il a fait jusqu'à 30,5°C à Entraygues (12) et L'Isle-Jourdain (32), 31,5°C à Puylaurens (81) et 31,8°C à Saint-Géry (46).
- Vagues orageuses.
Le 16 avril dans la soirée, de puissants orages ont provoqué des dégâts dans la région de Figeac dans le Lot, dus à des inondations et des coulées de boue. Il est tombé en peu de temps près de 50 mm à Lacapelle et Livernon.
Le 26 avril, un épisode orageux très actif a concerné l'ensemble de la région, avec des inondations au sud de Toulouse en fin d'après-midi. Puis dans la soirée, des pluies intenses ont affecté le Lot et l'ouest de l'Aveyron : 82 mm à Blars (46) et 90 mm à Monteils (12). Ces fortes précipitations ont là aussi provoqué ponctuellement des dégâts dus à la montée des eaux et aux coulées de boue.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Faiblement perturbé.

Un flux de nord-ouest apporte un ciel plus ou moins nuageux. Le temps reste sec, excepté quelques pluies éparses aux abords du Massif Central et des Pyrénées le 3 et le 4. Les températures sont proches des normales, avec cependant des minimales bien fraîches le 2 (faibles gelées au pied des Pyrénées et sur l'Aubrac).

   

Du 5 au 8 : Ensoleillé.

Un anticyclone s'installe sur la Mer du Nord, amenant un air continental très sec. Le ciel bien dégagé la nuit occasionne des gelées matinales parfois marquées jusqu'en en plaine. Avec un ensoleillement optimal, les maximales se réchauffent progressivement pour atteindre 20 à 22 °C le 8.

  

Du 9 au 15 : Temps chaud.

Le flux anticyclonique s'oriente au sud-est le 9 et l'Autan se lève. Il vire sud-ouest du 10 au 11 et des passages nuageux remontent d'Espagne en donnant de petites averses sur les Pyrénées. Du 12 au 15 les hautes pressions s'installent sur la France et le temps devient presque estival. Le pic de chaleur culmine le 14 avec des maximales comprises entre 27 et 31°C.

    

Du 16 au 27 : Doux et orageux.​

Sous l'influence d'un flux de sud-ouest plus humide et instable, trois vagues orageuses se succèdent, entrecoupées de périodes de répit relatif où le ciel alterne éclaircies et passages nuageux porteurs d'averses. Les premiers orages éclatent dès le 16 de l'Ariège au Lot.
La deuxième vague se déclenche le 18 des Hautes-Pyrénées jusqu'au Tarn. Les pluies persistent le 19, donnant en 48h de 20 à 40 mm de pluie, localement jusqu'à 60 mm.
L'activité orageuse reprend le 25 sur le nord de la région et culmine le 26, frappant particulièrement l'ouest de l'Aveyron et le Lot, avec des cumuls quotidiens records qui occasionnent des inondations. Durant cette période agitée les températures restent douces, en particulier les minimales, nettement supérieures aux valeurs de saison.

    

Du 28 au 30 : Temps calme.​

La hausse des pressions puis le retour d'un flux d'ouest apportent un temps plus frais, variable mais sec.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de mai est bien sec, avec un déficit pluviométrique très marqué sur toute la région. Les températures sont en moyenne plus chaudes que la normale.

  

Précipitations

Les pluies sont rares et de faible intensité, sauf très localement dans la montagne ariégeoise. Le déficit le plus marqué est observé dans la partie centrale de la région, avec un total de pluie équivalent à seulement 20% du cumul mensuel habituel.

Les pluies de ce moi de mai sont particulièrement faibles, alors qu'habituellement c'est le mois le plus pluvieux de l'année dans la région Midi-Pyrénées. Il est tombé en moyenne 30 à 40 mm sur la région et par endroits moins de 20 mm, notamment du Lauragais à la Lomagne. C'est le mois de mai le plus sec des cinquante dernières années, à parité avec mai 1989.
Au début du mois, des pluies instables ont donné un peu d'eau, en particulier du Lot à la plaine toulousaine. Puis le 8 mai, des orages donnent de bonnes averses en Aubrac. Après plusieurs jours de temps sec, un temps faiblement perturbé apporte des pluies passagères vers le milieu du mois, puis un temps sec s'établit du 21 au 31 mai.

2015-05.png  

  

Températures

Le début du mois est particulièrement chaud, avec des températures estivales de jour comme de nuit. Puis une relative fraîcheur s'installe temporairement, et le bilan global est plus chaud que la normale.

Les températures minimales sont en moyenne plus élevées que la normale, sauf sur le Massif Central où les nuits sont restées assez fraîches. Quant aux températures maximales, elles sont partout au-dessus des valeurs moyennes du mois de mai, avec un écart qui atteint 2 degrés sur le sud de l'Aveyron.
C'est la première quinzaine du mois qui est la plus chaude, avec des températures qui dépassent les 30°C dès le 4 mai : 31°C à Saint-Girons et 32°C à Izaourt (65). Puis le 10 mai, un nouvel épisode de chaleur permet à la température de dépasser fréquemment les 30°C, jusqu'à 32°C à Puylaurens (81). Les 2 jours suivants, le temps reste estival, avec un nouveau pic de chaleur au pied des Pyrénées, jusqu'à 34°C à Savignac, sur le piémont ariégeois.
Les jours suivants, la température se rapproche des valeurs de saison, puis elle chute brutalement le 19 mai, jour le plus froid du mois : la température ne dépasse pas les 15°C en plaine et seulement 12°C aux abords des Pyrénées et du Massif Central.
Puis vers la fin du mois, la température retrouve un niveau estival, avec par exemple 28°C à Pamiers (09) et à Bioule (82) le 31 mai après-midi.

2015-05-1.png   2015-05-2.png

  

Insolation

Malgré un soleil radieux au début du mois, l'ensoleillement mensuel est assez proche de la normale, du fait d'une deuxième quinzaine souvent sous les normales.

Le soleil a brillé par intermittence, avec de belles journées autour du 10 mai, puis à nouveau vers la fin du mois. Le résultat global est assez proche de la norme, avec un déficit de l'ordre de 15% sur l'ouest de la région, vers la Bigorre et l'Armagnac, et un excédent proche de 20% sur une bonne partie de l'Aveyron.

  

Vent

En plaine, le vent n'a pas soufflé très fort, et c'est la composante nord-ouest qui a dominé tout au long du mois, interrompue par de brefs épisodes de vent d'Autan.
En revanche en montagne, le vent a soufflé parfois violemment. Le 4 mai, les rafales de sud ont atteint 156 km/h sur le plateau de Beille en Ariège et 205 km/h au Pic du Midi, dans les Hautes-Pyrénées. Puis le 14 mai, de très fortes rafales de secteur ouest ont touché les Pyrénées, avec une pointe de 158 km/h à Loudervielle (65).

