En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Texte à méditer :   À la Saint-Séverin, chauffe tes reins   
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Visites

 94576 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de janvier est particulièrement doux et les précipitations sont partout supérieures à la normale, en particulier au sud de la Garonne.

  

Précipitations

Les pluies en plaine et les chutes de neige en montagne sont très fréquentes, avec un épisode de précipitations abondantes du 22 au 25 janvier, d'où des inondations dans les vallées fluviales.

Le temps doux et pluvieux qui a dominé au cours de ce mois de janvier a donné lieu à des précipitations abondantes, en particulier en début de mois et au cours de la dernière décade. Le cumul mensuel se situe entre 100 et 150 mm dans les plaines et il dépasse souvent les 200 mm sur les Pyrénées, ainsi que sur l'Aubrac et les Monts de Lacaune, soit deux fois plus que la normale. Le nombre de jours avec des pluies significatives est considérable : autour de 15 jours dans les plaines de la Haute-Garonne, du Tarn et de l'Ariège, et une vingtaine de jours sur le reste de la région, soit 2 fois plus souvent que la normale ! Ces pluies répétées ont provoqué des inondations importantes, notamment le week-end des 25 et 26 janvier.

2014-01.png  

  

Températures

La douceur domine tout au long du mois, avec une mention particulière pour la première décade de janvier, marquée par des températures printanières au pied des Pyrénées.

Ce mois de janvier est marqué par des températures très douces, de jour comme de nuit. La moyenne des températures se situe pour la région à 2 degrés au-dessus de la normale. Seuls les mois de janvier 1988 et 1996 avaient connu des valeurs encore plus douces.
C'est le début du mois qui est le plus chaud, avec des températures nocturnes autour de 10°C et des températures diurnes souvent supérieures à 15°C. Au pied des Pyrénées, les 20°C sont dépassés à plusieurs reprises : 21°C à Lannemezan (65) et à Saint-Girons (09) le 6 janvier, 21°C à Arreau (65) et Saint-Lary (65) le lendemain, puis 22°C à Aulus (09) et 23,5°C à Luchon (31) le 8 janvier ! Après une courte période un peu moins douce, le 12 janvier la température atteint à nouveau 20°C à Bagnères-de-Bigorre (65) et 21,5°C à Lourdes (65).
Puis la deuxième quinzaine du mois est plus proche des températures de saison. De faibles gelées se produisent entre le 17 et le 21 janvier : -3°C à Monteils (12) et Cérizols (09) le 17, -1°C à Montauban et -2°C à Saint-Girons le 18, -1°C à Rodez (12) et Maubourguet (32) le 21 janvier.
Mais sur l'ensemble du mois, les gelées sont très rares : seulement 2 à 4 jours avec gelée dans les plaines, alors que la moyenne est de 10 à 12 jours.

2014-01-1.png   2014-01-2.png

  

Insolation

Avec un temps souvent perturbé, les nuages sont très présents et l'ensoleillement est bien faible sur toute la région, avec un déficit qui atteint 25 à 40%.

Avec cette succession de perturbations, le soleil a surtout brillé par son absence. Le nombre de jours de plein soleil est extrêmement rare, alors que le nombre de journées avec un ciel tout gris dépasse souvent les 10 jours. Le nord de la région est le plus défavorisé, avec un cumul à peine supérieur à 50 heures de soleil, soit près de deux fois moins que la normale. Dans les plaines du bassin de la Garonne, le soleil s'est montré pendant 70 heures, soit un déficit de 25%.

  

Vent

Le vent a soufflé modérément tout au long du mois, passant du secteur sud-est au secteur ouest au gré du cheminement des perturbations. Plusieurs épisodes de vent d'Autan ont affecté une partie de la région, notamment du 7 au 10 janvier puis du 15 au 18, avec un maximum de 90 km/h le 18 janvier à Castres (81).
Mais c'est le 4 janvier que le vent a soufflé le plus fort : après un passage pluvieux en début de journée, un régime d'averses orageuses s'est installé et de violentes bourrasques ont affecté toute la région en soirée. Les rafales ont atteint 80 à 100 km/h dans les plaines, 100 à 110 km/h sur les  hauteurs du Tarn et de l'Aveyron, et jusqu'à 145 km/h au Pic du Midi.

    

Faits marquants

- Coup de chaud du 8 janvier.
Après un début d'année tout en douceur, le vent du sud se renforce en altitude dans la journée du mercredi 8 janvier (120 km/h au Pic du Midi). Ce vent fort génère un effet de foehn qui provoque un accès de fièvre du thermomètre au pied des Pyrénées. Plusieurs records de chaleur pour un mois de janvier sont battus : 22°C à Aulus-les-Bains en Ariège (ouvert en 1959), 22,5°C à Arrens-Marsous en Bigorre (ouvert en 1936) et un magnifique 23,5°C à Luchon (31), soit la valeur la plus élevée pour un mois de janvier depuis le début des mesures en 1995.
- Inondations de la fin du mois.
Après plusieurs jours déjà bien arrosés, les pluies se renforcent encore le 24 janvier. Il tombe en 24 heures 70 mm à Tarbes, 95 mm à Lourdes et parfois plus de 100 mm sur le relief de l'Ariège. Ces pluies abondantes et répétées provoquent une crue importante de tous les cours d'eau avec de nombreux secteurs inondés. Le samedi 25 janvier, alors que les pluies s'atténuent, la Garonne atteint 3,78 mètres au Pont-Neuf à Toulouse, à mi-chemin entre la crue de janvier 2004 et celle de juin 2000. L'onde de crue se propage ensuite vers l'aval et le département du Tarn-et-Garonne voit à son tour le fleuve déborder de son lit naturel les jours suivants.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Doux et perturbé.

Un courant océanique apporte une succession de perturbations qui donnent des pluies temporairement bien marquées sur l'ensemble de la région, notamment le 3 janvier. Les températures sont douces, avec des pointes à 18°C sur le piémont pyrénéen le 4 janvier, juste avant le passage de lignes de grains très actives.

   

Du 6 au 12 : Douceur printanière​.

Le vent s'oriente au sud-ouest en altitude et une douceur exceptionnelle s'installe sur le sud de la région avec des températures qui dépassent à plusieurs reprises les 20°C au pied des Pyrénées et frôlent les 19°C en plusieurs secteurs du Lot ! Ce temps printanier, accompagné d'un léger souffle de vent d'Autan, est interrompu le 11 janvier, avec un ciel gris et quelques gouttes, puis le soleil et la douceur sont de retour le lendemain.

  

Du 13 au 21 : Frais et perturbé.

Le régime océanique est de retour avec une succession de passages pluvieux, plus marqués sur l'ouest et le nord de la région. Les températures retrouvent un niveau plus conforme à la saison. Du 16 au 18 janvier, une petite accalmie permet de belles éclaircies et les nuits sont plus fraîches, avec de faibles gelées au lever du jour. Puis un courant de nord-ouest frais et perturbé apporte de nouvelles pluies en plaine et de la neige en montagne.

    

Du 22 au 31 : Très pluvieux.​

Le flux perturbé se renforce sur nos régions et les pluies sont abondantes au sud de la Garonne, en particulier le 23 et le 24 janvier, deux journées où les départements pyrénéens sont placés en vigilance orange pluies et inondations. Ces fortes précipitations provoquent une montée rapide des cours d'eau et l'onde de crue se propage vers l'aval au cours des jours suivants, avec des inondations importantes dans tout le bassin de la Garonne.
Puis vers la fin du mois, un temps frais et variable s'installe, avec des éclaircies et quelques averses, accompagnées de températures de saison.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de février est caractérisé par un défilé incessant de perturbations pluvieuses, accompagnées de températures bien douces pour la saison.

  

Précipitations

Elles sont supérieures à la normale sur la quasi-totalité du territoire, hormis une mince frange des Monts de Lacaune au Larzac. L'excédent de pluies atteint 100% du Quercy à l'Aubrac.

Les précipitations sont fréquentes, aussi bien en plaine qu'en montagne et le cumul est presque partout nettement supérieur à la normale. Le nombre de jours avec des pluies significatives est souvent le double de la normale, avec un cumul de 15 jours dans les plaines et de 20 jours sur le Lot et le nord de l'Aveyron. Les quantités recueillies dépassent les 100 mm sur l'ouest du Gers et la Bigorre, ainsi que dans le Quercy, et localement les 200 mm en Aubrac. Dans les plaines du centre de la région, les pluies sont un peu moins abondantes, avec un cumul de 60 à 80 mm, soit tout de même un excédent autour de 50% par rapport à la normale.

2014-02.png  

  

Températures

La douceur a dominé tout au long du mois, avec de très rares gelées nocturnes et des températures souvent comprises entre 10 et 15°C les après-midi.

Après deux mois de février particulièrement froids en 2012 et 2013, le contraste est saisissant pour ce mois de février 2014. La douceur a dominé tout au long du mois, sans le moindre coup de froid. Les nuits sont particulièrement douces, avec un nombre ridicule de gelées nocturnes : alors qu'il gèle en moyenne 10 nuits par mois en février dans les plaines, cette année seulement 2 à 3 nuits gélives sont constatées, avec un minimum tout juste au-dessous du zéro degré à l'aube. Certaines stations ont même vécu l'absence total de gelées : Lectoure (32), Anglars (46), Puylaurens, etc...
Quant aux températures diurnes, elles sont aussi très douces, presque constamment comprises entre 10 et 15°C en milieu d'après-midi.
Quelques accalmies ensoleillées ont permis de belles pointes de douceur, avec par exemple la barre des 20°C dépassées à trois reprises à Luchon (31) : le 6, le 14 et le 20 février.
Sur l'ensemble du mois, les températures moyennes (jour et nuit confondus) sont le plus souvent supérieures de un à un degré 1/2 par rapport à la normale, et même de 2 degrés à Belcastel (12) et Dourgne (81).

2014-02-1.png   2014-02-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé une centaine d'heures dans les plaines, soit un peu moins que la normale. Le déficit est en revanche plus accusé sur la Bigorre, ainsi que sur tout le Massif Central.

Malgré un temps souvent perturbé, le soleil a réussi à tirer son épingle du jeu dans les plaines avec par exemple 105 heures de soleil à Auch et 113 heures à Toulouse, soit des valeurs très proches de la normale. En revanche, sur le Massif Central et le piémont pyrénéen, le déficit est très accusé : seulement 90 heures en Bigorre, 85 heures à Millau et 80 heures à Gourdon, soit un déficit proche de 35%.

