CITATION DU JOUR :   À la Saint-Vincent, tout dégèle ou tout fend   
MENU
Radar de pluie
   
 
Satellite

Phase de lune

La Lune

Actu météo

Pub

Petit message personnel :
Mon ami démarre son entreprise, et je tenais à lui faire un peu de pub.
N'hésitez pas à visiter son site :

16h27fr.png

Calendrier
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Kkw6r
Recopier le code :

Visites

 53804 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Carte de vigilance

     0Orangeinondation.png0Jaunevent.png

Après avoir connu une crue significative, le Viaur est à présent en décrue.

Sur l'Aveyron, le niveau se stabilise dans le secteur d'Onet et la décrue se poursuit à Villefranche.
Sur la partie aval de l'Aveyron, les niveaux sont à la hausse par propagation de cette crue significative.

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre

JANVIER 2010

Caractère dominant du mois

Froid, nuageux et humide.

  

Précipitations

Les pluies ont été fréquentes durant ce mois avec un épisode de neige marqué durant le second WE de l’année. Les cumuls sont souvent excédentaires en plaine. La seconde décade est la plus pluvieuse. Les flocons ont souvent remplacé la pluies à 6 reprises sur Albi, 12 fois sur Lacaune.

Les perturbations se sont succédées durant les deux premières décades puis nous observons une période beaucoup plus sèche avec 7 jours consécutifs sans précipitation du 21 au 28 avant le retour de quelques pluies ou neiges en fin de mois.
En début de mois c’est la neige qui remplace la pluie sur les reliefs dans un premier temps puis jusqu’en plaine les 8 et 9 avec une couche de neige fraîche assez importante de 10 à 20 cm en plaine, jusqu’à 50 cm en montagne.
La seconde décade est plus douce mais nettement plus pluvieuse avec plus de la moitié des pluies du mois.
Après une période de temps sec, les pluies reviennent en fin de mois, souvent sous forme de neige dès les premiers reliefs.
Sur la totalité du mois, les pluies sont excédentaires de 10 à 20 % en plaine. Le froid en montagne a limité les quantité de précipitation et le cumul est globalement conforme à un mois de janvier moyen. Les 12 et le 14 janvier sont les deux journées les plus pluvieuses du mois avec un maximum de 43,4 mm le 14 à l’aéroport de Castres-Mazamet.

2010-01.png  

  

Températures

L’année 2010 commence dans la lignée des 15 derniers jours de 2009 c’est à dire avec un temps souvent froid marqué par des gelées très fréquentes parfois tenaces tout au long de la journée.

Après une première vague de froid à la mi-décembre suivie d’un redoux pour le jour de l’an, l’année commence à nouveau dans un ambiance bien froide.
Les températures baissent progressivement jusqu’à l’arrivée d’une perturbation hivernale très froide et neigeuses les 8 et 9 janvier. Le ciel se dégage en suite et, associé à un sol enneigé, nous vivons des nuits particulièrement froides avec un mercure passant localement sous la barre des –10 degrés au lever du jour. Ensuite, les températures remontent sans pouvoir parler de douceur. Une troisième offensive hivernale touche le département en fin de mois avec le retour de la neige parfois jusqu’en plaine.
Les gelées nocturnes sont très fréquentes, le mercure restera même sous le zéro degrés l’après-midi durant les deux journées neigeuses du 8 et 9 en plaine et jusqu’au 11 en montagne.
Sur l’ensemble du mois, les températures sont assez nettement inférieures aux normales saisonnières de 1 à 2 degrés. Sur ces 30 dernières années, seuls les mois de janvier 85 et 87 ont été plus froids.
Nous sommes tout de même assez loin des valeurs records de ces deux mois du siècle dernier où le mercure était descendu jusqu’à -20,4°C à Albi le 16/01/1985, -18,7°C le 18/01/1987 et jusqu’à 12 jours consécutifs sans dégel !

  

Insolation

Dans la suite d’un mois pluvieux et froid, l’ensoleillement confirme que ce mois de janvier a été particulièrement maussade avec 20 à 25% de déficit. La première décade est particulièrement ombrageuse avec tout juste 10 h de soleil en 10 jours à Albi !

Le soleil a été quasi absent durant la première décade avec 8 j /10 sans soleil.
Malgré quelques belles journées en seconde partie de mois, le déficit en ensoleillement est assez important de l’ordre de 25% avec 1 jour sur 2 sans soleil.

  

Vent

Le vent d’Autan est resté assez discret en soufflant fort à seulement trois reprise les 12, 14 et 19.
C’est donc le vent d’ouest à nord-ouest qui domine largement. Il participe à la formation de congères de neige importantes durant les chutes neigeuses du 8 et 9 janvier, dépassant 1 m de haut dans la vallée du Thoré et sur les Monts d’Alban.

    

Faits marquants

- Le fait le plus remarquable de ce mois est le retour de la neige après un premier épisode cet hiver du 17 au 19 décembre.
En effet une vague de froid se termine par des chutes de neige localement abondantes dans le sud du Tarn les 8 et 9 janvier.
- Nous relevons 10 à 20 cm de neige en plaine, jusqu’à 50 cm sur le plateau d’Anglès mais c’est le fort vent de nord-ouest qui accentue le phénomène en formant des congères approchant localement 1 mètre dans les rues de Mazamet voire plus sur les Monts d’Alban.
- La neige revient à nouveau en fin de mois essentiellement en montagne.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Froid et nuageux.

Le froid s’installe progressivement en ce début d’année sous un ciel la plupart du temps couvert et faiblement pluvieux.
Il neige un peu sur le relief mais sans quantité significative.
Le vent de nord-ouest domine et les gelées s’intensifient avec des journées sans dégel en montagne.

  

Du 8 au 9 : Neige et vent​.

Les pressions atmosphériques restent dépressionnaires et une perturbation hivernale aborde la région. La neige recouvre l’ensemble du département avec des accumulations dues au vent dépassant localement 1 mètre de haut dans la vallées du Thoré ainsi qu’en montagne.
Les températures sont particulièrement froides sans dégel en plaine comme en montagne, on relève par exemple au moment le plus chaud de la journée -4,4°C le samedi 9 à Montels et -9,7°C à la station de Fraïsse-Murat à 1022 m d’altitude.​

  

Du 10 au 12 : Froid mais sec.

Le baromètre remonte et la situation devient plus stable.
Le ciel finit par se dégager et, avec un sol souvent encore bien enneigé, les nuits sont particulièrement froides en plaine. Les gelées sont fortes avec un mercure passant sous la barre des -10°C avec -11°C d’enregistré à Lautrec le 12, -13°C à Lacaune.