    

Faits marquants

- Coup de foehn.
En début de mois, le vent du sud a soufflé fort à plusieurs reprises sur les crêtes pyrénéennes, avec des rafales souvent supérieures à 150 km/h vers 2000 mètres le 4 mai.
Dans la soirée et la nuit, ces rafales ont déboulé jusque dans les vallées, avec par exemple 108 km/h mesurés à la station de Luchon, située à 615 mètres d'altitude en Haute-Garonne.
- Bilan du printemps.
Le printemps 2015 est caractérisé par des températures très douces, avec une moyenne des températures minimales et maximales qui se situe à 1,5 degré au-dessus de la normale.
Il se place au 3ème rang des printemps les plus chauds depuis 1947 dans la région toulousaine, à égalité avec le printemps 2003, mais très loin du printemps le plus chaud de tous, le printemps 2011.
Quant aux précipitations, elles sont généralement déficitaires, autour de 30% dans les plaines et sur le nord de l'Aveyron. Les pluies sont en revanche légèrement excédentaires de la partie orientale du Lot jusqu'à la Montagne Noire et les Monts de Lacaune.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Belle douceur.

Après deux journées très instables et souvent bien arrosées, un temps plus sec s'installe à partir du 3 mai, dans une ambiance très douce. Le 4 mai, alors que le vent du sud souffle très fort sur les Pyrénées, la température dépasse les 30°C sur le sud de la région, par effet de foehn. Puis après des passages nuageux et quelques gouttes de pluie, le soleil est de retour à partir du 7 mai. La température reste très élevée pour la saison et les 30°C sont à nouveau dépassés sur de nombreuses contrées entre le 10 et le 13 mai, malgré un ciel voilé et un vent d'Autan modéré.

   

Du 14 au 26 : Perturbé et plus frais​.

Le temps change le 14 mai, avec des pluies instables dans soirée.
Les jours suivants, les nuages dominent mais les précipitations sont rares. Le vent d'ouest à nord-ouest apporte de l'air de plus en plus frais et il tombe même un peu de neige au-dessus de 2000 mètres dans les Pyrénées. En plaine, le température ne dépasse guère les 15°C les 19 et 20 mai, avant de se rapprocher de la normale saisonnière en fin de période, malgré un ciel souvent très nuageux.

  

Du 27 au 31 : Assez beau.

La fin du mois est plus agréable, avec un soleil généreux et des températures qui retrouvent un niveau plus élevé, avec des valeurs autour de 25°C l'après-midi. Des averses orageuses se produisent dans la soirée du 29 mai, accompagnées localement de chutes de grêle en montagne.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de juin est bien ensoleillé et particulièrement chaud sur l'ensemble de la région. Les cumuls de pluie sont très hétérogènes, au gré des épisodes orageux en milieu de mois.

  

Précipitations

Le cumul mensuel varie de 20 mm sur le Rouergue à plus de 120 mm sur le Lauragais et la Lomagne. Ces contrastes sont dus à des précipitations orageuses ponctuellement très abondantes.

Les pluies de ce mois de juin sont essentiellement dues à des épisodes orageux plus ou moins marqués. Après quelques orages isolés au début du mois sur les contrées pyrénéennes, c'est à partir du 7 juin que de fortes averses ont affecté divers lieux de la région. Le 8 juin, un axe orageux très actif a donné autour de 50 mm de Verfeil (31) à Nailloux (31) et Pamiers (09). Puis le 11 juin, le Rouergue est touché avec 56 mm à Monbazens (12). Le lendemain, le sud du Tarn reçoit des trombes d'eau : 70 mm à Labastide-Rouairoux en 2 heures. Puis le 13 juin, il tombe 55 mm à Mauroux (32) en moins d'une heure ! Quelques averses orageuses ponctuelles se produisent jusqu'au 16 juin puis un temps sec s'installe jusqu'à la fin du mois.

2015-06.png  

  

Températures

Les températures moyennes sont très élevées avec un écart de 2 à 3 degrés par rapport à la normale. Les températures maximales sont particulièrement chaudes en début et en fin de mois.

Les températures sont nettement supérieures à la normale, autour de 2 degrés pour les minimales et de 3 degrés pour les maximales.
Hormis un court épisode de fraîcheur en milieu de mois, la chaleur a dominé sur l'ensemble de la région. Le début du mois est déjà très chaud. Ainsi le 4 juin, la température atteint 34°C à Auch et Toulouse, 35°C à Pamiers (09) et 37°C à Valence-d'Agen (82), des records pour un début juin. Le lendemain, il fait 34°C à Montauban et 36°C à Saint-Géry (46). Cette chaleur décline un peu les jours suivants mais il fait encore autour de 30°C le 11 juin après-midi.
Puis le temps se rafraîchit vers le milieu du mois, après plusieurs épisodes orageux. Le 16 juin, jour le plus frais du mois, la température plafonne à 20°C à Albi, 18°C à Laissac (12) et seulement 16°C à Tarbes.
Mais dès le 18 juin, la température passe la barre des 25°C et elle se situe à plusieurs reprises au-dessus de 30°C à partir du 22 juin, pour atteindre des sommets le dernier jour du mois : 39°C à Catus (46), Entraygues (12) et Saint-Lary (à 800 mètres dans les Hautes-Pyrénées) et même 40,5°C à Souillac (46) !

2015-06-1.png   2015-06-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé généreusement, avec un cumul qui dépasse les 300 heures d'ensoleillement sur la moitié nord de la région et qui atteint 220 à 240 heures à proximité des Pyrénées.

A la forte chaleur du début du mois est associé un temps très ensoleillé, malgré quelques nuages l'après-midi sur le relief. Puis un épisode plus instable apporte davantage de nuages vers le milieu du mois. Mais du 20 au 30 juin, le soleil brille avec de nombreuses journées de ciel bleu du matin au soir. Sur l'ensemble du mois, l'ensoleillement dépasse parfois de 30% la normale et ce mois de juin est l'un des plus ensoleillés des 30 dernières années.

  

Vent

Le vent est resté le plus souvent très discret au cours de ce mois de juin, avec une composante ouest dominante. Les passages orageux ont cependant donné lieu à quelques rafales : 82 km/h le 8 juin à Cos, en Ariège. Puis le 11 juin, des rafales de 80 à 85 km/h sont mesurées à Castres (81) et Saint-Félix-Lauragais (31).
Même en montagne, le vent est resté le plus souvent faible avec là aussi quelques rafales liées à des situations orageuses : 115 km/h au Pic du Midi le 11 juin.

    

Faits marquants

- Vague de chaleur.
Les températures particulièrement élevées du début du mois ont atteint un niveau exceptionnel pour cette période de l'année. Du 2 au 7 juin, la température a dépassé les 30°C pendant 6 jours consécutifs dans les plaines, alors que la moyenne du début juin se situe autour de 23°C.
Le pic de chaleur est atteint les 4 et 5 juin, avec partout des records de chaleur pour un début juin et des pointes autour de 35°C au coeur de l'après-midi.
- Vagues orageuses.
Après les fortes chaleurs du début du mois, le temps devient de plus en plus instable et des orages localement forts éclatent en plusieurs points de la région. Ces orages provoquent des dégâts notamment dans la soirée du 8 juin. Le Lauragais est particulièrement affecté, avec des coulées de boue dues à des précipitations intenses : 51 mm à Verfeil (31). Au même moment, d'autres orages éclatent en Bigorre avec des inondations dans la région de Tarbes (53 mm relevés à Saint-Pé-de-Bigorre). Puis le 13 juin au soir, de très forts orages touchent la Lomagne, ainsi que le Lot, avec des coupures d'électricité dans la région de Cahors et des inondations au sud de Gourdon (73 mm à Saint-Germain-du-Bel Air).