  

Vent

Le vent a soufflé de façon irrégulière au cours de ce mois de février, avec une alternance de périodes de vent d'Autan et de vent d'ouest. Les plus fortes rafales de vent d'Autan sont mesurées le 6 février, avec 110 km/h à Castres (81).
Puis à plusieurs reprises, de fortes bourrasques de vent d'ouest sont observées sous des averses : 90 km/h à Lauzerte (82) le 10 février, 86 km/h à Lunegarde (46) le 13, puis un peu partout le dernier jour du mois, avec des rafales de 80 à 90 km/h sur le Lot, la Haute-Garonne, l'Aveyron et le Gers, jusqu'à 110 km/h à la station de Le Houga (32).
En montagne , le vent du sud a soufflé en tempête le 6 et le 14 février (100 à 150 km/h).

    

Faits marquants

- Coup de chaud de la Saint-Valentin.
Les amoureux de douceur auront été servis pour cette Saint-Valentin 2014.
Alors que le vent du sud soufflait fort en montagne toute la journée du 14 février (104 km/h à Loudervielle, à 1580 mètres d'altitude dans le massif du Louron), un bel effet de foehn a permis à la température de grimper jusqu'à 21°C à Luchon (31), Saint-Girons et Massat (09)... et même un magnifique 22°C dans la cité de Lourdes (65) au coeur de l'après-midi !
- Bilan de l'hiver :
Cet hiver météorologique (décembre, janvier, février) se caractérise par des températures très douces qui lui permettent d'entrer dans le top 10 des hivers les plus doux depuis un siècle, assez loin cependant de l'hiver 1989/1990, le plus chaud de tous. Une seule période de froid a été observée au cours de l'hiver, au début du mois de décembre. Puis dès le 10 décembre, la douceur s'est installée durablement jusqu'à la fin du mois de février, avec des températures souvent comprises entre 10 et 15°C les après-midi. La neige n'a jamais fait son apparition en plaine et les gelées nocturnes ont été très rares, deux fois moins nombreuses que la normale. En revanche, le temps souvent très perturbé s'est traduit par un arrosage copieux sur toute la région, avec un excédent de 25 à 40% de pluie dans les plaines au cours de l'hiver.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 16 : Très perturbé.

Dans un régime à dominante sud-ouest, les perturbations se succèdent à un rythme effréné sur l'ensemble de la région. Elles apportent des pluies temporairement bien marquées, suivies de journées instables où se succèdent éclaircies et averses dans une ambiance relativement douce. Les températures oscillent le plus souvent entre 2 et 5°C au petit matin et entre 10 et 15°C l'après-midi.
Les accalmies sont de courte durée, avec cependant deux journées plus ensoleillées les 3 et 9 février : après de faibles gelées matinales, le ciel est simplement voilé par des nuages d'altitude et un vent d'Autan modéré souffle sur le Tarn et la région toulousaine. Le 14 février est aussi un jour  sans pluie, mais au prix d'un vent assez fort dans les plaines et de très violentes bourrasques de vent du sud en montagne. Les deux jours suivants, la pluie est de retour sur l'ensemble de la région et la neige s'abaisse vers 1200 mètres sur les massifs pyrénéens dans la journée du 16 février.

   

Du 17 au 28 : Temps mitigé​.

Le rythme des perturbations océanes se ralentit et les périodes plus sereines prennent un peu plus de place dans le ciel de Midi-Pyrénées. Du 17 au 19 février, les plages ensoleillées dominent malgré des nuages plus nombreux sur le nord de la région, avec encore un peu de pluie de l'Aubrac au Quercy. Les nuits sont froides, avec des gelées assez marquées sur le piémont pyrénéen, puis la douceur s'installe en journée. Les deux jours suivants sont à nouveau très perturbés, avec de la pluie et des giboulées de grésil jusqu'en plaine. Du 22 au 25 février un temps printanier s'installe temporairement, avec un soleil généreux et des températures très agréables les après-midi, jusqu'à 20°C sur le sud de la région. Mais des orages se déclenchent le 25 au soir, avant le retour d'un temps perturbé jusqu'à la fin du mois. Les journées sont alors ponctuées de nombreuses averses et de bourrasques de vent dans une ambiance très fraîche, avec des giboulées de grésil. Les chutes de neige s'abaissent vers 700 mètres sur le Massif Central et les Pyrénées.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de mars est caractérisé par une longue période de beau temps du 6 au 20 mars, encadrée par deux périodes plus perturbées.

  

Précipitations

Les précipitations sont contrastées : abondantes sur le sud-ouest de la région, de l'Armagnac au pays ariégeois, elles sont en revanche plus faibles ailleurs.

Les précipitations sont abondantes sur le Gers et le piémont pyrénéen, jusqu'à deux fois la normale en Bigorre. Il est par exemple tombé 261 mm à Lourdes (65) sur l'ensemble du mois. En revanche, les pluies sont plus modérées sur le reste de la région, avec un cumul souvent compris entre 50 et 70 mm dans les plaines, soit des valeurs proches de la normale.
Les épisodes pluvieux sont concentrés sur deux périodes bien distinctes : l'une en début de mois, avec une succession de perturbations et de fortes averses orageuses, puis une autre du 21 au 26 mars, avec de nombreuses giboulées et des chutes de neige à basse altitude.

2014-03.png  

  

Températures

Sur l'ensemble du mois, la douceur a dominé, malgré une période très fraîche du 22 au 27 mars. Les températures moyennes sont supérieures à la normale de 1 à 2 degrés.

Hormis une période très fraîche du 22 au 27 mars, c'est la douceur qui a dominé tout au long de ce mois de mars. L'écart à la normale des températures moyennes atteint environ un degré, jusqu'à deux degrés dans le Lot, à Catus et Latronquière.
Les nuits sont restées souvent douces, même pendant la période anticyclonique du milieu du mois.
De l'Armagnac au Quercy, ainsi que dans le Lauragais et la plaine toulousaine, la température n'est jamais passé sous le zéro degré.
Quant aux températures de l'après-midi, elles ont pris des allures printanières, dépassant souvent les 20°C. Ainsi, le 8 mars il a fait 24°C à Salviac (46) et 25°C à Burlats (81). Le lendemain, on relevait 23°C à Massat (09) et à Valence d'Agen (82). Puis le 17 mars, jour le plus chaud du mois, des valeurs dignes d'un mois de juin étaient relevées un peu partout avec par exemple 23°C à Toulouse, 24°C à Montauban, 25°C à Saint-Lary (65) et un magnifique 26°C à Saint-Géry dans le Quercy ! Mais le lendemain, la chute était brutale avec des températures maximales de 10 à 13°C sur une grande partie de la région, recouverte par une chape de nuages bas. Les jours suivants, la douceur est revenue, mais un temps perturbé s'est établi du 22 au 27 mars, avec des nuits assez douces et des journées bien fraîches : 8 à 12°C au coeur de l'après-midi. Puis en fin de mois, les températures printanières étaient de retour... jusqu'à 23°C à Maubourguet (65) le 31 mars.

2014-03-1.png   2014-03-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé souvent sur la région, notamment en milieu de mois, et le cumul mensuel dépasse partout les valeurs normales, avec un bonus d'ensoleillement souvent compris entre 20 et 30 heures.

Le soleil a brillé assez largement, grâce à une longue période anticyclonique du 6 au 20 mars, avec plusieurs journées sans le moindre nuage sur l'ensemble de la région. Le cumul mensuel atteint 180 à 200 heures de soleil sur la majeure partie de la région, soit un niveau supérieur à la normale. Le cumul atteint même 207 heures à Toulouse et 208 heures à Millau, soit un bonus de 20% par rapport à la valeur habituelle d'un mois de mars.

  

Vent

Les épisodes perturbés du début du mois et de la période du 21 au 26 mars ont été accompagnés de forts coups de vent.
Dès le 3 mars, au passage de lignes de grains orageux, les rafales ont dépassé les 100 km/h sur le sud de la région, jusqu'à 113 km/h à Tarbes et 185 km/h au Pic du Midi ! Puis le 25 mars, le vent d'ouest a soufflé aussi très fort au passage d'un système perturbé, avec des rafales de 88 km/h au Montat (46) et de 98 km/h à Fraisse (81).
En fin de mois, un épisode de vent d'Autan a entraîné de fortes rafales sur une grande partie de la région : 106 km/h à Castres (81) le 28, puis 90 km/h à Montauban et 100 km/h à Toulouse le 29, 112 km/h à Tanus (81) le 30 mars.

    

Faits marquants

- Vent violent.
Le 3 mars, une dépression très creuse (980 hPa), dénommée "Christine", a traversé la France de la Bretagne vers les Alpes. La perturbation associée a balayé notre région dans la nuit, accompagnée déjà de très fortes rafales de vent d'ouest. Puis un régime de traîne s'est établi, avec de violentes bourrasques au passage de lignes de grains ponctués de coups de tonnerre. Les vitesses de vent enregistrées ont atteint 90 km/h sur le nord de la région et souvent plus de 100 km/h sur le sud : 101 à Muret (31) et Saint-Girons (09), 109 à Campistrous (65) et 113 à Tarbes. En montagne, le vent a soufflé en tempête, y compris le lendemain, entraînant la fermeture des stations de ski. Des rafales de 185 km/h ont alors été mesurées au Pic du Midi.
- Poussières de sable.
Le 29 mars, alors qu'un vent de sud soufflait très fort en altitude (133 km/h au Pic du Midi) et que le vent d'Autan se déchaînait en plaine, le ciel est resté voilé toute la journée. Les nuages de haute altitude (vers 7000 mètres) ont pris une teinte étrange et le disque solaire est apparu en fin d'après-midi sous une couleur jaune métallique. Ce phénomène est dû à la présence de poussières de sable transportées dans les hautes couches de l'atmosphère du Sahara jusqu'à nos latitudes.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Perturbé.

Un courant océanique perturbé apporte une succession de systèmes nuageux accompagnés de pluies passagères. Les éclaircies sont rares et les averses souvent fortes et parfois orageuses. Au passage de la dépression "Christine", les rafales de vent dépassent fréquemment les 100 km/h le 3 mars. Les températures sont conformes aux valeurs d'un début mars, autour de 3°C en fin de nuit et de 12°C l'après-midi.

   

Du 6 au 20 : Printanier​.

Un anticyclone très puissant s'étire des Açores à la Pologne et un beau temps durable s'établit sur l'ensemble de la région. Le soleil brille dans un beau ciel bleu et les températures deviennent printanières, un peu fraîches la nuit, puis très douces en journée, souvent au-dessus de 20°C. La visibilité est cependant parfois brumeuse en milieu de mois, une brume accentuée par la pollution atmosphérique dans l'aire urbaine toulousaine. Vers la fin de cette belle période, des nuages bas d'origine océanique recouvrent une partie de la région, notamment le 18 mars.

  

Du 21 au 26 : Frais et arrosé.

L'anticyclone se retire et laisse pénétrer le courant perturbé de nord-ouest. Les giboulées sont fréquentes et les précipitations sont abondantes à proximité des Pyrénées, où la neige s'abaisse temporairement jusque dans les vallées. Les températures sont bien fraîches, légèrement positives le matin et comprises entre 8 et 12°C l'après-midi.