    

Du 13 au 15 : Pluies abondantes.​

Les pressions baissent à l’approche d’une perturbation océanique. Le vent d’Autan se lève et la pluie envahit le département dans la nuit du 12 au 13.
Le temps reste doux et perturbé jusqu’au 15. On relève en moins de 72 h pratiquement la moitié des pluies du mois avec 53 mm à l’aéroport de Castres-Labruguiere sur les 107 mm du mois.

    

Du 16 au 20 : Temps de saison.

Le temps alterne avec du soleil et de faibles perturbations. Les températures sont de saison.

    

Du 21 au 27 : Temps sec​.

C’est la seule période de temps pratiquement sec durable du mois. Les nuages sont tout de même présents avec des températures normales pour la saison.

        

Du 28 au 31 : Nouvelle vague de froid​.

Les pressions atmosphériques sont en chute libre passant en 30 h de 1024 hPa à 997 hPa. Le temps devient nettement plus instable avec des averses de neige et de grésil jusqu’en plaine. Le soleil revient le 31 mais avec des températures très froides surtout la nuit.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Le vent est resté souvent présent durant le mois avec une nette dominance à l’ouest et les brouillards sont de ce fait restés très discrets sur la plaine. Par contre, les nombreux nuages bas ont souvent accroché les reliefs tarnais maintenant un temps souvent brumeux avec des phénomènes givrants en altitude.
Orages : Pas d’orage observé durant ce mois ce qui est normal l’hiver.
Grêle : C’est la neige qui s’est souvent invitée sur le Tarn en janvier avec 4 à 5 jours de neige en plaine, jusqu’à 12 sur Lacaune.
Les averses du 30 au matin apportent un peu de grésil voire de grêle sur le Ségala.

   

Source : Météo France

   

   

   

FÉVRIER 2010

Caractère dominant du mois

Nuageux et froid, tels sont les deux qualificatifs qui caractérisent le mieux ce mois de février.

  

Précipitations

Le bilan est déficitaire d’environ 20 % sur la plaine et tout juste normal en montagne.
La grande majorité des pluies est tombée sur les dix premiers jours du mois.
La neige s’est manifestée à plusieurs reprises mais surtout entre le 10 et le 14 avec des cumuls jusqu’à 25 centimètres dans les Monts de Lacaune.

En plaine le déficit hydrique est d’environ 20 %. Il est tombé par exemple 49,2 millimètres à Albi alors que la valeur habituelle est de 62 millimètres.
En montagne le constat est un peu différent. On enregistre un déficit dans les Monts d’Alban et sur le plateau d’Anglès, autour de 20 % également, ainsi que du coté de Valence-d’Albigeois. Les postes d’altitude plus élevés, tels Lacaune font le plein ou presque. Enfin dans la vallée du Thoré on mesure un excédent de plus de 10%.
La répartition temporelle des ces précipitations est aussi très contrastée. La première décade est très arrosée. La station du Verdier voit tomber jusqu’à 80 % du total du mois sur ces dix jours.
A Labastide-Rouairoux il tombe 85 millimètres entre le 4 et 6 février.
La deuxième décade présente un niveau de précipitations correct, mais la troisième est très sèche.
Certains postes, Saint Paul Cap de Joux par exemple, ne voient quasiment aucune pluie entre le 21 et le 28.
A noter enfin les chutes de neige, surtout entre le 10 et le 14. Il tombe près de 20 cm dans le secteur de Saint Pierre de Trivisy et jusqu’à 26 à Anglès.

2010-02.png  

  

Températures

Elles sont froides, en moyenne 1 à 2 degrés en-dessous des normales saisonnières. Les deux premières décades sont très froides et la dernière assez douce du fait de la présence récurrente de l’Autan.

Parties assez bas en début de mois, les températures retrouvent les valeurs habituelles de février les jours suivants. A partir du 9 c’est la chute.
Les maximales touchent le fond le 11 en étant négatives sur la quasi totalité des zones de plaine et ne dépassant guère -5 degrés en montagne.
Elles ne parviennent à retrouver des valeurs plus conformes à la saison qu’à partir du 17.
Au cours de la dernière décade une relative douceur s’installe grâce au vent d’Autan. C’est durant cette période qu’il fait le plus chaud avec par exemple 19 degrés dans le Pays Castrais le 23.
Les minimales suivent à peu de choses prés les maximales. Elles connaissent un creux entre 11 et le 16 avec par exemple -8,7 degrés à Labruguière le 13, -10,2 le même jour à Lacaune ou -6,9 à Castanet le 15. Elles n’affichent des valeurs positives partout qu’à partir du 22.
Au bilan on se retrouve avec des températures moyennes mensuelles inférieures de 1 à 2 degrés aux normales saisonnières. Sur la plaine le nombre de jours de gelée se situe autour de 13, soit 4 jours au-dessus de la normale. Il est de 18 à Lacaune, 2 jours au-dessus des valeurs habituelles.

  

Insolation

La couverture nuageuse a souvent été dense. L’insolation en a subi les conséquences.
On enregistre un manque de 26 heures par rapport à la valeur habituelle.

Avec 95 heures pour une normale à 121 l’insolation s’est montrée chiche avec les tarnais. Les nombreuses perturbations qui se sont succédées au cours de ce mois en sont en grande partie responsables. On note tout de même quelques très belles journées ensoleillées, du 1 au 3 et le 15.

  

Vent

C’est surtout le vent d’ouest qui a dominé au cours de ce mois. Il nous a apporté des épisodes pluvieux et parfois neigeux. L’Autan s’est toutefois manifesté à plusieurs reprises. On le retrouve le 4, le 16 et le 17, le 21 et le 22 et surtout le 27 au moment du passage de « Xynthia » sur l’ouest de la France. C’est à cette occasion que l’on enregistre les plus fortes rafales, avec près de 120 km/h dans le secteur de Castres et de Tanus.

    

Faits marquants

- Il y a d’abord les chutes de neige entre le 10 et le 14, valant au Tarn une vigilance orange entre le 11 et le 12 et occasionnant de nombreuses difficultés de circulation.
- Vient ensuite l’épisode de vent lié à la tempête « Xynthia ». Le Tarn n’est pas directement touché par cette tempête mais elle s’y traduit par un épisode de vent d’Autan violent du Pays Castrais aux Monts de Lacaune et au Ségala.
On relève des vitesses de vent de l’ordre de 120 km/h à Castres et Tanus, le 27 en soirée, 105 km/h à Montredon-Labessonnié .

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 9 : Sec puis perturbé.