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Très chaud.

Des conditions anticycloniques s'installent et l'air se réchauffe rapidement avec des températures qui dépassent les 30°C dès le 2 juin. Le soleil brille du matin au soir sur la majeure partie de la région, avec simplement des nuages au-dessus des Pyrénées où quelques orages éclatent en fin de journée.
La température atteint ponctuellement les 35°C au plus chaud de cet épisode de fortes chaleurs, en particulier les 4 et 5 juin.

   

Du 8 au 17 : Instable​.

Dès le 8 juin, le temps se dégrade avec un temps lourd et des orages parfois violents gagnent le sud de la région. Ils sont accompagnés de fortes bourrasques de vent et localement de chutes de grêle. Les jours suivants, dans un flux de sud instable, les nuages sont nombreux et de nouveaux orages éclatent.
Ces orages, porteurs de pluies abondantes, sont plus nombreux du 12 au 15 juin et affectent principalement les régions situées entre les Pyrénées et le sud du Massif Central. Puis à partir du 16, dans une atmosphère plus fraîche (température autour de 20°C l'après-midi), le temps se calme progressivement mais les nuages restent nombreux et ils donnent quelques averses au sud de la Garonne.

  

Du 18 au 30 : Temps estival.

Le retour de l'anticyclone sur l'Europe occidentale entraîne une amélioration rapide des conditions météorologiques. Après le passage d'une petite perturbation moribonde le 19 juin, un soleil radieux s'installe jusqu'à la fin du mois et les températures en profitent pour dépasser à nouveau les 30°C à plusieurs reprises. Le dernier jour du mois, la chaleur est écrasante avec 35°C à Toulouse, 37°C à Montauban et 40,5°C à Souillac dans le Lot, des valeurs proches des records absolus de juin 2003.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet est particulièrement chaud sur l'ensemble de la région et les précipitations sont très inégales.

  

Précipitations

Le temps est resté souvent très sec sur le Lot, ainsi que sur le sud de l'Aveyron.
Ailleurs, les pluies sont dues essentiellement à des épisodes orageux, avec des cumulus localement importants.

Le cumul global régional des précipitations, à peine inférieur à la moyenne, masque une grande disparité temporelle et spatiale. La première quinzaine n'apporte en effet que quelques gouttes anecdotiques sur les Pyrénées. En deuxième partie de mois les orages distribuent un arrosage très inégal : les Pyrénées reçoivent de 1,5 à 2 fois plus d'eau que la normale, alors que le déficit mensuel atteint 70 à 90% au nord du Lot et sur le sud de l'Aveyron (Millau n'a reçu que 3,4 mm). Le déficit varie entre 30 et 40% du Gers au Rouergue, il est plus limité en Lomagne et Volvestre ainsi que sur l'Aubrac. En plaine toulousaine et sur le Tarn des orages isolés donnent un cumul localement très excédentaire.

2015-07.png  

  

Températures

La chaleur a dominé tout au long du mois en plaine comme en montagne. Ce mois de juillet se place au 3ème rang des mois de juillet les plus chauds, derrière 2006 et 2013.

Ce mois de juillet est le troisième mois de juillet le plus chaud depuis 1956 pour la plupart des stations, derrière 2006 et 2013. L'anomalie est davantage marquée pour les températures maximales, avec un écart à la normale généralement compris entre 2 et 3 degrés, mais qui atteint 3 à 4 degrés sur le nord du Lot et de l'Aveyron, où plusieurs stations connaissent plus de 10 jours avec des températures dépassant 35°C. La station de Saint-Géry (46), en particulier affiche des maximales de plus de 35°C du 1er au 7 juillet. Mais des températures exceptionnelles sont aussi relevées sur le piémont des Hautes-Pyrénées avec 40°C à Izaourt !
Cet épisode caniculaire remarquable est aussi inhabituel par sa précocité.
Après le répit du 8 et 9 juillet, la chaleur est de retour le 10 et les températures restent élevées jusqu'au 24, avec à nouveau des maximales supérieures à 35°C du 14 au 18. Mais cette fois, les nuits apportent davantage de fraîcheur.
Les violents orages du 18 n'accordent qu'un répit relatif le 19, avec encore 30 à 33°C par endroits, avant un nouvel accès de fièvre le 21 : 41°C à St Antonin (82) ! Mais la décrue s'amorce le 25 pour finalement aboutir à des températures bien fraîches pour la saison en fin de mois : pas plus de 20°C le 30 à Toulouse et le 31 à Auch !

2015-07-1.png   2015-07-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé pendant plus de 300 heures sur la partie orientale de la région.
L'ensoleillement est généralement supérieur à la moyenne d'environ 15%, sauf près des Pyrénées où il est conforme à la norme.

La durée d'ensoleillement s'échelonne de 208h à Campistrous (65) jusqu'à près de 342h pour Millau, ce qui s'approche du record de 1983 (346h). Rapporté à la normale, cela représente un excédent de 10 à 20% sur la majeure partie de la région. Près des Pyrénées, nuages bas en première partie de mois, orages ensuite ont souvent fait obstacle au soleil mais le bilan reste finalement proche de la normale.

  

Vent

En début de mois le flux d'altitude est rapide et orienté au sud-ouest (122 km/h relevés le 2 au Pic du Midi), et donne un vent d'Autan fort au pied de la Montagne Noire (93 km/h à Castres le 1er), plus modéré du Lauragais à la plaine toulousaine. Mais sur l'ensemble du mois c'est le vent d'ouest ou nord-ouest qui reste dominant. Il reste généralement d'intensité faible à modérée. Mais les orages du 18 juillet occasionnent de fortes rafales : les 90 km/h sont localement atteints ou dépassés dans les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Tarn-et-Garonne et l'Aveyron, approchés dans le Lot.

    

Faits marquants

- Chaleur exceptionnelle en montagne.
La chaleur de ce mois de juillet est particulièrement remarquable en montagne : dès le 3 juillet 40°C à Izaourt (65) à 500 mètres, puis 39°C le 6 à Saint-Lary (65) à plus de 800 mètres. Sur l'ensemble du mois, la moyenne des températures maximales atteint 14,8°C au Pic du Midi, record absolu depuis le début des mesures en 1882 ! Deux refuges des Pyrénées centrales, Espingo (31) et Portillon (31), battent également leur record absolu de chaleur.
- Orages du 18 juillet.
La tendance orageuse qui se manifestait depuis le 16 sur les Pyrénées gagne toute la région en soirée du 18. Ces orages souvent violents distribuent localement de fortes précipitations (74 mm à Florentin (81), parfois accompagnées de grêle, mais ce sont surtout les fortes rafales de vent (106 km/h à Lauzerte(82)) qui génèrent des dégâts. Le Gers, le Lot et l'Aveyron déplorent également arbres déracinés, toitures et bâtiments endommagés. Seuls le sud du Tarn et de l'Aveyron sont épargnés.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 17 : Soleil et chaleur.