    

Du 27 au 31 : Doux et venté.​

Un flux de sud s'établit en altitude et le temps se radoucit sensiblement, avec des températures qui atteignent à nouveau les 20°C en fin de mois. Mais le ciel est souvent voilé et le vent de sud-est souffle fort sur l'ensemble de la région. Les rafales dépassent localement les 100 km/h dans le domaine du vent d'Autan.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois d'avril se caractérise par des températures très élevées et des épisodes pluvieux concentrés en début et en fin de mois.

  

Précipitations

Les pluies sont bien marquées des Hautes-Pyrénées au sud du Tarn, mais elles sont généralement déficitaires sur le reste de la région, en particulier dans la vallée de la Garonne.

Les épisodes pluvieux sont concentrés en début et en fin de mois. En effet, une longue période anticyclonique (du 9 au 19 avril) a préservé la région de toute incursion pluvieuse pendant une dizaine de jours.
En début de mois, le temps perturbé concerne surtout les Pyrénées et le sud du Massif Central, avec une évolution orageuse bien marquée le 7 avril : cumul de 23 mm à Cadours (31) et 33 mm à Saramon (32).
En fin de mois, l'arrosage est général, avec des précipitations parfois modérées, notamment le 24 avril avec un cumul de 35 mm à Puylaurens (81) au pied de la Montagne Noire, ainsi que le 26 avril avec un cumul de 26 mm à Arbas (31) au pied du Cagire.

2014-04.png  

  

Températures

La douceur a dominé tout au long du mois, avec même des températures estivales vers le milieu du mois. La température moyenne est supérieure à la normale de 2 à 2,5 degrés sur l'ensemble du territoire.

La douceur a dominé tout au long du mois, avec une moyenne des températures minimales supérieure de 2 degrés à la normale et une moyenne des maximales supérieure de 2 à 3 degrés selon les régions. Seules les années 2007 et 2011 ont connu des mois d'avril plus chauds que ce cru 2014.
Dès le 7 avril, des valeurs proches des records sont observées en divers points de la région : 28°C à Beaucaire (32), Lavaur (81) et Entraygues (12), 29°C à Lourdes (65) et Saint-Géry (46), 30°C à Maubourguet (65) et Burlats (81) !
Puis du 9 au 18 avril, une longue période anticyclonique favorise de belles journées douces et ensoleillées, avec des températures qui dépassent largement les 20°C.
Un nouveau pic de chaleur est observé le 16 avril : 27°C à Lectoure (32), Durfort (82) et Souillac (46). Ce temps estival perdure encore quelques jours, puis il est brutalement interrompu le 20 avril, avec des températures hivernales sous une pluie battante :
11°C à Auch et Montauban, 10°C à Gourdon et Toulouse au plus chaud de la journée !
Quant aux températures nocturnes, elles sont restées bien douces sur l'ensemble de la région, avec simplement quelques gelées blanches vers le milieu du mois.

2014-04-1.png   2014-04-2.png

  

Insolation

La durée de l'ensoleillement est globalement très proche de la moyenne, avec simplement un léger excédent de l'ordre de 10% sur le département de l'Aveyron.

Les belles journées ensoleillées du 9 au 19 avril ont compensé le manque d'ensoleillement du début du mois et de la fin du mois. Le cumul mensuel atteint le plus souvent 170 à 190 heures, soit un peu plus que la normale. Le maximum est atteint dans l'Aveyron avec par exemple un cumul de 203 heures de soleil à Millau, soit un bonus de 20 heures par rapport à la normale.

  

Vent

Le vent de secteur ouest à nord-ouest a dominé au cours de ce mois d'avril, avec cependant un épisode de vent d'Autan bien marqué en début de mois. Dès le 1er avril, avec le creusement d'une dépression sur le Portugal, le vent de sud-est s'établit sur toute la région et il se renforce sensiblement le lendemain dans le domaine de l'Autan : rafales de 103 km/h à Muret (31), 113 km/h à Saint-Félix-Lauragais et 114 km/h à Tanus (81).
Puis en fin de mois, c'est le vent d'ouest qui souffle en bourrasques au passage de lignes de grains : 84 km/h à Lahas (32), 92 km/h à Millau et 124 km/h au Pic du Midi (2880 mètres).

    

Faits marquants

- Forte amplitude.
Au cours de la période anticyclonique qui s'est installée durablement en milieu de mois, de l'air très sec a favorisé une forte variation des températures entre le jour et la nuit.
Le 16 avril, la température sous abri indiquait au lever du jour 3°C à Muret (31), et 0°C à Belcastel (12). Au niveau du sol, les gelées étaient fréquentes, avec par exemple -2°C à Montauban et -4°C à Lavaur (81) à 10 cm au-dessus du sol. Puis dans l'après-midi, la température est montée jusqu'à 25°C sur toute la région, avec localement des pointes à 27°C sous abri, soit une amplitude nettement supérieure à 20 degrés. Le lendemain, après une nouvelle nuit claire et froide, des écarts similaires étaient observés sur l'ensemble de la région.
- Douceur exceptionnelle du 1er janvier au 30 avril.
Les 4 premiers mois de l'année ont connu des températures beaucoup plus douces que la normale, en particulier en plaine toulousaine.
Ainsi la température moyenne atteint 6°C pour les minimales et 15°C pour les maximales à Toulouse, soit 2 degrés de plus que la normale.
Depuis le début des mesures (1922 à Francazal et 1947 à Blagnac), seule l'année 1997 a connu une douceur aussi prononcée.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 8 : Très agité.

Avec le creusement d'une dépression sur le Portugal, le vent d'Autan souffle en tempête en début de mois, puis un temps perturbé s'établit à partir du 3 avril avec des pluies fréquentes, plus marquées sur le sud de la région. Les températures sont douces, souvent comprises entre 15 et 20°C l'après-midi.
Le 7 avril, un effet de foehn très étendu permet à la température d'atteindre 25 à 28°C, avant l'arrivée d'une perturbation orageuse très active qui balaye la région en soirée en donnant localement de la grêle.

   

Du 9 au 19 : Soleil radieux​.

L'établissement de conditions anticycloniques durables permet le retour à un temps très calme. Les brumes et nuages bas du petit matin se dissipent rapidement pour laisser place à un temps très ensoleillé. Le temps est particulièrement sec l'après-midi, avec un ciel tout bleu et un taux d'humidité souvent inférieur à 30%.
En milieu de mois, les températures nocturnes sont assez froides, avec des gelées blanches au lever du jour, notamment le 16 et le 17 avril.
Puis l'après-midi, les températures atteignent un niveau estival, entre 25 et 27°C. En fin de période, les entrées maritimes en provenance de l'océan retardent l'apparition du soleil et les températures diurnes sont moins élevées.

  

Du 20 au 30 : Perturbé.

L'anticyclone se rétracte vers le proche atlantique et le courant perturbé en profite pour gagner la région. Dès le 20 avril, le changement est brutal, avec des pluies généralisées et des températures en chute libre, autour de 10°C au meilleur de la journée.
Les jours suivants, le temps est instable, avec des averses fréquentes qui sont ponctuellement accompagnées d'orages et de fortes précipitations. Malgré ce temps bien agité jusqu'à la fin du mois, avec de fortes bourrasques de vent sous les grains, les températures retrouvent un niveau de saison, souvent proche de 18°C l'après-midi.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de mai est caractérisé par des températures moyennes légèrement inférieures à la normale et par des précipitations très contrastées dans le temps et dans l'espace.

  

Précipitations

Les pluies les plus significatives sont concentrées en tout début de mois puis pendant la dernière semaine du mois.
Elles sont excédentaires près des Pyrénées, mais déficitaires sur le reste de la région.

Les pluies de mai sont abondantes sur le sud de la région, avec plus de 100 mm sur l'ensemble des Pyrénées et d'un très large piémont, mais elles sont très faibles sur le nord-est, de l'Aubrac au Larzac, avec un cumul parfois inférieur à 40 mm en divers points de l'Aveyron. Sur ce département, il n'est par exemple tombé que 34 mm à Saint-Affrique et 32 mm à Laissac. En revanche, le cumul de pluie a atteint 110 mm à Tarbes, 130 mm à Saint-Girons, 181 mm à Arbas, au pied du Cagire en Haute-Garonne et 185 mm à Sadeillan dans le sud du Gers, soit 2 fois la normale d'un mois de mai pour cette région de l'Astarac !

2014-05.png  

  

Températures

Après plusieurs mois systématiquement plus chauds que la normale, ce mois de mai marque une pause, avec une moyenne des températures un peu plus basse que la normale.

Le début du mois est marqué par des nuits bien froides, avec des gelées fréquentes dans les départements du Lot, de l'Aveyron et du Tarn-et-Garonne. Le 4 mai, on relève seulement -0,5°C à Caylus (82), -1°C à Salviac (46) et -1,2°C à Monteils (12). Puis les 15 et 16 mai, à la faveur de nuits calmes et claires, la température approche du zéro degré à l'aube en de nombreuses localités de la région.
Vers la fin du mois, si les nuits sont plus douces, le thermomètre affiche en revanche des valeurs bien basses en journée. Ainsi, le 26 mai, sous les nuages et la pluie, la température ne dépasse pas 16°C à Toulouse, 15°C à Tarbes, 14°C à Albi et 12°C à Gourdon au meilleur de l'après-midi soit une dizaine de degrés au-dessous de la normale saisonnière !
Des journées beaucoup plus chaudes sont cependant observées à plusieurs reprises au fil du mois.
Ainsi le 5 mai, la température atteint 27°C à Maubourguet (65), Bioule (82) et Saint-Géry (46). Puis le 18 mai, on relève 28°C à Souillac (46) et à Valence-d'Agen (82), une valeur également atteinte le 22 mai à Pamiers (09) et à Dourgne (81).
Sur l'ensemble du mois, les températures minimales et maximales sont légèrement inférieures à la normale, avec un déficit le plus souvent compris entre 0,5 et 1 degré.

2014-05-1.png   2014-05-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé généreusement en milieu de mois, mais plus faiblement en début et fin de mois. L'ensoleillement est en moyenne assez proche de la normale sur la région.

Vers le milieu du mois, à la faveur de conditions anticycloniques durables, le soleil a brillé à plusieurs reprises toute la journée sur l'ensemble de la région. Mais le temps perturbé en début et fin de mois a limité sensiblement l'ensoleillement.
Le cumul mensuel est rigoureusement conforme à la norme à Toulouse, avec 209 heures de soleil. Il est un peu plus faible de l'Armagnac au Quercy et au contraire un peu plus élevé que la normale de l'Ariège à l'Aveyron.