Les pressions, d’abord anticycloniques, baissent ensuite et se situent autour de 1015 hectopascals.
Les trois premiers jours sont secs et assez ensoleillés, puis les nuages reviennent en force accompagnés de pluies ou d’averses.
Il pleut à partir du 4, de manière assez abondante et c’est au cours de cette période que tombe une grande partie des précipitations du mois.
Le vent est d’abord faible et variable. L’Autan se lève momentanément puis un vent d’ouest modéré prend le relais.
Les températures, fraîches le premier jour du mois, se calent ensuite sur les valeurs de saison.

  

Du 10 au 15 : Neige.

Les pressions affichent 1000 hectopascals le 10 avant de remonter lentement.
Dans un courant d’ouest à nord-ouest assez marqué, un refroidissement s’amorce.
Les nuages dominent apportant de la pluie et surtout de la neige. Il neige dès le 10. Le 11 au matin les conditions de circulation sont délicates sur la quasi totalité du réseau tarnais.
Il continue de neiger les jours suivants en altitude et les cumuls deviennent importants, 25 centimètres dans le secteur d’Anglès par exemple.
Le vent vient du nord-ouest sur l’ensemble de la période. Il souffle à 70 km/h les premiers jours sur les contreforts du Massif Central.
Les températures sont basses. La minimale du mois est enregistrée à Lacaune le 15 au matin avec -12,4°C. Ce même jour il fait -8°C à Florentin et -5,2°C à Lavaur. Les maximales sont souvent négatives et ne commencent à remonter que le 15.

  

Du 16 au 26 : Perturbé et plus doux.

Les pressions passent par un nouveau minimum le 17 avec 988 hectopascals sur Albi. Elles oscillent ensuite au gré des perturbations entre 990 et 1015.
La nébulosité est très changeante d’un jour sur l’autre. Il pleut souvent mais les quantités ne sont pas très abondantes.
Le vent d’Autan est souvent présent, sauf entre le 17 et le 20, le vent d’ouest nous apportant alors pluie et nuages.
Les températures remontent nettement à partir du 21. C’est à Burlats qu’il fait le plus chaud, avec 20,9°C le 25 après-midi grâce à l’Autan.

    

Du 27 au 28 : Autan violent.​

C’est un prénom féminin qui fait l’actualité météorologique de cette fin de mois. La tempête « Xynthia » touche la façade atlantique et se traduit dans le Tarn par un violent épisode d’Autan.
On enregistre des pointes à 120 km/h dans la soirée du 27 dans les secteurs de Castres et de Tanus.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Les brouillards de plaine ont été rares. En altitude ils sont un peu plus fréquents, du fait des nuages accrochant souvent le relief.
Orages : Quelques coups de tonnerre ont été entendus le 5 dans le secteur de Vaour et de Salvagnac et le 18 et le 21 du coté de Vabre.
Grêle : De petites chutes de grêle ou de grésil, sans conséquences, se sont produites au cours de la journée du 5, principalement dans l’albigeois.

   

Source : Météo France

   

   

   

MARS 2010

Caractère dominant du mois

Froid, neigeux et venté !

  

Précipitations

La répartition est très irrégulière: Passant d’un déficit pluviométriques mensuel de 26 % au lac les Montagnès à un excédent pluviométrique de 24 % noté à Montredon Labessonnié. Albi, Lavaur et Rouairoux restant dans la normalité.
La seconde décade est pratiquement sèche et il faut attendre la dernière décade pour retrouver pluies et giboulées de mars à profusion, avec coups de tonnerre à l’appui les deux derniers jours.

Les quantités ont été irrégulières réparties en début de mois à cause de leur caractère d’averse.
La neige du 7 au 8 a affecté notamment le sud tarnais où l’ épaisseur de neige au sol a approché les 25-30 cm sur le Plateau d’Anglès, 20 cm à Murat et à Rouairoux, 10 à 15 cm dans le Sidobre, 6 cm dans la commune de Castres et un petit 2 cm à Albi !
Il s’en suit une deuxième décade pratiquement sèche, les postes météo de Gaillac et de Trévien affichant respectivement 12 et 13 jours sans précipitations.
Les giboulées de mars reprennent leur droit en fin de mois, agrémentées de quelques coups de tonnerre les deux derniers jours, voire ponctuées de grêle.
Si nous prenons pour valeur les 44mm à Lavaur, ce cumul se classe au 11ème rang sur 22 (89-10) ; ce qui se trouve être la médiane.
Idem pour Anglès se classant 23ème sur 50 (61-10) de mois de mars les plus sec, se situant alors dans la tranche «médiane inférieure» !
C’est à Rouairoux que nous trouvons la plus forte pluie tombée en 24 h : 23 mm le mardi 02 ; ce qui reste une valeur tout a fait raisonnable.

2010-03.png  

  

Températures

Après un début de mois hésitant entre douceur et fraîcheur, les gelées nocturnes s’installent du 06 au 16. Ce n’est qu’à partir de cette dernière date, grâce aux souffles de l’autan, que la douceur naît enfin !

Froid sur le mois au point de vue moyenne des températures maximales : Il manque 2°C à Lavaur, Dourgne et Montredon Labessonnié.
1°C de manque également en moyenne des températures minimales sur les deux premières communes pré-citées pour prétendre à la normalité.
Au final ce n’est qu’au lac les Montagnès que nous trouvons la moyenne climatique : +0,5°C en moyenne des températures moyennes.
Du 06 au 17 : 12 jours consécutifs de températures minimales négatives observées en plaine à Gaillac, Lautrec, Lavaur et Montans ; 11 jours à Lacaune et Albi (nouveau record, précédent 8 jours de suite du 01 au 08 mars 2005).
Il a fait le plus froid à Lacaune et à Murat avec du -10°C. En plaine : -6°C noté dans la vallée de la Vère les 9 et 14 ; -7 à -8°C le 10 dans la vallée du Thoré.
A noter pour réchauffer l’atmosphère la première valeur supérieure aux 20°C enregistrée le mardi 16 à Castres (20,2°C) et la valeur la plus haute sur le mois relevée le 29 à Montans : 23,7°C !

  

Insolation

Pratiquement normale, se classant au 13ème rang par ses 190 h de mois mars le plus ensoleillé (1989-2010). Mars 97 restant le plus ensoleillé : 252 heures ; mars 92 le plus sombre avec seulement 93 heures !

Le soleil arrive à briller en première décade entre les averses et la neige. A la part belle en seconde décade pour finir en deçà des valeurs nominales en troisième décade ; à cause essentiellement des perturbations océaniques.
Ce qui donne sur le mois un léger gain en cumul mensuel par rapport à la moyenne. Ouf !

  

Vent

Le premier affectant le Tarn par ses giboulées. Le deuxième portant la neige de Méditerranée et acteur de la douceur de la seconde quinzaine du mois.
Valeurs extrêmes : 112 km/h par vent d’autan les 3 et 25 dans le Castrais, 126 km/h le 30 par vent de Nord-Ouest sur les sommets des Monts de Lacaune.
Soit au final 15 jours de vent fort à Labruguière toute direction confondue, 19 jours à Murat-Fraïsse , 2 jours au Séquestre.