Le mois débute par 7 jours caniculaires. C'est au nord de la région que l'on relève les températures les plus élevées : minimales souvent supérieures à 20°C, maximales atteignant parfois 40°C comme à Souillac (46)le 3 et Saint-Côme-d'Olt (12) le 6. Plus au sud le vent d'Autan tempère la hausse les premiers jours, tandis qu'au pied des Pyrénées un ciel souvent chargé donne une évolution en dents de scie. Après un bref répit le 8 et le 9 où les températures ne dépassent pas 30°C, la chaleur revient brutalement le 10 : 10,1°C le matin à Ramouzens (32), 37,6°C l'après-midi. Nouveau rafraîchissement le 11, suivi d'une hausse progressive des températures maximales, qui culmine le 16 avec 40°C dépassés à Castelsarrasin (82), tandis que les premiers orages éclatent sur les Pyrénées.

   

Du 18 au 23 : Lourd et orageux.

L'atmosphère toujours très chaude devient instable. Partis des Pyrénées, des orages violents gagnent en soirée du 18 la plaine puis le Massif Central,avec leur lot de pluies localement abondantes,de grêle, et de fortes rafales de vent.
Suivent deux jours de répit, ensoleillés mais moins torrides. Le retour de fortes chaleurs le 21 (37°C à Albi) relance la convection : des orages fortement pluvieux circulent sur la région la nuit suivante et en matinée du 22 (45 mm en 1 h à Toulouse-Francazal).

  

Du 24 au 28 : Soleil et nuages.

Avec le flux qui s'oriente à l'ouest le thermomètre retrouve progressivement des valeurs de saison, le temps est plus changeant, avec encore quelques averses résiduelles sur les Pyrénées le 24, puis quelques pluies éparses les jours suivants.

    

Du 29 au 31 : Frais et pluvieux.​

Une temps perturbation active gagne la région par le nord-ouest puis se bloque sur les Pyrénées, qui reçoivent encore un arrosage important (70 mm à Luchon (31) en 48h). Les températures deviennent nettement inférieures aux normales, ne dépassant guère 20°C.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois d'août est marqué par une succession de périodes estivales et de passages perturbés. Les orages ont donné localement des pluies diluviennes et de très violentes rafales de vent.

  

Précipitations

Hormis le relief des Pyrénées, les pluies sont excédentaires sur toute la région, avec des cumuls très importants sur la Lomagne, le Quercy et le Ségala.

Les régions pyrénéennes sont les moins arrosées, avec un cumul proche de la normale. Mais partout ailleurs, les pluies sont nettement excédentaires.
Sur l'ensemble de Midi-Pyrénées, c'est le mois d'août le plus arrosé depuis 1997. Ces précipitations abondantes sont dues à plusieurs vagues orageuses qui ont traversé la région entre le 8 et le 15 août, puis à nouveau dans la soirée du dernier jour du mois où de violents orages ont provoqué des dégâts considérables.
Le cumul mensuel atteint localement 3 fois la normale : 156 mm à Montauban, 161 mm à Rieumes (31), 165 mm à Sousceyrac (46) et 214 mm à Anglès (81).

2015-08.png  

  

Températures

La moyenne est un peu plus élevée que la normale, avec des contrastes marqués entre de gros coups de chaleur et des journées beaucoup plus fraîches.

Les températures sont légèrement plus élevées que la normale, avec en moyenne sur la région un écart de +0,5 degré par rapport aux valeurs relevées habituellement au mois d'août, aussi bien pour les minimales que pour les maximales.
Ce mois d'août a connu de fréquentes variations, avec une alternance de fortes chaleurs et périodes de fraîcheur. Les 2 jours les plus chauds du mois sont le 3 août (38°C à Entraygues en Aveyron et 40 °C à Souillac dans le nord du Lot) et le 5 août avec 39°C à Montricoux (82) et 40°C à Saint-Géry (46). Puis les 8 et 9 août, un temps frais s'est installé sur toute la région, avec par exemple un maximum de 18°C à Tanus (81) et 19°C à Toulouse le samedi 8 août au meilleur de la journée et pas plus de 17°C le lendemain à Gourdon, Lauzerte (82) et Lunegarde (46). Après un pic de chaleur le 12 août (36°C à Firmi dans le Rouergue et 37°C à Saint-Antonin-Noble-Val, à la limite du Quercy et de l'Albigeois), la fraîcheur a gagné à nouveau toute la région le 14 août : maximum de 17°C à Faycelles (46) et 18°C à Beaucaire (32). Puis en fin de mois, un temps chaud s'est installé durablement, avec des températures comprises partout entre 30 et 35°C à partir du 27 août.

2015-08-1.png   2015-08-2.png

  

Insolation

Avec une alternance de belles journées et de périodes plus perturbées, l'ensoleillement se situe à un niveau très proche de la normale.

Les belles journées estivales du début du mois et de la deuxième quinzaine ont permis à l'ensoleillement d'atteindre un bon niveau, avec des valeurs légèrement excédentaires sur l'ensemble de la région. Le soleil a brillé environ 230 heures sur les régions pyrénéennes, 250 heures dans les plaines et autour de 270 heures sur l'ensemble du Massif Central.

  

Vent

Le vent a soufflé modérément tout au long du mois, avec une alternance de vent de nord-ouest et de vent d'Autan.
Les diverses vagues orageuses ont provoqué localement de fortes bourrasques, avec des rafales qui ont dépassé les 80 km/h par exemple dans la journée du 13 août. Mais ce sont les orages de la soirée du 31 août qui ont occasionné les plus violentes rafales : 105 km/h à Castres (81), 106 à Tarbes, 115 à Millau et beaucoup plus de la Lomagne au Quercy. Les capteurs de Météo France ont relevé 125 km/h à Mauroux (32), 135 km/h à Montauban et 153 km/h au Montat, dans le sud du Lot, des records absolus pour ces deux dernières stations !

    

Faits marquants

- Orages du 31 août.
Après plusieurs jours de forte chaleur, de puissants orages dévastateurs ont balayé une grande partie de la région dans la soirée du 31 août. Le ciel s'est assombri en fin d'après-midi, comme si la nuit arrivait brutalement, et plusieurs lignes d'orages ont déferlé de la Bigorre jusqu'au Massif Central. La région tarbaise a subi des pluies diluviennes et de très violentes rafales de vent dès 18 h. Puis un peu plus tard, c'était au tour du Comminges et du Gers de subir les assauts de la grêle et du vent violent. Après 20 h, le Tarn-et-Garonne et le Lot se sont retrouvés au coeur de la tempête orageuse : pluies torrentielles (66 mm à Moissac (82) et 76 mm à Livernon (46) en moins de 2 heures) et très violentes rafales (130 à 150 km/h). Ces intempéries exceptionnelles ont provoqué des victimes et des dégâts considérables, notamment en région montalbanaise.
- Bilan de l'été.
Cet été 2015 se place au deuxième rang des étés les plus chauds depuis le début des observations, assez loin cependant du mémorable été 2003.
Les pluies sont inégalement réparties, assez proches de la normale sur l'Aveyron, le nord du Lot, une partie du Gers ainsi que sur le piémont pyrénéen, mais très excédentaires du Midi-toulousain au Quercy.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Forte chaleur.