  

Vent

Le vent a soufflé souvent au cours de ce mois de mai, avec parfois de fortes bourrasques au passage de grains orageux.
Mais l'événement le plus marquant se situe du 18 au 21 mai, avec un épisode de vent d'Autan, qui a soufflé avec force pendant 4 jours sans discontinuer. Les rafales les plus fortes sont observées le 21 mai, avant l'arrivée d'une vague orageuse qui a ensuite balayé toute la région. Les vitesses mesurées ont atteint 97 km/h à Toulouse, 102 km/h à Rodez, 114 km/h à Castres (81), 115 km/h à Villefranche-de-Rouergue et 124 km/h sur le plateau au-dessus de Millau !

    

Faits marquants

- Violents orages.
Plusieurs orages violents ont affecté la région au cours de ce mois de mai.
Les 20 et 21 mai, le Gers a connu deux épisodes orageux brefs mais intenses dans le secteur de Fleurance, Auch et Condom. Des pluies violentes (15 à 20 mm en moins de trente minutes) ont provoqué des dégâts importants. Le 21 mai, cet épisode orageux s'est propagé vers le Tarn-et-Garonne et le Lot, où des bourrasques de vent de plus de 100 km/h ont couché les arbres sur un axe Biars-Figeac, provoquant des coupures d'électricité auprès de 15000 foyers dans le nord-est du Lot. Puis quelques jours plus tard, le 25 mai, c'est le secteur de Rabastens-Peyrun-Sadeillan (nord des Hautes-Pyrénées et sud du Gers) qui s'est retrouvé sous le déluge, avec des cumuls de pluie qui ont parfois dépassé les 100 mm en fin d'après-midi, avec des territoires inondés de pluie et de boue.
- Bilan du printemps.
Ce printemps 2014 est marqué par des températures très douces, avec un bonus de l'ordre de un degré pour les températures moyennes des mois de mars, avril et mai. Quant aux précipitations, elles sont contrastées, avec un déficit de 20 à 30% sur le Lot et l'Aveyron, un excédent de 20 à 30% sur les Pyrénées et leur piémont, et des valeurs proches de la normale sur une large bande centrale de la région.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Frais et instable.

Un flux de nord-ouest bien établi apporte une succession de passages perturbés, avec des pluies et averses plus marquées sur les Pyrénées, où la neige s'abaisse temporairement vers 1600 mètres.
Les températures sont basses pour la saison, souvent comprises entre 15 et 18°C l'après-midi.

   

Du 4 au 10 : Bien ensoleillé​.

Des conditions anticycloniques apportent un temps beaucoup plus agréable, avec un soleil généreux et un vent modéré de secteur sud-est.
Les températures nocturnes sont froides en début de période, avec des gelées blanches fréquentes au lever du jour. Puis le temps se radoucit sensiblement l'après-midi, avec des valeurs nettement supérieures à 20°C entre le 5 et le 10 mai et des pointes locales autour de 27°C.

  

Du 11 au 15 : Pluie et fraîcheur.

Un courant océanique rapide favorise le passage de perturbations pluvieuses sur l'ensemble de la région, puis le vent s'oriente au secteur nord et le temps se refroidit, avec des chutes de neige au-dessus de 1300 mètres et des averses de grésil en plaine toulousaine le 13 mai.

    

Du 16 au 25 : Assez chaud.​

Le vent s'oriente au secteur sud en altitude et le soleil s'impose du 16 au 18 mai, avec des températures qui dépassent parfois les 25°C.
Mais une dépression se creuse près du Portugal et un épisode de vent d'Autan violent s'établit du 18 au 21 mai. Parallèlement, une situation orageuse très active se met en place le 20 mai sur l'ouest de la région. Puis les orages progressent vers l'est le lendemain et ils donnent de très fortes bourrasques de vent, des pluies intenses et localement de la grêle. Après une courte accalmie le 22, le temps orageux est de retour les jours suivants, dans une ambiance assez chaude.

    

Du 26 au 31 : Perturbé.​

La dépression vient se centrer sur le sud de la France et un temps perturbé domine jusqu'à la fin du mois, avec des averses, plus fréquentes au sud de la Garonne.
Les températures sont à nouveau plus fraîches, autour de 10°C le matin et souvent comprises entre 15 et 20°C l'après-midi.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de juin est caractérisé par des températures chaudes et par des précipitations très hétérogènes, dues à des épisodes orageux assez fréquents.

  

Précipitations

Les pluies sont déficitaires sur la moitié nord de la région, du nord de l'Armagnac à l'Aubrac, mais elles sont excédentaires sur tout le sud de Midi-Pyrénées.

Après un début de mois bien sec, les pluies orageuses se sont multipliées entre le 13 et le 17 juin. Ces orages ont donné de la grêle à plusieurs reprises en plaine toulousaine et Lauragais et des pluies intenses dans les Hautes-Pyrénées et l'Ariège dans la nuit du 13 au 14 juin, jusqu'à 120 mm à Bélesta (09). Après une accalmie du 18 au 22 juin, les orages ont repris de plus belle à partir du 23 juin, avec à nouveau des pluies diluviennes et des inondations près de Toulouse, ainsi que dans le Gers et les Hautes-Pyrénées. Le cumul mensuel de pluie est excédentaire sur tout le sud de la région (localement jusqu'à 2 fois la normale) mais déficitaire en Armagnac, Quercy, Rouergue et Aubrac où les orages ont été moins nombreux.

2014-06.png  

  

Températures

La chaleur a dominé tout au long du mois de juin et les températures moyennes sont supérieures à la normale de près de deux degrés sur la majeure partie de la région.

Après un début de mois relativement frais, la chaleur a dominé tout au long du mois de juin. Avec une moyenne autour de 15°C pour les minimales et de 27°C pour les maximales, ce mois de juin se place au cinquième rang des mois de juin les plus chauds depuis 1950.
Dès le 8 juin, les 30°C sont dépassés sur la quasi-totalité de la région, avec un magnifique 34°C à Entraygues dans le nord de l'Aveyron. Le lendemain, la température grimpe jusqu'à 35°C à Puylaurens, dans le sud du Tarn.
Ces fortes chaleurs perdurent jusqu'au 13 juin, avec encore 35°C à Saint-Géry dans le Lot. Puis après une légère baisse sous un ciel plus tourmenté, la chaleur est de retour du 20 au 22 juin, avec un pic le jour de l'été, jour le plus chaud du mois : 34°C à Souillac (46), Albi, Montauban et Toulouse, 35°C à Saint-Côme-d'Olt (12) et jusqu'à 36°C à Montans (81). Vers la fin du mois, les 30°C sont à nouveau dépassés, notamment le 28 juin : 32°C à Auch, 33°C à Pamiers (09) et Lavaur (81).
Quant aux températures nocturnes, elles sont restées bien douces, souvent proches de 15°C au plus frais de la nuit sur l'ensemble de la région. La nuit la plus chaude est celle du 12 au 13 juin : 20°C à Toulouse et 21°C à Montauban juste avant le lever du soleil.

2014-06-1.png   2014-06-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est partout excédentaire avec une anomalie positive supérieure à 20% de l'Armagnac à la plaine toulousaine et au Quercy.

Malgré une fin de mois sous les nuages et les orages, le cumul de l'insolation est partout excédentaire. Il dépasse largement les 200 heures, y compris à proximité des Pyrénées, et il approche les 300 heures de soleil à Gourdon et Montauban, soit un excédent de 20% par rapport à la moyenne d'un mois de juin.
Dans le Quercy, le soleil a brillé tous les jours, au moins pendant 4 heures pour les journées les moins ensoleillées !

  

Vent

Le vent d'Autan a soufflé assez fort en début de mois (91 km/h le 6 juin à Castres), puis de violentes bourrasques ont balayé la région au passage des orages de la nuit du 13 au 14 juin (113 km/h à Montredon-Labessonié dans le Tarn). Une autre vague orageuse a donné de fortes rafales de vent d'ouest le 28 juin : 87 km/h à Savenès (82) et 98 km/h à Montlaur (12).
En montagne, c'est le vent du sud qui a soufflé en fortes rafales : 150 km/h au Pic du Midi le 6 juin et 126 km/h à Loudervielle, à 1590 m dans les Hautes-Pyrénées, le 9 juin.

    

Faits marquants

- Orages violents sur les Pyrénées.
Après une journée chaude et ensoleillée, de puissants orages se sont développés dans la soirée du 13 juin sur les versants français des Pyrénées. Ces orages ont déversé en très peu de temps des quantités d'eau considérables et provoqué des crues éclair de nombreux cours d'eau. Le secteur de Montgaillard dans les Hautes-Pyrénées a été particulièrement touché, avec une montée très rapide de l'Adour et de son affluent La Douloustre, provoquant des dégâts considérables parmi les riverains. Un peu en amont, près de Bagnères-de-Bigorre, une personne a été emportée  par les flots de l'Oussouet. En Ariège, le secteur du Pays d'Olmes a aussi été touché par des pluies orageuses diluviennes (120 mm à Bélesta) et des dégâts sont à déplorer dans la vallée de l'Hers.
- Orage et déluge sur la plaine toulousaine.
Le 23 juin en fin de journée, le ciel s'est obscurci sur la région toulousaine et un phénomène d'une ampleur exceptionnelle s'est abattu sur l'ouest de l'agglomération. Un orage stationnaire a déversé pendant près de deux heures des trombes d'eau et de la grêle. Au cours de cet épisode orageux d'une rare intensité, il est tombé 52 mm à Blagnac et localement plus de 100 mm au coeur du phénomène, à Colomiers, Tournefeuille et Plaisance-du-Touch, avec pour conséquence de nombreux quartiers inondés.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Frais et nuageux.

Malgré des conditions anticycloniques, un vent de nord-ouest apporte de l'air frais et assez humide, avec de nombreux nuages et de timides éclaircies. Les températures sont basses pour la saison, en particulier le 4 juin où elles sont souvent comprises entre 14 et 18°C en milieu d'après-midi.

   

Du 5 au 12 : Beau et chaud​.

L'anticyclone se décale vers l'Europe centrale et une dépression s'installe au large du Portugal, ce qui favorise un flux de sud sur notre région. Le temps se réchauffe rapidement et le vent d'Autan souffle pendant 3 jours, avec temporairement de fortes rafales.
Puis le vent se calme et le temps est partout estival avec un soleil généreux et des températures qui dépassent allégrement les 30°C.
Des orages ponctuellement forts éclatent le soir en montagne, plus nombreux le 11 juin.

  

Du 13 au 17 : Orages.

De l'air froid en altitude vient surplomber le sud de la France et une situation fortement orageuse affecte la région. Les orages sont particulièrement violents dans la nuit du 13 au 14 juin entre les Pyrénées et le Massif Central, avec de la grêle, de très fortes bourrasques de vent et des pluies abondantes. Le lendemain, de nouveaux orages affectent les mêmes contrées, puis le temps se calme avec de l'air plus frais les 15 et 16 juin. Mais dans la soirée du 17, une nouvelle vague orageuse donnent par endroits des averses de grêle.