    

Faits marquants

- Par pas de temps mensuel, c’est la quatrième vague neigeuse consécutive, ayant fait l’objet d’une vigilance orange météo et affectant plus particulièrement le Sud-Tarnais du dimanche 07 au lundi 08 mars.
- C’est la neige tenant au sol la plus tardive jamais observée à Albi depuis 1989.
- Plus d’une dizaine de jours consécutifs du 06 au 16 où la température minimale est restée négative.
- Autre séquence remarquable les 12 jours pratiquement sans pluies du 09 au 20 !
- Le vent de nord-ouest a soufflé le plus fort le 30, à près de 130 km/h sur les plus hautes cimes des Monts de Lacaune.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 4 : Changeant.

Lundi, temps nuageux le matin et passage en traîne peu active l’après-midi par vent d’ouest.
Mardi et mercredi : Temps doux et ensoleillé avec retour en force de l’autan mercredi qui souffle à plus de 100 km/h au pied de la Montagne Noire.
Jeudi, reprise du vent d’ouest et la venue de pluies océaniques ; d’averses l’après-midi se poursuivant la nuit suivante.

  

Du 5 au 7 : Ensoleillé, froid le matin​.

Belle fin de semaine : Du soleil dans une atmosphère fraîche le matin, le vent de nord-ouest est modéré en montagne.

  

Du 8 au 11 : L'hiver contre-attaque​ !

La neige tombe en fin de nuit de dimanche à lundi et les tarnais se réveillent sous une neige lourde et collante venue de Méditerranée et cela par état de vigilance orange météo ! 2 à 12 cm en plaine du Nord au Sud, 10 à 15 cm dans le Sidobre et jusqu’à 30 à 35 cm sur les points les plus hauts de la commune de Murat sur Vèbre et au Picotalen. Fin de cet épisode neigeux le soir même.
Il ne survit plus que quelques flocons le mardi 9 et mercredi 10 dans une atmosphère grise et froide, par vent de nord-ouest soufflant en rafales.

    

Du 12 au 19 : Sec, froid, puis doux.​

Par vent de nord-ouest, nombreuses gelées nocturnes, en journée la fraîcheur est de mise malgré un temps ensoleillé.
Le mardi 16 au soir, l’autan prend la relève et souffle les jour suivants à plus de 90 km/h dans le Castrais ; son alter-ego, le vent Marin, amenant alors nuages bas et humidité sur le versant sud des Monts de Lacaune.

    

Du 20 au 22 : Tourmenté​ !

Le ciel chaotique donne quelques pluies éparses par vent d’autan assez fort.
Le lundi, par rotation du vent à l’ouest c’est au tour à la brume, bruine, pluie et averses de se manifester.

    

Du 23 au 25 : Tempétueux vent d'Autan​.

Plus de 100 km/h les deux premiers jour sous un ciel simplement voilé dans une atmosphère printanière.
Cependant, du 24 et 25, il n’empêche point les pluies de se produire sur le versant méditerranéen de notre relief, la plaine étant arrosée quant à elle durant la nuit du 25 au 26.

    

Du 26 au 31 : Agité !

Sec et venté d’ouest en montagne le 26 suivi le 27 de giboulées par un vent violent de nord-ouest en montagne. Interlude les 28 et 29 pour terminer les deux derniers jours par des averses localement orageuses.

   

Phénomènes divers

Brouillard : De manière quasi généralisée le 23 en plaine : 100 m de visibilité à Saint Sulpice la Pointe.
Orages : En fin de nuit du 29 au 30 à Lacaune, Le 31 à Rabastens, également à Vaour à 20h.
Grêle : Notée le 30 à Vabre, sous une violente giboulée.

   

Source : Météo France

   

   

   

AVRIL 2010

Caractère dominant du mois

Ce mois est sec et chaud.

  

Précipitations

Le cumul des pluies du mois est déficitaire de 50 à 75 % en plaine et de 60 à 80 % sur le relief. Les pluies de la premières décade sont suivies d’une période sèche de près de 20 jours. Des pluies orageuses de la fin de mois, parfois fortes, ne rattrapent pas le manque d’eau.

Des perturbations océaniques traversent notre région durant la première semaine. Lors de leurs passages, on relève quotidiennement dans les pluviomètres, près de 5 mm en plaine et 10 mm sur le relief.
Du 8 au 28 avril, le temps est le plus souvent sec, hormis le 12 et le 22 donnant des pluies irrégulières et assez faibles sous forme d’averses. Le ciel devient plus sombre en fin de mois, avec le passage de limites pluvio-orageuses qui arrosent copieusement notre département sur des sols secs.
Le déficit des précipitations est de 50 à 75% en plaine et de 60 à 80 % sur le relief sur un mois d’avril qui est habituellement pluvieux dans le Tarn. Il est tombé 37,1 mm à Albi contre 79,2 en moyenne, à Montredon-Labessonnié à peine 28,9 mm contre 156,1 mm normalement.
Cela contraste avec le mois d’avril 2009 qui fut très pluvieux avec un cumul de 202,2 mm à Albi par exemple.
Durant les pluies orageuses du 30 avril, il est tombé en 24 heures 25 mm à Gaillac, 31 mm à Rabastens, soit environ le tiers des pluies du mois d’avril 2010.

2010-04.png  

  

Températures

Le début de mois qui est proche des valeurs de saison, est suivi par une courte période « froide » du 13 au 15 avril, avec de faibles gelées tardives en plaine. Les températures remontent par la suite pour atteindre des valeurs quasi-estivales durant la dernière décade.

La première décade est très irrégulière, en dents de scie autour des valeurs de saison. Du 12 au l5 avril, les températures chutes, avec une offensive froide. On observe des gelées tardives en plaine. Par la suite les températures augmentent régulièrement.
En fin de mois elles sont quasi estivales avec plusieurs journées chaudes durant lesquelles les valeur maximales sont au-dessus de 25 degrés, proches des 28 degrés en plaine tarnaise.
En moyenne les températures la nuit sont supérieures de 0,5 degrés aux valeurs de saison. Par contre, le bon ensoleillement en journée entraîne un excédent de 3 à 4 degrés.
La journée la plus chaude est le 28 avril, avec 29 degrés à Castres, 28,7 à Lavaur, 21,5 à Lacaune. Le record en avril est de 29,9 degrés à Albi le 30 avril 2005.
La température la plus froide observée durant ce mois est de -2,4 degrés à Lacaune, -2 à Rouairoux et -1,6 à Murat Fraisse. La valeur la plus basse observée dans le Tarn est de -9,2 degrés enregistrée le 15 avril 1973 à Lacaune.