Le début du mois est estival avec notamment 2 pics de forte chaleur les 3 et 5 août : les températures maximales atteignent 36 à 40°C !
Pendant cette période, le soleil domine largement malgré des entrées maritimes qui apportent temporairement un ciel gris au sud de la Garonne.

   

Du 8 au 15 : Perturbé​.

Dans un courant d'altitude de sud-ouest, plusieurs petites dépressions circulent sur la région. Elles apportent un temps instable avec une succession de perturbations orageuses et de périodes plus calmes et plus ensoleillées. Les pluies les plus marquées se produisent le 8 août puis à nouveau le 13 août, avec pas moins de 3 vagues orageuses qui traversent la région dans la journée. Les températures sont en dents de scie, très fraîches le 8, le 9 et le 14 août (maximum de 18 à 20°C), mais très chaudes le 11 et le 12 août avec 33 à 35°C au coeur de l'après-midi.

  

Du 16 au 24 : Variable.

Un temps plus calme s'établit durablement, avec en début de période des températures assez fraîches pour la saison, autour de 25°C l'après-midi. Puis le soleil s'impose dans un beau ciel bleu le 20 et le 21 août et la température dépasse largement les 30°C. Les jours suivants, les nuages dominent et ils donnent quelques ondées dispersées dans une ambiance plus fraîche.

    

Du 25 au 31 : Chaleur.​

A partir du 25, de l'air chaud en provenance d'Espagne gagne toute la région et la chaleur est de retour, avec des valeurs qui dépassent souvent les 35°C sur les contrées proches du Massif Central. Le vent d'Autan souffle dans son domaine du 28 au 31 août. Puis dans la soirée du dernier jour du mois, de très violents orages balayent notre région, avec localement des chutes de grêle, des pluies diluviennes et des rafales de vent exceptionnelles, jusqu'à 150 km/h !

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de septembre est marqué par des températures fraîches pour la saison, et par des pluies particulièrement faibles sur une grande partie de la région.

  

Précipitations

Le relief de l'Aveyron est bien arrosé, mais c'est une exception. Partout ailleurs, les précipitations sont déficitaires, avec un déficit de 50% sur le Midi toulousain.

Les pluies sont excédentaires sur le département de l'Aveyron, ainsi que sur le Bas Armagnac, mais partout ailleurs le déficit est assez marqué. Il atteint 50 à 80% dans les plaines de la partie centrale de la région. Il est par exemple tombé seulement 20 mm à Balma, en banlieue toulousaine, et 14 mm à Revel, dans le Lauragais.
En revanche, les stations aveyronnaises ont recueilli des cumuls très importants : 140 mm à Entraygues et Laissac et jusque près de 180 mm à Cornus, sur le Causse du Larzac. Ces pluies abondantes sont dues à un épisode cévenol qui a donné des pluies diluviennes sur le sud du Massif Central dans la journée et la soirée du 12 septembre.

2015-09.png  

  

Températures

La moyenne des températures minimales et maximales est inférieure d'un degré par rapport à la normale. C'est le mois de septembre le plus frais depuis l'année 2007.

Sur l'ensemble du mois, les températures sont inférieures à la normale d'environ un degré, avec un écart plus prononcé pour les températures de l'après-midi. C'est le mois de septembre le plus frais depuis 2007, alors que les quatre mois de septembre précédents, notamment en 2011 et 2014, avaient connu des températures particulièrement chaudes.
Alors que la température dépasse habituellement les 30°C à 3 ou 4 reprises au cours du mois de septembre, cette année un seul pic de chaleur a été observé : le 16 septembre, la température a atteint 30 à 34°C sur la majeure partie de la région. Puis les jours suivants, la température n'a jamais réussi à dépasser les 25°C au meilleur de la journée.
Les températures nocturnes sont devenues bien fraîches dès le début du mois, comprises entre 5 et 10°C du 6 au 9 septembre, puis à nouveau vers la fin du mois, à la faveur de nuits claires. Ainsi, le 24 septembre la température s'est abaissée à 5°C à Albi, 4°C à Gourdon et 2°C à Rodez, avec l'apparition des premières gelées blanches de la saison.

2015-09-1.png   2015-09-2.png

  

Insolation

Malgré plusieurs journées bien grises en milieu de mois, le soleil a réussi à briller environ 200 heures au cours du mois, soit un niveau très proche de la normale.

Le soleil a brillé pendant environ 200 heures sur l'ensemble du mois dans les plaines, soit un cumul très proche de la normale. Les régions pyrénéennes sont plus défavorisées avec un cumul de seulement 160 à 180 heures, soit un déficit de l'ordre de 20%. C'est en milieu de mois que les nuages ont été les plus nombreux, avec plusieurs journées sans le moindre rayon de soleil.

  

Vent

Le vent est souvent resté modéré en plaine au fil de ce mois de septembre, avec une alternance de vent de nord-ouest et de vent de sud-est. En milieu de mois, le vent d'Autan a soufflé temporairement entre 75 et 80 km/h dans le Lauragais et le Castrais.
En montagne, de très fortes rafales de sud ont été observées du 15 au 17 septembre : autour de 100 km/h à Loudervielle (65) et sur le plateau de Beille (09) et jusqu'à 170 km/h au Pic du Midi (65) à 2880 mètres d'altitude.

    

Faits marquants

- Épisode cévenol.
Dans un flux de sud de plus en plus marqué, une masse d'air d'origine méditerranéenne a donné des orages et des pluies diluviennes sur le sud du Massif central le week-end des 12 et 13 septembre. En 48 heures, les précipitations ont dépassé les 100 mm sur l'Aubrac (105 mm à Lacalm) et plus de 150 mm sur tout le sud de l'Aveyron : 168 mm à Cornus et 288 mm à Tauriac-de-Camarès, tout près de Lodève, dans l'Hérault. Ces fortes précipitations ont provoqué des inondations sur tous les versants méditerranéens du Massif Central.
- Pic de chaleur.
Alors que la fraîcheur a dominé tout au long du mois, un pic de chaleur remarquable s'est produit le 16 septembre. A la faveur d'un puissant effet de foehn, la température a grimpé au coeur de l'après-midi jusqu'à 32°C à Lavaur (81), 33°C à Mirepoix (09) et Toulouse et même 34°C à l'Isle-Jourdain dans le Gers.
Mais dès le lendemain, sous un ciel gris, la température n'a pas dépassé 20 à 22°C sur l'ensemble de la région.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Frais et nuageux.

Après les violents orages de la soirée du 31 août, le temps est très nuageux en début de mois, avec des averses qui affectent essentiellement les régions pyrénéennes. Puis l'anticyclone installé sur le proche Atlantique étend son influence au sud-ouest de la France et le temps s'améliore.
Les plages ensoleillées dominent dans une ambiance assez fraîche, avec une température maximale autour de 20°C du 4 au 7 septembre.

   

Du 8 au 17 : Temps instable​.