    

Du 18 au 22 : Forte chaleur.​

Une poussée anticyclonique de l'Andalousie à l'Écosse apporte de l'air plus stable et de plus en plus chaud. Sous un soleil radieux, les températures atteignent 32 à 35°C le 21 juin pour fêter l'arrivée de l'été.
Le lendemain soir, plusieurs lignes orageuses traversent la région.

  

Du 23 au 30 : Très perturbé.​

Avec le creusement d'une dépression sur l'Espagne, l'air devient très instable et des orages se déclenchent les 23 et 24 juin, épargnant seulement la Lomagne et le Quercy. Ils donnent parfois des trombes d'eau et provoquent des inondations. Les jours suivants, un temps plus frais apporte un peu de répit, puis de nouvelles pluies orageuses affectent toute la région les 28 et 29 juin.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de juillet est marqué par de nombreux épisodes orageux qui ont donné des précipitations souvent abondantes. Avec ce temps perturbé, températures et ensoleillement sont au-dessous de la normale.

  

Précipitations

Les pluies sont excédentaires sur l'ensemble de la région, localement jusqu'à trois fois la normale de l'Aubrac jusqu'aux Monts de Lacaune. C'est l'un des mois de juillet les plus arrosés depuis 1977.

Le début du mois est marqué par de nombreux épisodes orageux. Les orages sont particulièrement violents le 1er et le 6 juillet, avec localement de la grêle et des pluies intenses.
Après une période sèche en milieu de mois, les épisodes orageux reprennent entre le 19 et le 25 juillet, avec localement des pluies abondantes. Le cumul mensuel dépasse les 100 mm en de nombreux points du territoire et atteint 250 mm en Aubrac. Le département de l'Aveyron est le plus arrosé, avec des records absolus pour un mois de juillet, jusqu'à 4 fois la normale à Saint-Saturnin et Saint-Sernin-sur-Rance ! Le nombre de jours de pluie est partout très élevé : 10 à 15 jours de pluie, soit deux fois plus que la normale !

2014-07.png  

  

Températures

Les températures minimales sont proches de la normale, mais les maximales accusent un déficit très marqué, autour de deux degrés sur la majeure partie de la région.

Si les températures minimales sont assez proches de la normale, avec des nuits souvent très douces, il n'en est pas de même pour les températures de l'après-midi. La moyenne des maximales est partout inférieure à la normale, autour de 2 degrés dans les plaines et jusqu'à 3 degrés en Aveyron, ainsi que dans le Luchonnais et sur la montagne ariégeoise. Ces températures plus basses s'expliquent par la fréquence des développements nuageux instables qui ont empêché le soleil de jouer pleinement son rôle.
La barre des 30°C n'est que très ponctuellement franchie, sauf pendant la seule période de forte chaleur du mois, entre le 16 et le 18 juillet. Le 17 juillet, jour le plus chaud du mois (aussi jour le plus chaud de l'année), des valeurs très élevées sont observées sur l'ensemble de la région : 35°C à Tarbes, Auch et Montauban, 36°C à Souillac (46), Pamiers (09) et Firmi (12), 37°C à Castelsarrasin (82) et Saint-Géry (46). Puis après une baisse assez sensible les jours suivants, un nouveau pic de chaleur est atteint le 24 juillet (30 à 33°C).
Mais dès le lendemain, sous un ciel plombé et ponctué d'averses orageuses une grande partie de la journée, la chute est brutale : seulement 22°C à Toulouse, 20°C à Beaucaire (32) et 19°C à Laguiole (12) au meilleur de la journée !

2014-07-1.png   2014-07-2.png

  

Insolation

Le cumul de l'insolation est bien faible pour un mois d'été, avec un déficit qui atteint souvent 20 à 30% par rapport à la normale.

Le soleil a surtout brillé par son absence au cours de ce mois de juillet. Les belles journées ensoleillées sont rares : seulement 3 jours de ciel bleu du matin au soir, du 15 au 17 juillet. Le cumul d'insolation se situe entre 180 et 200 heures sur la région, soit un déficit de 20 à 30% par rapport à la normale. C'est le mois de juillet le moins ensoleillé depuis 1987.

  

Vent

Le vent d'ouest a dominé au fil du mois, en soufflant modérément. Mais au passage des orages les plus violents, de très fortes rafales ont pu être mesurées par les capteurs de Météo-France.
Ainsi, dans l'après-midi du 6 juillet, les rafales ont atteint 106 km/h à Vic-en-Bigorre (65) et 137 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31) en provoquant de gros dégâts.
Puis dans la journée du 18 juillet, c'est le vent du sud qui a soufflé très fort en montagne : 114 km/h sur le plateau de Beille (09) et 143 km/h au Pic du Midi (65). Le lendemain, le vent d'Autan atteignait 103 km/h à Castres (81).

    

Faits marquants

- Violents orages.
Le premier jour du mois est marqué par une soirée très agitée : des orages violents affectent les Hautes-Pyrénées, le Gers, la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne. Ils sont accompagnés de chutes de grêle en Bigorre et localement de pluies intenses : 80 mm à Samatan dans le Gers et 60 mm à Savenès, dans le sud du Tarn-et-Garonne.
Le 6 juillet, un nouvel épisode orageux traverse une grande partie de la région en provoquant de gros dégâts. Grêle et violentes rafales de vent affectent le Volvestre et le Lauragais : tornade observée à Latrape (31) et rafales de 137 km/h à Saint-Félix-Lauragais (31). Dans les Hautes-Pyrénées, dans le secteur de Vic-en-Bigorre, la grêle et les pluies intenses (20 à 30 mm en quelques minutes) provoquent des inondations.
Dans le nord de l'Ariège, à Lézat-sur-Lège, la couche de grêle atteint par endroits 5 cm d'épaisseur. Dans le sud du Tarn, les pluies abondantes (30 à 50 mm) inondent de nombreuses maisons, en particulier dans le secteur de Castres. Puis en fin de soirée, c'est l'Aveyron qui est touché par la vague orageuse : 46 mm à Millau et 50 mm à Flavin. Les chutes d'arbres liées aux fortes rafales privent 2500 foyers d'électricité dans la région.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Frais et orageux.

En début de mois, un flux de sud-ouest s'installe sur la région avec la présence d'air froid en altitude.
Malgré des températures peu élevées (autour de 25°C l'après-midi), des nuages instables se développent et des épisodes orageux défilent des Pyrénées au Massif central. Les orages sont particulièrement violents le 1er et le 6 juillet. Le lendemain, une perturbation océane apporte beaucoup  de pluie sur l'ensemble de la région, avec des températures très basses (15 à 20°C l'après-midi).
Puis le flux s'oriente au nord-ouest et le ciel est souvent très nuageux, avec des averses de moindre intensité dans une ambiance qui reste bien fraîche pour la saison.

   

Du 14 au 18 : Soleil et chaleur​.

Un puissant anticyclone vient se centrer sur la France et le temps s'améliore rapidement avec un beau ciel bleu du 15 au 17 juillet. Les températures grimpent au fil des jours pour dépasser fréquemment les 35°C dans l'après-midi du 17 juillet. Puis le lendemain, le ciel devient plus nuageux, en particulier au sud de la Garonne où les températures amorcent une baisse, alors que la chaleur est encore très forte sur les régions proches du Massif central.

  

Du 19 au 25 : Temps instable.

Dès le matin du 19 juillet, le ciel est tourmenté avec quelques averses ponctuelles. Puis dans l'après-midi le temps devient lourd et des orages éclatent dans la nuit. Les jours suivants, le temps est plus frais, avec encore des averses orageuses isolées et un vent d'ouest sensible.
Puis le 23 et le 24 juillet, le temps s'améliore temporairement avec du soleil et des températures maximales autour de 30°C. Mais le lendemain les orages sont de retour et ils donnent des pluies abondantes sur le Gers, la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne.

    

Du 26 au 31 : Plus calme.​

Un temps plus agréable s'établit pour la fin du mois, avec de belles périodes ensoleillées, sauf le 28 juillet où une perturbation traverse la région du nord au sud, en donnant des pluies passagères, plus marquées sur le relief où elles sont ponctuées de coups de tonnerre.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois d'août se caractérise par des précipitations fréquentes et par des températures bien fraîches pour cette période de l'année.

  

Précipitations

Les pluies orageuses, particulièrement violentes en début de mois, n'ont épargné aucune contrée de la région. Le cumul des précipitations est partout supérieur à la normale.

Le début du mois est marqué par une succession de vagues orageuses qui ont apporté localement des précipitations intenses. Le 2 août, un orage donne 40 mm en moins de 2 heures à Fraisse-Murat (81). Le lendemain, on relève 48 mm à Campistrous (65), dont 20 mm en 12 minutes !
Puis le 8 août, un front pluvio-orageux balaye toute la région dans la soirée : 36 mm à Gimont (32), 56 mm à Saint-Antonin (82), 38 mm à Villefranche-de-Rouergue (12). Après une période plus sèche en milieu de mois, de nouvelles pluies instables se produisent un peu partout. Sur l'ensemble du mois, l'arrosage est conséquent : 60 à 110 mm dans les plaines et jusqu'à 170 mm sur le plateau de Lannemezan (65).

2014-08.png  

  

Températures

La fraîcheur a dominé, notamment du 11 au 24 août, et la moyenne des températures maximales est particulièrement basse, avec un déficit de 2 à 3 degrés par rapport à la normale.

Les températures de ce mois d'août sont nettement inférieures à la normale sur l'ensemble de la région, avec un déficit plus accusé pour la moyenne des maximales.
L'écart à la normale atteint 2 à 3 degrés sur la majeure partie de la région et jusqu'à 4 degrés sur le nord de l'Aveyron. C'est le mois d'août le plus frais des trente dernières années sur de nombreuses localités du territoire de Midi-Pyrénées. La période la plus froide se situe vers le milieu du mois, avec des valeurs maximales parfois inférieures à 20°C. Le 15 août, la température n'a pas dépassé 18°C à Rodez (12) et 19°C à Campistrous (65). Puis le 19 août, elle plafonne à 18°C à Saint-Girons (09) et Lacaune (81). Le lendemain, la température se situe autour de 17°C au meilleur de la journée en Aveyron et sur l'ensemble du piémont pyrénéen. Les températures nocturnes sont aussi particulièrement basses en milieu de mois, avec par exemple seulement 7°C à Rodez, 8°C à Castelsarrasin (82) et 10°C à Albi le 17 août en fin de nuit.
Le nombre de jours très chauds (supérieurs à 30°C) est particulièrement faible : cette valeur n'a été dépassée qu'à trois reprises, alors que la température dépasse en moyenne les 30°C à dix reprises au mois d'août dans les plaines.