  

Insolation

Après un début de mois mitigé, le soleil a brillé largement durant les deux dernières décades.

Le soleil est le principal acteur de ce mois d’avril qui est le second le plus ensoleillé des 20 dernières années. Avec 250 heures de soleil à Albi, l’excédent est de plus de 40 % par rapport à la normale.

  

Vent

Les vents soufflent de l’Ouest en début et fin de mois. On enregistre le 4 avril des rafales à 85 km/h à Lavaur et 59 km/h à Albi, sous des averses.
Le vent d’Autan a atteint 104 km/h le 06 avril dans le pays Castrais. Entre ces périodes, les vents sont restés plutôt faibles, hors rafales sous les orages du 22 et 29 avril.

    

Faits marquants

- A Montredon-Labessonnié il est tombé à peine 28,9 mm de pluie en avril 2010 contre 225,8 mm en avril 2009.
- Du 13 au 28 avril, il a plu à peine 1 mm sur la plaine Albigeoise.
- Au cours des pluies orageuses du 30 avril , il est tombé 20,5 mm en 3 heures à Couffouleux, 24 mm en 6 heures à Gaillac.
- Le vent d’autan a soufflé dans le Sud du Tarn, le 6 et le 29 avril, avec des rafales de 100 km/h.
- Le soleil à brillé 250 heures à Albi en avril, placé au second rang de ces 20 dernières années, avec un excédent de 40 % par rapport à la moyenne.

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 7 : Perturbé.

La pression atmosphérique varie beaucoup.
Dans un courant zonal d'Ouest, les perturbations se succèdent rapidement sur notre département.
Le ciel est le plus souvent très nuageux, les pluies sont passagères, parfois modérées.
Le vent souffle de l'Ouest, avec de fortes rafales de Nord-Ouest sous les averses.
Les températures sont en dents de scie, tout en restant autour des valeurs de saison.

  

Du 8 au 18 : Anticyclonique​.

Les pressions sont en hausse, avec le retour de conditions anticycloniques dans un flux de NE sec.
Une faiblesse passagère le 12 avril, laisse passer un front froid peu actif, qui donne quelques averses faibles.
Le ciel est généralement peu nuageux, le soleil brille à nouveau, sauf le 12.
Le vent est faible à passagèrement modéré de Nord-Est.
Les températures sont en baisse, avec la formation de gelées tardives en plaine du 13 au 15, puis remontent par la suite.

  

Du 19 au 24 : Plus doux.

Les pressions baissent légèrement.
Un marais barométrique s'installe sur la région avec des flux faibles, dans une masse d'air plus douce.
Le soleil brille généreusement durant cette période.
Du 22 au 23 une perturbation prenant un caractère orageux donne un temps passagèrement plus nuageux qui est suivi d'un retour au calme.
Le vent est faible et variable en direction.
Les températures sont douces, supérieures aux normales.

    

Du 25 au 28 : Anticyclonique.​

La pression atmosphérique est en hausse. Un anticyclone se renforce sur notre région.
Le soleil s'impose et les températures deviennent estivales.
Le vent est faible soumis aux brises thermiques.

    

Du 29 au 30 : Dégradation orageuse.

La pression atmosphérique baisse. Une dépression gagne par le golfe de Gascogne.
Le vent d'Autan laisse place à des pluies orageuses soutenues sur la moitié Nord du Tarn.
Les températures chutent rapidement.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Les conditions anticycloniques du 24 au 25 ont favorisé la formation éphémère, de bancs de brouillards au lever du jour.
Orages : Le tonnerre est entendu le 22 avril à plusieurs reprises dans le ciel tarnais.
Grêle : Du grésil, plus localement de la grêle sont observés le 04 avril et en soirée du 22 avril sur les Monts de Lacaune, le causse nord du Tarn, le Ségala.

   

Source : Météo France

   

   

   

MAI 2010

Caractère dominant du mois

De l’hiver à l’été...

  

Précipitations

Le mois traditionnellement le plus pluvieux de l’année se confirme avec des précipitations abondantes surtout sur le relief.

Un mois coupé en deux côté pluie avec souvent plus de 80% des précipitations mensuelles comprises entre le 1er et le 13.
Les pluies sont particulièrement abondantes du 3 au 5 avec le passage d’une perturbation hivernale apportant de grosses quantités de neige en montagne ; une neige très tardive particulièrement lourde provoquant de nombreux dégâts sur la végétation qui avait son feuillage estival. Il tombe durant ces trois jours 30 à 40 mm d’eau en plaine, 60 à 90 mm sur les reliefs.
Après deux semaines fraîches et particulièrement pluvieuses, le temps est sec durant une dizaine de jours puis les orages sont de retour du 23 au 26 dans une ambiance très chaude.
Les nuages et la pluie sont à nouveau au programme en toute fin de mois.
Au bilan, les pluies sont largement excédentaires en montagne avec souvent plus du double de la normale mais nous sommes encore loin des records de 1999 et 1977.
En plaine, les pluies sont globalement normales voire légèrement déficitaires dans un triangle Albi-Cordes-Gaillac avec 70 à 90 mm sur le mois.

2010-04.png  

  

Températures

Un mois très contrasté avec des valeurs proches des records de froid les 4 et 5 associés à de la neige en montagne et une vague de chaleur du 21 au 26.
Sur le mois, les températures sont un peu fraîches pour la saison.

Pas de gros écart à la normale pour les températures moyennes que ce soit en plaine comme en montagne mais c’est dans le détail que nous observons de très gros contrastes entre un début de mois hivernal et un temps chaud et estival autour du 25 du mois.
Nous observons clairement deux vagues de froid : la première du 3 au 5 associée à des chutes de neige jusque dans la vallée du Thoré ; le mercure ne dépasse pas les 10 degrés durant trois jours consécutifs en plaine, -2 à +2 degrés à 1000 m d’altitude.
La seconde vague de froid du 13 au 17 est un peu moins marquée en journée mais on observe des nuits très fraîches avec quelques gelées blanches le 15 au matin dans les fonds de vallées.
Le mercure dépasse les 25 degrés du 21 au 26 avec un Week-End de Pentecôte estival.
La journée la plus chaude du mois est sans contestation possible le mardi 25 où le mercure franchit en de nombreux endroits les 30°C, jusqu’à 32,4°C à Montans dans le Gaillacois, 32°C à Puylaurens.
Les deux périodes froides battent la vague de chaleur et au bilan les températures mensuelles sont de 1 degrés inférieures à la normale. En 2010, seul le mois d’Avril dépasse la normale et le déficit depuis le début de l’année est de 0,5°C à Albi.