Après deux journées chaudes et ensoleillées, le temps se dégrade le 10 septembre, sous un ciel menaçant accompagné d'ondées localement orageuses. Puis le 12 c'est le vent du sud qui se renforce en altitude, avec un épisode cévenol qui apporte des pluies abondantes sur la Montagne Noire et l'Aveyron, où des orages parfois forts éclatent dans la soirée. Les jours suivants, le temps reste très instable, avec encore des averses.
Puis le 15 septembre une accalmie temporaire se dessine en plaine, mais le vent du sud souffle très fort en montagne. Le lendemain, la température s'envole au niveau des records de la saison, avec plus de 33°C en plaine toulousaine ! Mais dans la soirée et dans la nuit, une perturbation pluvio-orageuse active traverse toute la région et la température chute brutalement le 17 septembre, sous un ciel menaçant porteur de pluies passagères.

  

Du 18 au 30 : Beau et frais.

Un temps plus calme s'établit durablement grâce à la présence de conditions anticycloniques. Les nappes de brouillard se dissipent rapidement pour laisser place à un temps bien ensoleillé. Les températures sont fraîches, souvent inférieures à 10°C au lever du jour et voisines de 20°C au meilleur de l'après-midi. Une perturbation moribonde apporte temporairement un ciel plus nuageux le 22 et le 23 septembre, avec de faibles pluies passagères. Puis le beau temps frais se rétablit avec cependant quelques averses sur les Pyrénées vers la fin du mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois d'octobre a connu des températures assez proches des normales, avec une pluviométrie très faible sur l'ensemble du territoire de Midi-Pyrénées.

  

Précipitations

Les pluies ont été particulièrement rares et le déficit est très important, parfois jusqu'à 80% dans les plaines centrales de la région.

Les précipitations sont rares et de faibles intensité. Le déficit pluviométrique est généralisé sur toute la région, plus prononcé dans les plaines. Le cumul mensuel est inférieur à 20 mm dans de nombreuses localités : 19 mm à Caylus (82), 17 mm à Toulouse et seulement 10 mm à Lombez (32).
On note simplement 2 épisodes avec des pluies bien marquées. Le premier jour du mois, des averses orageuses ont affecté le sud de la région dans la soirée avec par exemple 29 mm à Gimont (32) et 38 mm à Saint-Girons (09). Puis le 27 octobre, un épisode cévenol de courte durée a donné localement plus de 100 mm sur les hauteurs de la Montagne Noire.

2015-10.png  

  

Températures

Les températures ont fluctué au fil des jours, avec une période assez froide en milieu de mois suivie d'une douceur remarquable à partir du 23 octobre.

Le niveau des températures mensuelles est très proche des valeurs moyennes du mois d'octobre pour les températures maximales et légèrement inférieur pour les minimales, avec un déficit de l'ordre de un degré sur le nord de la région.
Les températures les plus froides sont observées en milieu de mois avec un déficit de 5 à 10 degrés pendant quelques jours. Ainsi, le 14 octobre la température n'a pas dépassé 14°C à Mauroux (32), 13°C à Albi, 10°C à Lunegarde (46) et 7°C à Saint-Côme-d'Olt (12). Le lendemain matin, à la faveur d'une nuit bien dégagée, les premières gelées sous abri de la saison sont observées : -1°C à Villematier (31), -2°C à Caylus, -3°C à Gourdon et -4°C à Rodez.
Puis vers la fin du mois, c'est au contraire la douceur qui s'est imposée avec des températures quasiment estivales, supérieures à la moyenne de 5 à 8 degrés. Le 27 octobre, la température a atteint au coeur de l'après-midi 24°C à Golfech (82), 25°C à Anglars (82) et 26°C à Lectoure (32). Le dernier jour du mois est aussi particulièrement chaud pour la saison : 25°C à Palaminy (31), Pamiers (09) et Souillac (46) et un magnifique 27°C à Saint-Géry dans le Quercy !

2015-10-1.png   2015-10-2.png

  

Insolation

La prédominance de conditions anticycloniques a permis un bon ensoleillement, malgré des journées grises en milieu de mois. Le cumul est légèrement supérieur à la normale.

Le soleil a brillé par intermittence la plus grande partie du mois d'octobre. Puis une période anticyclonique durable s'est installée en fin de mois et la succession de belles journées ensoleillées a permis d'atteindre un niveau d'ensoleillement légèrement supérieur à la normale : 150 heures à Millau et Gourdon, environ 160 h à Toulouse, Auch et Montauban, soit un bonus de 10% par rapport à la moyenne des mois d'octobre.

  

Vent

Le vent n'a pas soufflé bien fort au cours des 3 premières semaines, avec une alternance de vents d'ouest et de vents de sud-est.
Puis en fin de mois, avec un puissant anticyclone centré sur l'Europe centrale et une dépression qui se creuse au large du Portugal, le vent d'Autan souffle de plus en plus fort. Le 31 octobre, les rafales atteignent 75 km à Montlaur, dans le sud de l'Aveyron, 96 km/h à Castres, dans le sud du  Tarn, et 104 km/h à Saint-Félix-Lauragais en Haute-Garonne, à proximité du seuil de Naurouze.

    

Faits marquants

- Premières neiges.
Après deux journées très fraîches pour la saison, une perturbation venue du nord a donné de la neige dans la matinée du 15 octobre sur une bonne partie du Massif Central.
Dans notre région, ces chutes de neige très précoces ont donné un aspect hivernal à la campagne et aux villages de l'Aubrac, dès 1000 mètres d'altitude. Les secteurs de Laguiole, Lacalm et Saint-Chély-d'Aubrac sont restés sous une petite couche de neige toute la journée, avec une température maximale proche de zéro degré.
- Coup de vent.
A la fin du mois d'octobre, le vent d'Autan a soufflé modérément sur le Tarn et la Haute-Garonne. Puis le 31 octobre, à la faveur du creusement d'une dépression dans les parages de La Corogne, à la pointe nord-ouest de la péninsule ibérique, le vent s'est renforcé sensiblement vers la mi-journée. Les rafales ont atteint 96 km/h à Castres et 104 km/h à Saint-Félix-Lauragais. Le vent est resté en revanche plus modéré ailleurs, avec des pointes de 65 km/h à Toulouse et 70 km/h à Tanus (81).

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 12 : Doux et nuageux.

De l'air instable stationne en début de mois sur la région, avec des développements orageux sur les Pyrénées et les départements du sud. Les averses sont parfois fortes en fin de journée, en particulier le 1er octobre en Ariège et dans le Gers. Puis les jours suivants, le ciel hésite entre nuages et éclaircies dans une ambiance bien douce, avec des températures qui dépassent parfois les 25°C, notamment le 6 et le 11 octobre.

   

Du 13 au 22 : Froid et nuageux​.

Une perturbation atténuée apporte quelques pluies éparses le 13 octobre et elle marque un changement de masse d'air. Le temps devient froid pour la saison, avec des températures maximales qui plafonnent autour de 15°C pendant plusieurs jours. Le ciel est souvent gris, avec quelques ondées éparses, d'où une sensation bien réelle de temps maussade et automnal. Après une embellie de courte durée le 19 octobre, avec une température qui dépasse localement les 20°C, le vent du nord apporte beaucoup de nuages dès le lendemain, avec par moments un peu de bruine en fin de période et une température comprise entre 12 et 15°C les après-midi.

  

Du 23 au 31 : Doux et ensoleillé.