2014-08-1.png   2014-08-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé beaucoup moins que d'habitude au mois d'août. Le déficit de l'ensoleillement, de l'ordre de 15% dans les plaines et sur le Massif Central, atteint plus de 20% le long des Pyrénées.

Malgré des matinées souvent bien ensoleillées, les nombreux nuages de l'après-midi n'ont pas permis au soleil de s'imposer durablement. Le cumul de l'ensoleillement est partout déficitaire. Il dépasse légèrement les 200 heures dans les plaines, soit un déficit de l'ordre de 15%, et il reste proche des 160 heures sur le piémont pyrénéen, soit un déficit de 20 à 23%.

  

Vent

Le vent de nord-ouest a dominé au cours de ce mois d'août, avec de bonnes rafales au passage d'une perturbation pluvieuse le 13 août : 80 km/h à Millau (12), 82 km/h à Savenès (82) et 96 km/h à Palaminy (31).
Mais ce sont les orages qui ont provoqué les rafales les plus fortes, occasionnant de nombreux dégâts en divers points de la région. Le 3 août une tornade a traversé la commune de Fronton (31) en début d'après-midi. Puis dans la soirée du 8 août, les stations de Météo France ont mesuré des valeurs nettement supérieures à 100 km/h : 114 km/h à Tanus (81), 123 km/h à Millau (12) et 128 km/h à Lahas (32).

    

Faits marquants

- Violents orages.
Plusieurs épisodes ont frappé la région dans la première partie du mois en provoquant localement de gros dégâts. Ainsi, le 2 août, un violent orage a touché la région de Tarascon, dans l'Ariège : après des trombes d'eau dans la soirée, le ruisseau qui traverse la commune de Lassur (09) est sorti de son lit et une coulée de boue a envahi toutes les maisons du village. Le lendemain, une tornade a causé d'importants dégâts sur la commune de Fronton (31), avec des fils téléphoniques arrachés et de nombreux arbres abattus. Puis le 8 août, une vague orageuse a traversé toute la région dans la soirée en provoquant de fréquentes inondations : grêle et pluies diluviennes à Vic-en-Bigorre (34 mm en moins de 30 minutes), pluies intenses et violentes bourrasques dans le Gers (128 km/h à Lahas) et la Haute-Garonne (toiture d'un immeuble emportée à Villemursur-Tarn), puis un peu plus tard fortes averses dans le Tarn et l'Aveyron (45 mm à Lanuejouls et coulées de boue dans le secteur de Barraqueville).
- Bilan de l'été :
Ce cru 2014 restera dans les mémoires comme un été bien maussade, avec des orages fréquents et des pluies abondantes.
C'est l'été le plus arrosé depuis 1993 sur tout le sud de la région. Quant aux températures, elles sont globalement légèrement au-dessous de la normale, grâce à un mois de juin très chaud qui a compensé la fraîcheur marquée de juillet et août.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Très orageux.

Dans un régime dominant de sud-ouest en altitude, les épisodes orageux sont très fréquents. Alors que le temps est souvent bien ensoleillé en matinée, l'instabilité se développe rapidement les après-midi et le temps tourne à l'orage en soirée. Ces orages sont particulièrement virulents les trois premiers jours du mois, puis à nouveau les 8 et 10 août. Ils sont accompagnés localement de chutes de grêle, de pluies intenses et de très fortes bourrasques de vent. Au cours de cette période, les températures sont assez chaudes, souvent comprises entre 25 et 30°C en milieu d'après-midi.

   

Du 11 au 24 : Fraîcheur marquée​.

Le flux s'oriente au secteur nord-ouest et de l'air frais envahit la région, avec des températures maximales qui plafonnent entre 20 et 25°C. Les nuits sont particulièrement fraîches du 15 au 21 août, avec des valeurs parfois proches de 10°C. Hormis le passage d'une perturbation active dans la nuit du 12 au 13 août, le temps est plus calme qu'en début de mois, avec des éclaircies et des passages nuageux. Ces nuages donnent quelques pluies passagères sur le relief des Pyrénées et du Massif Central.

  

Du 25 au 31 : Chaud et instable.

Le temps se réchauffe sensiblement le 25 août, avec un beau soleil et des températures qui atteignent les 30°C. Mais dès le lendemain, le ciel se couvre et des pluies arrosent toute la région dans la nuit. Les jours suivants, le temps est lourd, avec des averses et des orages jusqu'au vendredi 29 août. Puis la fin du mois se déroule dans une ambiance plus agréable, avec de belles plages ensoleillées et des températures maximales de 25 à 28°C.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de septembre est caractérisé par un temps estival, avec beaucoup de soleil et des températures bien chaudes, malgré des épisodes orageux localement intenses.

  

Précipitations

Les orages ont donné des pluies abondantes des Monts de Lacaune au sud de l'Aveyron. En revanche sur le reste de la région, les précipitations sont souvent déficitaires.

Le cumul mensuel des précipitations est très hétérogène, avec de fortes pluies sur le sud du Massif Central (jusqu'à 300 mm sur les Monts de Lacaune et les Grands Causses de l'Aveyron). En revanche, dans les plaines de Gascogne, les précipitations sont très faibles avec souvent moins de 20 mm dans le Gers et le sud de la Haute-Garonne, ainsi que sur le Volvestre. Ailleurs, les cumuls sont très variables selon les secteurs affectés ou non par des épisodes orageux. Les orages les plus forts ont donné par exemple 60 mm à Laissac (12) et 93 mm à Dourgne (81) le 8 septembre. Puis du 16 au 18 septembre, un épisode cévenol intense a donné des trombes d'eau sur le relief du sud de l'Aveyron : 194 mm à La Cavalerie et 247 mm à Maliver en trois jours !

2014-09.png  

  

Températures

La chaleur a dominé largement tout au long de ce mois de septembre, avec une moyenne mensuelle supérieure à la normale de 2 à 3 degrés.

La moyenne des températures maximales est très élevée, avec un écart de 2 à 3 degrés par rapport à la normale. Sur l'ensemble de la région, les valeurs de ce mois de septembre sont plus chaudes que celles relevées en juillet et en août !
Hormis une courte période de fraîcheur du 22 au 26 septembre, les températures de l'après-midi sont constamment restées au-dessus de la moyenne. La journée la plus chaude est celle du 7 septembre, avec 32°C à Entraygues (12), 33°C à Toulouse (31), 34°C à Florentin (81), 35°C à Corbarieu (82) et 36°C à Saint-Géry (46) ! Le 20 septembre, la barre des 30°C était à nouveau franchie : 31° C à Mirande (32) et 32°C à Bioule (82).
Quant aux températures nocturnes, elles sont aussi plus douces que la normale, malgré une période de fraîcheur marquée en fin de mois.
Ainsi, le 26 septembre en fin de nuit, la température sous abri indiquait seulement 5°C à Lourdes (65), 3°C à Souillac (46) et 2°C à Rodez (12), avec l'apparition des premières gelées blanches de la saison.​

2014-09-1.png   2014-09-2.png

  

Insolation

Le soleil a brillé entre 220 et 250 heures sur la majeure partie du territoire régional, soit un bonus de 15 à 20% par rapport à la normale.

Le soleil a dominé tout au long du mois, avec une dizaine de journées sous un ciel tout bleu du matin au soir. Le cumul mensuel atteint environ 220 heures sur le piémont pyrénéen et 250 heures dans le triangle Toulouse-Albi-Montauban, soit un ensoleillement nettement plus important que  celui relevé au mois de juillet et au mois d'août !

  

Vent

Le vent est resté très modéré au cours de ce mois de septembre, avec simplement quelques épisodes de vent d'Autan et des rafales ponctuelles liées à des grains orageux.
En milieu de mois, le vent du sud a soufflé fort en altitude (130 km/h au Pic du Midi le 17) et le vent d'Autan a atteint 65 km/h à Toulouse et 80 km/h à Castres (81) le 16 septembre.
Puis le 20 septembre, des orages localement forts ont affecté une bonne partie de la région dans la soirée et la nuit, en donnant des pointes de vent de 80 km/h à Savenès (82) et 88 km/h à Tarbes (65).

    

Faits marquants

- Épisode cévenol.
Dans la soirée du 16 septembre, le flux de sud s'est renforcé sur le bassin méditerranéen et de l'air chaud et très humide est venu se bloquer sur le relief des Cévennes et sur les monts de Lacaune. Des pluies intenses, ponctuées d'orages, ont donné des quantités d'eau impressionnantes : à Fraisse-Murat, dans le Tarn il est tombé 148 mm dans la nuit du 16 au 17 septembre et à Maliver, dans le sud de l'Aveyron, 167 mm, dont 106 mm entre 2 h et 5h du matin ! Ces précipitations exceptionnelles ont provoqué une forte crue de la rivière aveyronnaise du Dourdou avec de nombreux dégâts dans les communes de Vabres et de Camarès.
- Épisode orageux du 30 septembre.
Ce mois de septembre a été ponctué de plusieurs épisodes orageux dont celui observé le dernier jour du mois.
En fin de nuit, des orages stationnaires ont affecté le nord de la Haute-Garonne. Des pluies torrentielles se sont abattues sur le secteur de Cadours. Il est tombé près de 100 mm entre 6 h et 8 h du matin sur les communes de Thil et de Pelleport, avec pour conséquence des routes et maisons inondées en début de matinée.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Estival.

Des hautes pressions centrées sur les îles britanniques favorisent l'écoulement d'un courant d'air sec et chaud en début de mois. Entre le 4 et le 8 septembre, une petite faiblesse temporaire de l'anticyclone permet à une masse d'air plus instable de gagner la région à partir des Pyrénées avec des orages qui débordent parfois jusqu'en plaine.
Puis un temps calme et très ensoleillé s'établit jusqu'en milieu de mois et les températures sont comprises entre 25 et 30°C l'après-midi.

   

Du 14 au 21 : Chaud et orageux​.

En lien avec une dépression proche du Portugal, le vent s'oriente au sud-ouest en altitude et de l'air chaud et instable gagne toute la région. Le vent d'Autan souffle par intermittence et des orages débordent des Pyrénées. Du 16 au 18 septembre, un épisode cévenol intense apporte des pluies torrentielles sur le sud de l'Aveyron et l'est du Tarn. Les jours suivants, le temps est lourd et des orages éclatent un peu partout en fin de journée.

  

Du 22 au 26 : Plus frais.

Avec un vent orienté au secteur nord, le temps se rafraîchit nettement et les nuages dominent au sud de la Garonne. La température plafonne entre 18 et 20°C le 23 septembre. Puis les jours suivants, le soleil reprend l'avantage partout mais les nuits sont très fraîches avec localement des gelées blanches.