  

Insolation

La succession des perturbations océaniques du début du mois n’ont pas permis au soleil de briller durablement. Les journées ensoleillées se concentrent du 18 au 25. Le déficit est de 25% pour le mois mais le cumul depuis janvier est normal après le soleil généreux d’Avril.

Autant dire que le soleil a mis une semaine pour daigner apparaître dans le ciel tarnais et il faut attendre la seconde moitié du mois pour profiter d’une journée largement ensoleillée le 18. Il manque 50 h de soleil par rapport à la normale ; un déficit à relativiser après un mois d’avril exceptionnellement ensoleillé.

  

Vent

Le Tarn est un département ouvert à l’Ouest sur l’océan Atlantique et cela se confirme bien avec 24 jours à dominante océanique pour seulement 7 jours où l’Autan a soufflé faiblement du 7 au 9 puis du 22 au 25.
Nous observons des vents forts uniquement en montagne avec un maximum de 95 km/h à la station de Murat-Fraïsse le 31 ; 79 km/h d’Autan à Labruguière le 9.

    

Faits marquants

- Le fait le plus remarquable du mois est la dernière offensive hivernale avec un retour inattendu de la neige en montagne après un mois d’avril sec et ensoleillé.
- Cette neige lourde et abondante tombe sur une végétation qui arbore déjà son feuillage estival et les dégâts sont nombreux, perturbant durant 2 à 3 jours la circulation routière.
- Le faible ensoleillement est aussi assez remarquable, sans battre des records mais il faut noter que le soleil a brillé bien plus en Avril (250 h) qu’en Mai (175 h) ce qui n’est pas chose courante...
   

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Dernière offensive hivernale.

Dans un courant de nord-ouest une perturbation apporte de l’air froid sur le région. Des précipitations remontent dans un flux d’Est et des chutes de neige touchent les Monts de Lacaune et la Montagne Noire. La limite pluie-neige descend temporairement jusque dans la vallée du Thoré à Labastide-Rouairoux le 4.
Le ciel est couvert durant ce début de mois avec à peine 2 h de soleil à Albi sur ces 6 jours !
Le vent d’ouest souffle assez fort en montagne du 4 au 6.
Les températures hivernales, ne dépassant pas les 10°C du 4 au 6 en plaine et restant voisines de 0°C en montagne à 1000 m d’altitude sur des sols enneigés.

  

Du 7 au 13 : Perturbé et printanier​.

Les pressions atmosphériques restent dépressionnaires durant cette période.
Les nuages dominent encore largement avec de nombreuses averses parfois orageuses sur le relief.
Le vent d’ouest alterne avec un peu de vent d’Autan dans le pays castrais du 7 au 9.
Les températures sont de saison.

  

Du 14 au 17 : Sec, mais froid.

Les pressions atmosphériques sont en hausse et le temps reste au sec.
La nébulosité est encore importante en journée mais les éclaircies nocturnes favorisent la chute des températures.
Le vent de nord-ouest reste soutenu en montagne comme en plaine.
Les températures sont froides pour la saison, on observe même quelques gelées blanches au lever du jour du samedi 15.

    

Du 18 au 26 : Estival.​

Les pressions atmosphériques sont anticycloniques avant d’amorcer une baisse due au réchauffement de l’atmosphère.
Le soleil brille enfin durablement sur la plaine tarnaise avant une dégradation orageuse sur le relief les 25 et 26.
Le vent est faible avant un court épisode d’Autan faible du 22 au 25.
Les températures sont estivales, elles dépassent localement en plaine les 30 degrés le mardi 25.

    

Du 27 au 31 : Sec, mais froid.

Les pressions rechutent, les températures sont en baisse, retrouvant des valeurs de saison puis un peu froides.
Le mois se termine dans une ambiance quasi automnale avec un ciel très nuageux porteur de pluies faibles en plaine mais abondantes du Sidobre à la Montagne Noire.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Pas ou peu de brouillard en plaine mais les nuages bas ont souvent accroché le relief et on observe du brouillard une bonne dizaine de fois dans le Sidobre, jusqu’à 17 jours aux Cammazes !
Orages : Les fortes chaleurs du 23 au 26 ont provoqué quelques averses orageuses surtout sur le relief. Le ciel a grondé aussi localement du 9 au 12 mais sans observer d’orage fort.
Grêle : Pas de chute de grêle observée durant ce mois sur le département, les seules précipitations solides se résumant à la neige du début du mois.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUIN 2010

Caractère dominant du mois

Un mois normal, de saison.

  

Précipitations

Juin marque en général la fin des fortes pluies printanières et cela s’est confirmé cette année. En effet, après une période fraîche et abondamment pluvieuse en milieu de mois, un temps estival et durablement sec s’installe à partir du 20 sur le Tarn excepté quelques averses localisées.
Le bilan du mois est globalement normal ou légèrement excédentaire.

Le mois commence dans une ambiance estivale avec un soleil généreux mais cela ne dure pas longtemps et un temps humide océanique s’installe durant deux semaines du 6 au 19 juin. Il fait même assez frais en milieu de mois avec des pluies assez abondantes. Cette période maussade se termine le 19 avec la journée la plus pluvieuse du mois.
Les pluies sont soutenues, parfois orageuses et dépassant les 50 mm en quelques heures des Monts d’Alban à la vallée du Thoré, 15 à 30 mm sur la plaine Vauréenne et Gaillaoise.
Une temps sec, chaud et ensoleillé s’installe à partir du 20 juin avec juste quelques averses orageuses mais très localisées.
Avec une seconde décade très pluvieuse, le bilan du mois est généralement excédentaire malgré une dernière décade souvent sèche.
Les fortes pluies du 19 représentent souvent à elles seules le tiers voire la moitié des précipitations totales du mois. L’excédent est de 15% sur Albi mais juqu’à 80% à Montredon-Labessonié et Vaour.

2010-06.png  

  

Températures

Un peu de chaleur au début, de la fraîcheur ensuite et une fin chaude et estivale. La moyenne des températures du mois est normale mais avec de forts contrastes d’une semaine à l’autre.

Nous avons cru dans premier temps que l’été était déjà arrivé dès les premiers jours de juin avec du soleil et des températures dépassant les 30°C en plaine le 5 juin mais ces prémices estivaux fut de courte durée avec l’arrivée d’un temps frais perturbé et pluvieux jusqu’au 19. Les passages pluvieux sont fréquents et il faut souvent remettre le chauffage en marche dans les villages des Monts d’Alban aux Monts de Lacaune.
La journée la plus fraîche du mois a lieu le 14 avec tout juste 15 degrés de maximum en plaine et un mercure restant souvent sous la barre des 10 degrés en altitude.
Les nuits deviennent franchement froide au moment du retour du soleil du 20 au 22. En effet les nuits étoilées favorisent la chute des températures.
On relève au chant du coq 5 à 10 degrés en plaine avec même quelques gelées blanches dans les fonds de vallées. Par contre les longues journée ensoleillées de la dernière décade réchauffe l’atmosphère jour après jour. L’ambiance devient franchement estivale avec 30 à 33 degrés au moment le plus chaud de la journée et des nuits de moins en moins fraîches.
Au bilan, les températures sont normales aussi bien en plaine comme en montagne.