Un temps anticyclonique s'établit durablement, dans un flux qui s'oriente au sud en altitude. Le temps se radoucit sensiblement et les journées sont souvent bien ensoleillées. Puis à partir du 26 octobre, le vent d'autan se lève et un épisode cévenol touche le sud du Massif Central, avec des pluies bien marquées le 27 sur la Montagne Noire et les Monts de Lacaune. Les jours suivants, le beau temps est de retour et la température dépasse les 25°C sur le piémont pyrénéen. Mais le 31 octobre, le vent de sud-est se renforce et des rafales autour de 100 km/h affectent le Lauragais et le Castrais.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2015

Caractère dominant du mois

Ce mois de novembre est caractérisé par des températures très douces, nettement supérieures à la normale, et par un niveau d'ensoleillement remarquable.

  

Précipitations

Les pluies sont inégalement réparties, avec un déficit sur l'ouest de la région, ainsi que sur le Massif Central, mais un excédent sur le Quercy et le le piémont pyrénéen.

Le cumul des pluies est en moyenne régionale à peu près conforme à celui observé pour un mois de novembre. Mais la répartition géographique des précipitations fait apparaître des disparités sensibles. Ainsi, il n'est tombé que 34 mm à Condom (32), 29 mm à Cadalen (81) et 24 mm à Millau, soit un déficit de 65% pour cette dernière station. En revanche, les pluies ont été bien marquées sur le Quercy avec un cumul mensuel de presque 100 mm et encore davantage sur tout le piémont pyrénéen : 190 mm à Lourdes (65), 200 mm à Luchon (31) et 260 mm à Massat (09) soit plus de deux fois la normale. Ces pluies sont essentiellement dues à un copieux arrosage vers la fin du mois.

2015-11.png  

  

Températures

Les températures sont très douces, avec une moyenne générale supérieure d'environ 2 degrés à la normale, avec par endroits un excédent de 3 degrés de la Bigorre au Quercy.

Les températures moyennes sont nettement au-dessus des valeurs de saison, avec un excédent souvent compris entre 2 et 3 degrés, aussi bien pour les températures minimales que pour les températures maximales.
Les deux premières décades sont exceptionnelles, avec des températures qui ont souvent atteint un niveau estival. Ainsi, le 7 novembre il a fait 25°C à Entraygues (12), 27°C à l'Isle-Jourdain (32) et 28°C à Burlats (81), des records de chaleur pour cette période de l'année. Puis le lendemain, on relevait également 28°C à Saint-Géry dans le Lot. Un peu plus tard dans le mois, on relevait encore 22°C à Mirande (32) le 18 novembre et 23°C à Ayros (65) le 20 novembre.
Puis la dernière décade, la température a chuté considérablement avec notamment des gelées généralisées les 23 et 24 novembre, jusqu'à -4°C à Auch (32) et -5°C à Saint-Gaudens (31).
Le matin du 24 novembre, les gelées étaient sévères dans le Massif Central : -6°C à Lunegarde (46), -7°C à Millau et -8°C à Rodez.
Dans la journée, les températures sont restées froides au cours de cette période avec par exemple un maximum de seulement 5°C à Souillac (46) et Albi le 24 novembre après-midi.

2015-11-1.png   2015-11-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé généreusement tout au long du mois. Le cumul de l'insolation est excédentaire de 30 à 50% par rapport à la normale. L'Ariège et l'Aveyron sont les deux départements les plus ensoleillés.

Le soleil a brillé très souvent au cours de ce mois de novembre et le cumul est nettement excédentaire sur toute la région. Il est supérieur de 30% à la normale dans toutes le plaine et de l'écart atteint ou dépasse les 50% en Ariège et en Aveyron. Avec un cumul de 158 heures à Millau et de 168 heures à Saint-Girons, c'est le mois de novembre le plus ensoleillé depuis le début des mesures en 1991.

  

Vent

C'est en début de mois que le vent d'Autan a soufflé violemment pendant 2 jours. Les rafales les plus fortes sont observées le 2 novembre : 104 km/h à Toulouse, 107 km/h à Castres et 114 km/h à Saint-Félix-Lauragais. Sur tout le Massif Central, le même jour, le vent de sud-est a aussi soufflé en tempête avec par exemple 108 km/h à Soulobres, sur le Causse au-dessus de Millau, en Aveyron.
Puis les jours suivants, le vent est resté plus calme, avec des conditions anticycloniques. Puis en fin de mois, le vent de nord-ouest a soufflé fort en montagne : rafales de 100 km/h sur les Monts de Lacaune le 27 novembre.

    

Faits marquants

- Soleil gagnant.
Grâce à la prédominance de conditions anticycloniques jusqu'au 20 novembre, le soleil a brillé très généreusement au cours de ce mois de novembre. C'est le mois de novembre le plus ensoleillé en Ariège et en Aveyron, avec un bonus de 50 à 60 heures de soleil ! Sur le reste de la région, l'ensoleillement est aussi excédentaire, de l'ordre de 30%, mais les mois de novembre 1995 et 2006 avaient été encore plus ensoleillés.
- Épisode pluvio-neigeux.
Dans un régime de nord-ouest très rapide, plusieurs perturbations sont venues se bloquer sur les Pyrénées du 24 au 26 novembre, apportant de très forts cumuls de pluie et le la neige en montagne (parfois plus d'un mètre au-dessus de 2200 mètres). Le 25, jour le plus arrosé, des records journaliers pour un mois de novembre ont été battus : 83 mm à Arreau (65), 97 mm à Fos (31) et 120 mm à Massat (09), soit davantage que le cumul mensuel habituel !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 20 : Douceur remarquable.

Le début du mois est marqué par des températures très douces et un vent d'Autan qui souffle en tempête le 2 novembre avec des rafales qui dépassent les 100 km/h du Tarn à la plaine toulousaine. Cet épisode est accompagné de pluies abondantes sur les versants méditerranéens du Massif Central. Puis dans la nuit le vent se calme et la pluie gagne le midi-toulousain et le Quercy. Puis un temps anticyclonique s'établit durablement les jours suivants dans un régime de sud qui fait grimper les températures à un niveau estival le week-end des 7 et 8 novembre, avec des valeurs autour de 25°C au coeur de l'après-midi ! Puis l'anticyclone vient se positionner juste au-dessus de notre région et l'absence de vent favorise la formation de brouillards parfois tenaces, notamment le 11 novembre. Les températures sont alors contrastées, avec seulement 12°C en val de Garonne et 18°C près des Pyrénées et dans le Massif Central. Les jours suivants, ces brouillards se dissipent un peu plus vite et la douceur se généralise à nouveau en fin de période, malgré un ciel souvent voilé par des nuages d'altitude.

   

Du 21 au 30 : Frais et perturbé​.

Le temps se dégrade brutalement le 21 novembre, avec une perturbation active et un flux de nord-ouest qui apporte de l'air beaucoup plus frais.
La neige s'abaisse vers 1000 mètres dans la soirée sur les Pyrénées. Puis l'air froid s'installe, avec des températures qui ne dépassent pas 7 à 10°C l'après-midi.
Le 23 et le 24, à la faveur d'un ciel bien dégagé, les gelées se généralisent à toute la région. Les jours suivants, le régime de nord-ouest se renforce et les perturbations défilent, en apportant de la pluie au sud de la Garonne et des chutes de neige abondantes sur les Pyrénées le 25 et le 26. Puis le temps se calme en fin de mois et les températures deviennent à nouveau beaucoup plus douces le 29 et le 30 novembre.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2015

Caractère dominant du mois

L'année 2015 se conclut par un mois de décembre hors normes, marqué par une douceur exceptionnelle, un ensoleillement record, et une pluviométrie minimale.