    

Du 27 au 30 : Lourd.​

Le flux d'altitude s'oriente au secteur sud et le temps se réchauffe progressivement. Le soleil est temporairement voilé en matinée, puis des nuages instables se développent et des orages éclatent l'après-midi. Le dernier jour du mois, ces orages provoquent ponctuellement de très fortes pluies en Ariège, dans le Lot, ainsi que sur le sud du Tarn-et-Garonne et le nord de la Haute-Garonne où des rivières sortent de leur lit.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois d'octobre est caractérisé par un temps particulièrement agréable, avec beaucoup de soleil, des températures chaudes et des précipitations très faibles.

  

Précipitations

C'est le mois d'octobre le plus sec depuis 1959 pour le cumul mensuel des pluies tombées sur la région. Le déficit atteint 60 à 80% sur la quasi-totalité du territoire.

Le temps est resté le plus souvent très sec au cours de ce mois d'octobre. On ne relève guère que 2 à 3 journées accompagnées de pluies significatives, sauf sur les Causses du Lot et sur l'Aubrac où il a plu un peu plus souvent.
Le cumul mensuel est inférieur à 20 mm sur le piémont pyrénéen, la Lomagne, le Quercy et dans le Tarn. Il n'est par exemple tombé que 19 mm à Lacaune, à 800 mètres dans le sud du Tarn. Il faut remonter à 1957 pour trouver une année plus sèche sur ce secteur.
C'est le 9 octobre que les pluies ont été les plus marquées, avec une situation orageuse qui a donné ponctuellement de bons cumuls dans la soirée : 40 mm à Revel (31) et 50 mm à Laissac (12).

2014-10.png  

  

Températures

La chaleur a dominé tout au long du mois, avec de très courts intermèdes de  fraîcheur. La moyenne des températures maximales est supérieure de 4 à 5 degrés à la normale d'octobre !

Les températures de ce mois d'octobre sont exceptionnelles, avec des valeurs moyennes très supérieures aux normales.
L'excédent atteint 2 à 3 degrés pour les températures minimales et 4 à 5 degrés pour les maximales, soit un niveau record depuis le début des mesures, autour de 1950.
Phénomène remarquable, la journée la plus chaude se situe vers la fin du mois, le 20 octobre : 28°C à Toulouse, 29°C à Anglars (46), 30°C à Pamiers (09), 31°C à L'Isle-Jourdain (32) et un magnifique 33°C à Argelès-Gazost dans les Hautes-Pyrénées ! Le dernier jour du mois, la température a encore atteint 27°C à Saint-Girons (09), 28°C à Lectoure (32) et 29°C à Bagnères-de-Bigorre (65).
Quant aux températures nocturnes, elles sont restées également bien douces, souvent comprises entre 10 et 15°C, avec cependant une petite période plus fraîche qui a vu apparaître les premières gelées blanches de la saison. Ainsi, le 23 octobre, à la faveur d'une nuit claire, la température  sous abri s'est abaissée jusqu'à 3°C à Lavaur (81), 2°C à Rodez (12) et 0°C à Massat (09). Le lendemain, des valeurs de 2 à 5°C sous abri ont à nouveau causé des gelées blanches par endroits, puis la température s'est bien radoucie jusqu'à la fin du mois.

2014-10-1.png   2014-10-2.png

  

Insolation

L'ensoleillement est partout exceptionnel, avec un excédent qui dépasse souvent les 50%. C'est le mois d'octobre le plus ensoleillé depuis le début des mesures sur tout le sud de la région.

Le soleil a brillé de mille feux tout au long de ce mois d'octobre exceptionnel. Hormis le 10 octobre, où les nuages ont recouvert la région du matin au soir, tous les autres jours ont connu au moins quelques heures de soleil. La fin du mois est à ce titre révélatrice : le ciel est resté tout bleu presque toute la journée du 22 au 31 octobre ! Le cumul mensuel se situe entre 200 et 240 heures de soleil du nord au sud, soit un ensoleillement nettement supérieur aux mois de juillet et août 2014 !

  

Vent

Associé au soleil et à la chaleur, c'est le vent de secteur sud qui a dominé sur la région. Le vent d'Autan a soufflé très souvent (17 jours à Toulouse) mais il est resté relativement modéré. Les rafales les plus fortes ont été observées le 12 et le 21 octobre (70 km/h en plaine toulousaine et 80 km/h dans le Castrais).
En montagne, le vent du sud a soufflé très fort en milieu de mois : 112 km/h sur le plateau de Beille (09) le 12 octobre et 134 km/h au Pic du Midi (65) le 16 octobre.

    

Faits marquants

- Épisode orageux du 9 octobre.
Le 9 octobre au soir, une vague orageuse a traversé une bonne partie de la région, selon un axe Saint-Girons/Rodez, avec de gros dégâts dans le Lauragais. Peu après 18 h, l'orage s'est abattu sur Villefranche-de-Lauragais (31) avec des grêlons de 3 cm et des pluies intenses qui ont inondé les rues de la ville. Il a ensuite poursuivi sa course vers Revel (31) où les violentes rafales de vent ont décapité arbres et poteaux électriques, notamment sur la commune de Vaudreuille où un tapis de grêle de plusieurs centimètres a recouvert les routes.
- Chaleur exceptionnelle.
Octobre 2014 s'apparente à un mois estival, aussi bien par rapport au niveau de l'ensoleillement que celui des températures. Sur le Gers et sur tout le piémont pyrénéen, la moyenne des températures de l'après-midi atteint 24 à 25°C, soit une valeur plus conforme à celle observée habituellement au mois de juin ! C'est le mois d'octobre le plus chaud pour la plupart des communes de la région, sauf pour le Quercy et le nord de l'Aveyron où il se place en deuxième position après 1995 ou 2001. La constance de températures élevées est due à la présence d'un courant de secteur sud durable, lié à un situation anticyclonique qui a favorisé un ensoleillement exceptionnel.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Beau et chaud.

Un anticyclone centré sur la France nous apporte un temps calme et très ensoleillé. Les brumes et brouillards du petit matin se dissipent vite et le soleil brille dans un beau ciel bleu parsemé de petits cumulus inoffensifs. Les températures atteignent autour de 25°C l'après-midi sur l'ensemble de la région.

   

Du 5 au 7 : Intermède frais​.

Après des averses orageuses nocturnes près des Pyrénées, un temps plus frais s'installe le 5 octobre avec des nuages et des éclaircies. Les températures plafonnent le plus souvent entre 15 et 18°C, par vent de nord-ouest sensible. Les deux jours suivants, le temps reste assez frais avec beaucoup de nuages sur le nord de la région et un soleil plus généreux à proximité des Pyrénées.

  

Du 8 au 21 : Chaud et instable.

Un flux de sud-ouest s'établit durablement en altitude et de l'air chaud s'installe sur la région. Le début de la période est marqué par des épisodes orageux, notamment le 9 octobre où des orages de grêle accompagnés de violentes bourrasques et de pluies localement intenses traversent la Haute-Garonne, le Tarn et l'Aveyron. Les jours suivants, le temps est assez ensoleillé dans les plaines mais plus instable sur le relief avec à nouveau des averses et des pluies orageuses sur les Pyrénées, ainsi que sur le Larzac, en marge d'un nouvel épisode cévenol. Puis à partir du 16 octobre, le temps est plus calme, avec un ciel parfois voilé et des températures estivales, localement supérieures à 30°C le 20 octobre !

    

Du 22 au 30 : Anticyclonique.​

Un anticyclone se positionne sur les îles britanniques et un temps bien ensoleillé s'installe progressivement. La fraîcheur est marquée en début de période, avec localement des gelées blanches le 23 et le 24 octobre. Puis le temps se radoucit et le mois se termine en beauté avec plusieurs jours de ciel tout bleu et des températures très agréables l'après-midi, souvent comprises entre 20 et 25°C.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de novembre est le mois de novembre le plus chaud depuis le début des observations météorologiques. Cette douceur a été accompagnée de fréquents passages pluvieux.

  

Précipitations

Les pluies sont nettement excédentaires sur le relief du Massif Central, ainsi que sur la Bigorre et l'Armagnac. Ailleurs, elles sont à peu près conformes aux normales.

Les pluies sont très abondantes sur le Massif Central, avec plusieurs épisodes cévenols qui ont débordé sur une partie du Tarn et de l'Aveyron.
Ainsi, sur l'Aubrac, le cumul mensuel dépasse les 250 mm et il se situe entre 300 et 400 mm sur les Grands Causses et sur les monts de Lacaune, avec un maximum de 422 mm à Fraisse-Murat (81). Ces cumuls impressionnants représentent une quantité 2 à 3 fois supérieure à la normale et ont causé des inondations à répétition dans de nombreux secteurs. Le reste de la région a aussi été bien arrosé, mais dans des proportions plus modestes, avec un cumul souvent compris entre 60 et 100 mm, sauf sur la Bigorre et l'ouest du Gers avec localement 150 mm.

2014-11.png  

  

Températures

La douceur a dominé sur l'ensemble de la région, avec des températures exceptionnelles en fin de mois.
Novembre 2014 est le mois de novembre le plus chaud depuis au moins un siècle !

C'est le mois de novembre le plus chaud jamais observé dans l'ensemble des plaines, avec un excédent de 3 à 4 degrés par rapport à la normale. Ces valeurs exceptionnelles concernent aussi bien les températures nocturnes que les températures diurnes.
Phénomène encore plus remarquable, c'est du 20 au 30 novembre que les températures ont été les plus chaudes. Le 24 novembre, il a fait 21°C à Pamiers (09) et Montauban, 22°C à Albi.
Puis le 29 novembre, la température indiquait encore 22°C à Villematier (31) et Bagnères-de-Bigorre (65) et 23°C à Brie (09) !
Les températures nocturnes sont aussi souvent exceptionnelles à plusieurs titres : aucune température inférieure à 10°C à Toulouse du 21 au 30 novembre, un magnifique 23°C à minuit à Luchon (31) le 22 novembre, une température minimale de 17°C à Souillac (46) le 23 novembre et également de 17°C à Entraygues (12) le 29 novembre !
Sur les régions pyrénéennes, malgré là aussi des températures très douces, les records de 1992 et 2006 ne sont pas battus mais de justesse. De même pour le relief du Tarn et de l'Aveyron, avec des températures moyennes très légèrement inférieures aux records absolus de novembre 2011.

2014-11-1.png   2014-11-2.png

  

Insolation

Avec 100 à 120 heures de soleil sur l'ensemble du mois dans les plaines, l'ensoleillement est légèrement excédentaire. Il est en revanche déficitaire sur le Lot et l'Aveyron.

Le soleil n'a pas brillé beaucoup au cours de ce mois de novembre, mais le niveau de l'ensoleillement est assez proche de la normale, avec même un petit excédent d'une quinzaine d'heures sur la partie centrale de la région. En revanche sur le Lot et l'Aveyron, un déficit de près de 20 heures (soit environ 20%) est observé en raison de passages perturbés plus fréquents.  