  

Insolation

Même scénario que pour les températures avec du soleil très présent en fin de mois et un peu au début mais une mi-juin particulièrement nuageuse. Au bilan final, Juin a fourni son quota de soleil habituel sur le Tarn.

Ou comment avoir un bilan normal en battant des records…
En effet après avoir vécu quelques belles journées ensoleillées en début de mois, les nuages dominent largement du 8 au 19 et le soleil ne brille que 3h30 par jour en moyenne durant ces 12 jours, du jamais vu en 21 années de mesure.
Le soleil reprend le dessus pour la troisième décade avec un record de fort ensoleillement pour cette fin de mois. Au bilan, le soleil à brillé normalement durant ce mois de juin. Avec un peu plus de 1000h de soleil depuis le début janvier, 2010 se situe pour l’instant dans la moyenne des 20 dernières années.

  

Vent

Pas beaucoup de vent observé durant ce mois avec un vent d’ouest dominant.
L’Autan a soufflé durant 4 jours du 8 au 11 avec 90 km/h sur le Causse de Labruguière.
Le vent d’ouest a été beaucoup plus fréquent, il atteint son paroxysme lors des pluies orageuses du 19 avec 60 km/h en plaine et 80 à 90 km/h sur les crêtes des Monts d’Alban et des Monts de Lacaune.

    

Faits marquants

- Les fortes pluies en milieu de mois ont été assez remarquables surtout des Monts d’Alban au Sidobre.
- Cet épisode atteint son paroxysme le dernier jour le 19 avec 50 à 70 litres d’eau par mètre carré en quelques heures.
- Le bilan de ce mois est proche de la moyenne mais avec des périodes très contrastées avec surtout un milieu de mois particulièrement maussade, frais et pluvieux.
- L’arrivée de conditions estivales a été spectaculaire et tès franche, les températures gagnant 3 degrés par jour durant une semaine !

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Un avant goût de l'été.

Le mois commence sous les nuages et la fraîcheur mais le soleil revient rapidement et les températures grimpent en passant de 20°C le 1er à plus de 30°C le 5 sur la plaine.
Le vent souffle du nord-ouest, il est modéré en montagne ainsi que dans la vallée du Thoré ou il prend une composante ouest.
Les nuages sont encore nombreux les deux premiers jours apportant même un peu de pluie sur le relief le 2 mais le soleil s’impose largement ensuite brillant 12 à 14 h par jour du 3 au 5.

  

Du 6 au 13 : Nuages et Autan​.

L’épisode de forte chaleur du 3 au 5 prend brutalement fin avec le passage d’averses orageuses le 6 faisant chuter le mercure de 10°C en 24 h.
Les pressions atmosphériques amorcent un baisse qui va se poursuivre jusqu’au 10 en passant sous la barre des 1000 hPa avant de remonter lentement.
Dans un courant de sud-ouest en altitude le vent tourne à l’Autan (sud-est pour les non-initiés) sur la plaine Castraise puis l’ensemble du département.
Les rafales atteignent 60 km/h à Albi le 10, 80 km/h dans son domaine du 9 au 11.
La nébulosité est importante, dans un premier temps sou forme de nuages d’altitude mais le temps se gâte ensuite avec l’arrivée de pluies orageuses du 11 au 13.

  

Du 14 au 19 : Pluies abondantes.

Le temps devient franchement maussade avec de nombreux passages pluvieux et des températures en nette baisse ; le mercure restant fréquemment sous la barre des 20 degrés en journée.
Les pluies sont abondantes avec 40 à 60 mm en plaine en 6 jours, jusqu’à 140 mm à Montredon-Labessonnié !

    

Du 20 au 28 : Retour du soleil.​

Les pluies océaniques cessent enfin et le ciel s’éclaircit.
Le soleil fait son grand retour sur le département avec un temps qui devient estival à partir du 22 soit tout juste 24 h de retard… La chaleur s’impose avec plus de 30°C du 25 au 28.

    

Du 29 au 30 : Quelques averses.

La petite vague de chaleur se termine par le déclenchement d’averses parfois orageuses mais très localisées le 28 au soir ainsi que le 29.
Les températures restent estivales avec un vent faible.

      

Phénomènes divers

Brouillard : Pas de brouillard important observé ce mois ci ce qui est normal pour un mois de juin, juste quelques bancs de brumes dans les vallée encaissées les 7, 12 et 30.
Orages : Les orages sont fréquents en juin, mois charnière entre printemps et été. Cela c’est confirmé cette année avec du tonnerre sur le Tarn à 9 reprises soit presque 1 jour sur 3.
Grêle : Les orages ont provoqué de fortes pluies mais la grêle est restée discrète. Du 11 au 13 on observe quelques orages soutenus avec de la grêle à Vaour le 13 et le 12 à Sorèze.

   

Source : Météo France

   

   

   

JUILLET 2010

Caractère dominant du mois

Sec et chaud, voilà les deux qualificatifs qui caractérisent le mieux ce mois de juillet 2010.

  

Précipitations

C’est le régime sec. Les précipitations sont partout très en-dessous des normales de saison.
Seuls, quelques secteurs s’en sortent un peu mieux , la Grésigne et la région de Vaour par exemple, mais sans faire le plein.

Que l’on soit en plaine ou en montagne, le déficit de précipitations est marqué.
A la station d’Albi/Le Séquestre il est de 81%. C’est le troisième mois de juillet le plus sec depuis le début des mesures en 1977, après 1983 et 1979. De plus les premières pluies ne tombent que le 21.
A Lacaune le constat est encore plus grave. C’est le deuxième mois le plus sec, mais cette fois depuis 1961 et le déficit est de 88%.
On enregistre aussi un important manque, de l’ordre de 70 à 80 % dans le Ségala, la vallée du Dadou et la haute vallée du Thoré.
Quelques secteurs s’en tirent un peu mieux. C’est le cas de Vaour et de Puycelsi qui, grâce à quelques orages bienvenus, recueillent 30 à 35 millimètres d’eau, entre deux tiers et trois quart de la valeur habituelle.
A Montredon-Labessonnié, il est tombé 25 litres d’eau par mètre carré, mais on est loin de la normale qui se situe à 60.
Toutefois, à la fin de ce mois, la situation hydrologique n’est pas trop préoccupante du fait des pluies tombées à l’automne dernier ainsi qu’en janvier et juin de cette année. Au final depuis le début de la saison hydrologique en septembre on est à l’équilibre.