  

Précipitations

C'est le mois de décembre le plus sec jamais enregistré en Midi-Pyrénées, avec un déficit de 70 à 95% par rapport à la normale, aussi bien en plaine qu'en haute montagne.

Ce mois de décembre 2015 est le plus sec jamais enregistré sur la quasi totalité de la région : à l'exception du piémont pyrénéen et de la frange méditerranéenne de la région, les quantités reçues sont inférieures à 20mm, et moins de 5mm sur une bonne partie du Tarn (1.8mm relevés à Réalmont), en plaine toulousaine et sur la chaîne pyrénéenne. Avec 20 à 30mm, le piémont reste déficitaire de 70% par rapport à la normale, ailleurs le manque dépasse souvent 90%. Nombre de stations du sud de la région n'ont enregistré qu'un ou deux jours avec des précipitations supérieures à 1mm, ce nombre ne dépasse pas 5 jours sur les zones les plus arrosées.

2015-12.png  

  

Températures

Avec une température moyenne supérieure à la normale de plus de 3°C, décembre 2015 bat le record de décembre 2009. Sur les maximales, l'anomalie approche même 5°C !

La température moyenne est partout supérieure à la normale, l'écart atteint 3 à 4°C sur une bonne partie de la région, valeur record pour bon nombre de stations. Seuls le Couserans et l'Ariège enregistrent des températures plus conformes à la saison.
Cet écart est peu marqué sur les températures minimales, qui ne sont que légèrement excédentaires, voire déficitaires. L'anomalie concerne surtout les maximales, elle atteint 4 à 6°C, valeurs inédites pour la plupart des stations. Ces températures correspondent ainsi aux maximales habituelles d'un mois de mars !
Le début de mois est contrasté, avec des gelées matinales généralisées, plus marquées au pied des Pyrénées (-5.5°C à Mirepoix (09)) ou en Aveyron (-10°C à Cornus) le 2, et des brouillards glacés en plaine. Mais les maximales sont déjà remarquablement douces au pied des Pyrénées : 19,4°C à Tournay (65) le 3. La douceur s'étend vers le nord au cours des jours suivants mais c'est au cours de la troisième semaine qu'elle devient véritablement exceptionnelle : le 19, les 20°C sont atteints dans le Lot et l'Aveyron, largement dépassés dans les Hautes-Pyrénées. Les minimales ne sont pas en reste : 14°C à Puylaurens (82) le 17.

2015-12-1.png   2015-12-2.png

  

Insolation

Le soleil n'avait jamais autant brillé en décembre depuis 25 ans ! La durée d'ensoleillement est une fois et demie à 2 fois supérieure à la normale.

Du fait de conditions essentiellement anticycloniques, les nuages n'ont guère assombri le ciel de notre région. L'ensoleillement atteint des valeurs record sur pratiquement toute la région : avec des durées cumulées de 150 à 190 heures, le soleil a brillé entre 1.5 et 2 fois plus que la normale ! Seul le sud-est de l'Aveyron fait exception avec un ensoleillement légèrement déficitaire.

  

Vent

Avec un flux d'altitude orienté le plus souvent au sud-ouest, le contournement des Pyrénées engendre un régime de vent d'Autan sur la région. Il se manifeste sur une durée totale de 21 jours durant le mois, et souffle sans discontinuer du 17 au 30. Il reste généralement modéré à assez fort, avec des rafales atteignant 70 à 80 km/h au pied de la Montagne Noire ou en Lauragais, mais s'intensifie en fin de mois (109 km/h à Castres le 28). En montagne, un fort vent de secteur sud souffle sur les crêtes occidentales de la chaîne, voire jusqu'en moyenne montagne (99km/h à Loudervielle le 28).

    

Faits marquants

- Bilan de l'année 2015 :
Le premier trimestre, plutôt froid et perturbé, est marqué par d'abondantes précipitations sur les Pyrénées et leurs abords (neige en plaine le 3 février), et un vent d'ouest souvent fort. Le soleil reprend résolument l'avantage début avril et les températures grimpent, les 30°C sont dépassés le 14. Des orages violents s'ensuivent, causant des inondations, notamment dans le Lot
Après un mois de mai inhabituellement sec, l'été est particulièrement chaud mais orageux : ainsi le 31 d'août des rafales d'une violence exceptionnelle (135 km/h à Montauban (82), 153 km/h au Montat (46)) balaient la région, causant d'importants dégâts.
En septembre des pluies abondantes arrosent les Pyrénées et un épisode cévenol déborde sur l'Aveyron, ailleurs le temps est plutôt sec et cette sècheresse s'accentue en octobre. L'année se termine dans une douceur ensoleillée déjà remarquable en novembre, qui devient exceptionnelle en décembre.
Au final, en Midi-Pyrénées, l'année 2015 est une année bien ensoleillée, très chaude (4e rang derrière 2014, 2011 et 2003), et relativement sèche.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 14 : Températures contrastées.

Les conditions sont anticycloniques mais en début de mois, l'atmosphère est humide et les brouillards sont fréquents en plaine.
Souvent denses et tenaces, ils limitent le réchauffement diurne : pas plus de 4,7°C le 2 à Castelsarrasin (82). Près du relief au contraire, l'amplitude thermique est très élevée, avec des gelées matinales marquées et des maximales de 15 à 18°C. Deux perturbations très atténuées tempèrent provisoirement ces écarts : la première apporte des pluies faibles en Ariège et Lauragais le 4, la seconde, un peu plus plus active, donne 1 à 5 mm de pluie sur l'ensemble de la région, et 7 à 10 mm sur le piémont pyrénéen. Elle est suivie d'un temps un peu moins doux mais calme et ensoleillé.

   

Du 15 au 27 : Douceur exceptionelle​.

Le flux anticyclonique de sud-ouest s'accélère en altitude, de l'air très doux gagne toute la région : les températures deviennent printanières de jour comme de nuit, la douceur culmine le 19 avec plus de 24°C relevés dans les Hautes-Pyrénées. Le vent d'Autan souffle durant toute la période, d'abord modéré puis de plus en plus fort : 95 km/h à Castres le 27. Il accumule les nuages sur la bordure méditerranéenne où ils donnent quelques précipitations. de fortes rafales balaient également les massifs pyrénéens.

  

Du 29 au 31 : Temps perturbé.

L'anticyclone perd du terrain et une perturbation pénètre sur la région le 28, apportant de faibles pluies sur l'ouest et le nord. A l'avant, le vent d'Autan devient tempétueux sur la Montagne Noire et le Lauragais.
Le 29, la perturbation s'enfonce sur les Pyrénées où les températures maximales perdent 10°C dans les vallées. Dernier sursaut généralisé des températures le 30, avec des maximales entre 15 et 20°C, avant l'arrivée d'une perturbation peu active le 31, et le retour à des températures de saison.

   

Source : Météo France