Vent

Associé à la douceur des températures, le vent de sud-est a soufflé très souvent tout au long de ce mois de novembre. Un vent d'Autan sensible a été ressenti pendant 15 jours sur la plaine toulousaine, avec des rafales proches de 80 km/h les 28 et 29 novembre.
Ce vent de sud-est a dépassé les 100 km/h le 28 novembre à Castres et Labastide-Rouairoux (81), ainsi que sur le sud de l'Aveyron : 115 km/h à Millau.
Sur les Pyrénées, c'est aussi le 28 novembre que le vent du sud a soufflé le plus fort : 150 km/h au Pic du Midi, à 2880 mètres d'altitude.

    

Faits marquants

- Pluies intenses.
Le 27 novembre, une dépression se creuse dans les parages du Portugal et organise un flux de sud-est qui fait remonter de l'air chaud et humide sur les contreforts du Massif central. Cet épisode cévenol touche de plein fouet le sud de l'Aveyron avec des pluies diluviennes qui se renforcent dans la journée du 28 novembre. Il tombe souvent plus de 200 mm en 36 heures sur le relief et la crue du Dourdou et de la Sorgues provoque des inondations catastrophiques. A Saint-Affrique, où la Sorgues atteint un niveau de 6,80 mètres (record absolu) dans la nuit du 28 au 29 
novembre, les dégâts sont considérables. Le lendemain matin, la ville offre un spectacle de désolation, avec 20% de son territoire sinistré.
- Chaleur d'automne.
Le bilan de cet automne 2014 fait apparaître un niveau record des températures, avec un excédent de presque 3 degrés par rapport à la normale. C'est l'automne le plus chaud depuis le début des observations, devant l'automne 2006.
Malgré des épisodes pluvieux parfois intenses, cet automne 2014 est très ensoleillé (surtout septembre et octobre) avec un total de 500 à 600 heures de soleil. Ce cumul le place à égalité avec l'automne 2011, soit un excédent de 20 à 30% par rapport à la normale.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Beau et chaud.

Un courant de secteur sud apporte de l'air chaud sur l'ensemble de la région, avec de larges plages ensoleillées après la dissipation de quelques nappes de brouillard et de nuages bas. Le vent de sud-est est faible et la température atteint un niveau presque estival, souvent comprise entre 22 et 24°C l'après-midi.

   

Du 4 au 18 : Instable​.

Une perturbation traverse toute la région le 4 novembre, suivie d'air beaucoup plus frais avec des averses qui donnent de la neige sur les Pyrénées jusque vers 1400 mètres en soirée. Le lendemain des orages donnent par endroits du grésil jusqu'en plaine. Les jours suivants les nuits sont bien fraîches avec des gelées blanches sur le sud de la région et le ciel hésite entre nuages et éclaircies. Puis peu à peu le temps se radoucit et le vent d'Autan souffle modérément, avant une aggravation marquée à partir du 14 novembre. Les passages pluvieux se succèdent, entrecoupées de périodes plus instables avec quelques éclaircies et de fréquentes averses, dans une ambiance assez fraîche.

  

Du 19 au 30 : Douceur extrême.

Un régime anticyclonique de sud s'établit dès le 19 et un temps très agréable s'installe pour plusieurs jours. Le soleil est parfois voilé mais la douceur est remarquable, avec des températures qui atteignent 15 à 20°C l'après-midi. A partir du 21 novembre, le vent se renforce en montagne et dans le domaine de l'Autan. Les températures atteignent 22 à 25°C l'après-midi sous un ciel souvent nuageux et les nuits sont aussi très douces (15 à 18°C au plus "frais" de la nuit). Mais en fin de mois, le temps se gâte, avec plusieurs passages pluvieux sur la région et des épisodes cévenols à répétition qui provoquent des crues importantes et des inondations dans le Tarn et l'Aveyron. Malgré ce temps très perturbé, la douceur reste d'actualité jusque dans les derniers jours du mois avec des valeurs proches de 20°C l'après-midi.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2014

Caractère dominant du mois

Ce mois de décembre est caractérisé par un temps plutôt sec mais peu ensoleillé. Les températures sont proches de la normale sur l'ensemble de la région.

  

Précipitations

Le cumul des précipitations est généralement faible, avec un déficit qui atteint localement jusqu'à 40% dans les plaines. Le relief est en revanche plus arrosé, notamment sur les Monts de Lacaune.

Malgré un temps souvent bien gris, les pluies sont peu marquées en plaine. Les nuages ont souvent donné un peu de bruine et des pluies fines intermittentes. Une seule perturbation très active a donné un bon arrosage généralisé les 26 et 27 décembre. Le cumul mensuel atteint seulement 33 mm à Condom (32) et Castelsarrasin (82), soit un déficit proche des 50%.
En revanche sur les régions proches des Monts de Lacaune, dans le sud du Tarn, ainsi que sur tout le piémont pyrénéen, le cumul des précipitations est beaucoup plus important, avec par exemple 174 mm à Mazamet (81), 183 mm à Arbas (31) et 206 mm à Aulus-les-Bains en Ariège.

2014-12.png  

  

Températures

La moyenne des températures minimales et maximales est très proche de la norme, avec une belle douceur en milieu de mois, puis un temps froid en fin de mois.

Les températures de ce mois de décembre ont fluctué autour de la moyenne, sans excès particulier.
Sur l'ensemble du mois, les températures nocturnes sont un peu plus élevées que la normale et les températures de l'après-midi sont en revanche un peu plus fraîches. La période la plus douce se situe vers le milieu du mois, avec par exemple 16°C à Saint-Girons (09) et 17°C à Lourdes (65) le 12 décembre, au coeur de l'après-midi.
Le lendemain, c'est en Aveyron que des températures remarquables étaient relevées : 15°C à Montlaur et 16°C à Bastide-Solages. Après quelques journées plus fraîches, la douceur était à nouveau au rendez-vous le jour de Noël : 15°C à Pamiers (09), Palaminy (31) et Maubourguet (65), un vrai Noël aux balcons sur tout le sud de la région !
Mais ce pic de douceur n'a pas duré. En fin de mois, des températures hivernales ont fait leur apparition, notamment la nuit, avec de sévères gelées sur toute la région. Les températures les plus basses du mois sont observées le dernier jour de l'année : -5°C à Toulouse (31), -6°C à Montcuq (46), -7°C à Montcorneil (32) et jusqu'à -9°C à Villefranche-de-Rouergue (12) le 31 décembre au point du jour.

2014-12-1.png   2014-12-2.png

  

Insolation

Le soleil a surtout brillé par son absence, avec de nombreuses journées grises, sous le brouillard et les nuages bas. Le déficit atteint parfois 40% sur le Tarn et l'Ariège.

Les nuages bas et les fréquents brouillards observés au fil du mois ont fortement réduit le niveau de l'ensoleillement. Au total, on relève une quinzaine de jours sans le moindre rayon de soleil sur une grande partie du territoire de Midi-Pyrénées et une période très grise dans les plaines du 13 au 20 décembre. Avec un cumul de seulement 52 heures de soleil à Albi, le déficit atteint 40%, alors qu'il se situe le plus souvent entre 15 et 30% sur le reste de la région.

  

Vent

La présence de hautes pressions sur le proche atlantique a favorisé un courant de nord-ouest à nos latitudes et cette composante a dominé tout au long du mois, avec cependant des périodes très calmes, propices à la formation de brumes et de brouillard.
Les rafales les plus fortes ont été observées le 27 décembre : 71 km/h à Saint-Girons (09), 87 km/h à Tanus (81) et 111 km/h à Millau (12).
En montagne, c'est le 12 décembre que de violentes bourrasques de sud-ouest ont déferlé sur les crêtes pyrénéennes, avec un maximum de 163 km/h au Pic du Midi, à 2880 mètres dans les Hautes-Pyrénées.

    

Faits marquants

- Bilan de l'année 2014.
Pour la région Midi-Pyrénées, cette année 2014 se place au troisième rang des années les plus chaudes depuis le début des mesures (au milieu du XXème siècle), peu après les années 2003 et 2011. En plaine toulousaine, la moyenne des températures (températures minimales et maximales de chaque jour) atteint 13,5°C à Tarbes, 13,7°C à Gourdon, 14,3°C à Albi et 15°C à Toulouse, soit 1,2 degrés au-dessus de la normale pour la ville rose !
Pourtant l'été 2014 a connu des températures plutôt fraîches, avec un mois de juillet et un mois d'août bien arrosés. Mais le printemps et surtout l'automne ont été marqués par des températures exceptionnelles. Des records de chaleur ont été battus en octobre et novembre, avec une température moyenne supérieure à la normale de presque 4 degrés sur une grande partie de la région.
Par ailleurs, le nombre de nuits gélives est particulièrement faible dans les plaines : seulement une dizaine de nuits où la température est passée sous le zéro degré pour l'ensemble de l'année, soit trois fois moins que la normale !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 10 : Fraîcheur marquée.

Dans un flux de secteur nord, le temps est souvent gris et humide, avec des pluies éparses et de la bruine intermittente. En montagne, il neige faiblement au-dessus de 1000 mètres d'altitude. Les températures sont bien fraîches, souvent comprises entre 5 et 8°C au meilleur de la journée. Puis le 8 décembre, une perturbation vient se bloquer sur les Pyrénées, avec des chutes de neige bien marquées en moyenne et haute montagne, qui perdurent le lendemain. La nuit suivante est bien froide, avec des gelées généralisées, les premières de la saison en plaine.

   

Du 11 au 20 : Doux et humide​.

Le vent s'oriente au secteur ouest et un temps plus doux s'installe pour quelques jours. Les températures nocturnes sont très douces, souvent comprises entre 7 et 10°C au plus frais de la nuit, mais elles n'évoluent guère en journée, avec des valeurs de 10 à 13°C au coeur de l'après-midi.
Le ciel est souvent gris, avec des brouillards en début de période puis des pluies passagères du 17 au 19 décembre. Ces dernières sont plus importantes de l'Aubrac aux Monts de Lacaune.

  

Du 21 au 31 : Plus froid.

Un anticyclone vient se positionner sur la France et la température se refroidit. Des brouillards givrants se forment en fin de nuit et ils sont parfois tenaces dans les plaines, notamment la veille de Noël. Puis les jours suivants l'anticyclone régresse temporairement vers le Portugal et une perturbation très active traverse toute la région les 26 et 27 décembre, avec des chutes de neige qui s'abaissent à basse altitude le 27 au soir. Le lendemain, le temps est froid et instable avec des giboulées de neige jusqu'en plaine dans l'après-midi. A partir du 29 décembre, un puissant 
anticyclone s'installe sur la France (pression supérieure à 1040 hPa sur la région) et le froid est vif, avec de fortes gelées matinales et pas plus de 2 à 5°C l'après-midi.

   

Source : Météo France