2010-07.png  

  

Températures

Ce mois de juillet a été chaud, en particulier les deux premières décades, mais paradoxalement nous n’avons pas souvent dépassé la barre des 30 degrés.

Si l’on s’intéresse aux moyennes mensuelles ce mois de juillet est chaud, tant au niveau des minimales que des maximales et aussi bien en plaine qu’en montagne.
Dans le détail on note deux décades chaudes, suivies d’une chute assez brutale du thermomètre le 22, avant une remontée les derniers jours.
Avec 36,1°C, mesuré à Albi/Le Séquestre le 08, on est loin du record du maximum d’un mois de juillet accroché à 40,8°C.
C’est toujours le 08 juillet qu’on enregistre la température la plus élevée du mois dans le Tarn avec 38°C à Montans.
Sur l’albigeois, la température maximale moyenne atteint 29,9°C à égalité avec 2009, mais loin toutefois de juillet 2006 avec ses 33,4°C.
Le thermomètre a dépassé les 30°C à dix sept reprises et a toujours affiché plus de 25°C, excepté le 22 où on ne mesure pas plus de 20,7°C.
La moyenne des minimales, toujours sur l’albigeois, se situe à 17,3°C, avec des extrêmes à 12,6°C le 24 et 22,8°C le 09.
Sur le secteur de Castres il a fait un peu plus chaud que dans l’albigeois, la moyenne des maximales ressortant à 30,6°C. Mais on est là aussi assez loin des records de 2006.
A Lacaune le thermomètre a dépassé les 25°C à 21 reprises, avec 5 pics au delà de 30. C’est le 11 qu’il fait le plus chaud, avec 33,8°C.

  

Insolation

Le soleil s’est montré généreux avec les tarnais. Les deux premières décades sont beaucoup plus ensoleillées que la moyenne, la dernière présentant, quant à elle, un déficit.

Au cours des deux premières décades le soleil a souvent été présent et nous offre un bilan flatteur sur ces vingt premiers jours.
La troisième décade est plus chiche du fait du passage de perturbations, qui ne donnent pas toujours de la pluie, mais apportent beaucoup de nuages.
Au final on enregistre un excédent de 23 heures.

  

Vent

L’Autan a été peu présent au cours de ce mois.
Il nous a pourtant donné de fortes rafales le 14 avec 90 km/h à l’aéroport de Castres-Mazamet.
90 km/h est aussi la vitesse maximale mesurée sur les sommets des Monts de Lacaune à la station de Fraïsse-sur-Agoût, mais cette fois en vent d’ouest le 25/07.
C’est le vent d’ouest qu’on rencontre le plus souvent au cours de ce mois sur le Tarn puisqu’il a soufflé 27 jours dans l’albigeois et 19 dans le secteur de Castres.

    

Faits marquants

- Le déficit en précipitations est très marqué partout.
- C’est surtout dans les Monts de Lacaune qu’il est le plus criant.
Il a moins plu à la station de Lacaune à 805 mètres d’altitude qu’à celle d’Albi/Le Séquestre située beaucoup plus bas à 172 mètres. C’est un fait plutôt rare.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 8 : Sec et chaud.

Les pressions sont assez élevées et souvent supérieures à 1020 hectopascals.
L’anticyclone des Acores est en place et ne laisse passer que quelques nuages sans envergure et inoffensifs. Il fait donc sec.
Un léger vent d’Autan souffle les deux premiers jours, puis le vent d’ouest à nord-ouest prend le relais.
Les températures sont chaudes, voire très chaudes. C’est le 08 que les thermomètres atteignent des sommets avec 38°C dans le Gaillacois.

  

Du 9 au 13 : Un peu d'eau, mais pas pour tout le monde​.

Les pressions baissent temporairement.
L’atmosphère est un peu instable le 09 et il pleut faiblement au nord-ouest d’une ligne Rabastens-Tanus.
Le vent alterne entre un peu d’Autan et beaucoup d’ouest/nord-ouest.
Les températures maximales sont d’un bon niveau, entre 30 et 35 degrés en général, en plaine. Les minimales se calent autour de 20 degrés.

  

Du 14 au 19 : Rares averses.

Les pressions baissent assez nettement le 14, repassant temporairement sous les 1010 hectopascals avant de remonter.
Une zone instable donne quelques petites averses orageuses le 14 du coté de Montels, ainsi que vers Saint Pierre de Trivisy et Lacaune. Il fait ensuite sec jusqu’au 19.
Le vent d’Autan est présent le 14 dans le sud tarnais. Il atteint 90 km/h en pointes. Par la suite c’est un vent de secteur ouest qui souffle.
Les températures connaissent un pic à 35 degrés le 17 en plaine, puis commencent à baisser.

    

Du 20 au 23 : De la pluie enfin.​

Les pressions baissent à nouveau, autour de 1010 hectopascals.
C’est durant ces trois jours que la majorité des pluies du mois de juillet tombent. Le 22 on recueille 5 à 10 millimètres sur la plaine et de 15 à 20 sur le relief.
Le vent est faible et variable.
Les températures passent par un minimum le 22 avec 20°C en plaine et 17°C en montagne.

    

Du 24 au 31 : Globalement sec.

Les pressions culminent le 24 à 1027 hectopascals. Elles baissent ensuite graduellement jusqu’en fin de mois.
Les nuages sont majoritaires jusqu’au 26 et donnent le dernier petit passage pluvieux du mois.
Le vent de nord-ouest est assez marqué. On relève des pointes à 40 km/h dans l’albigeois et 70 km/h sur les sommets des Monts de Lacaune.
Les températures se situent entre 25 et 30 degrés pour les maximales.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Rien à signaler de ce coté là.
Orages : Les orages n’ont pas été fréquents et peu intenses.
Grêle : Pas de chutes de grêle importantes à signaler.

   

Source : Météo France

   

   

   

AOÛT 2010

Caractère dominant du mois

Très sec malgré 4 jours de temps orageux par vent de nord-ouest dominant, les températures sont proches de la normale.

  

Précipitations

Il manque près de 80% de la dose du mois dans le Graulhétois et le Lauragais, 70% dans l’Albigeois ainsi que sur le versant nord des Monts de Lacaune. Le seul secteur approchant de la normalité reste la pointe extrême orientale de notre département où le déficit est inférieur à 10% à la normale.

Globalement sur les trois décades, c’est la première qui a été la plus pluvieuse et cela grâce aux pluies orageuses des deux premiers jours d’août. Ces dernières ont été raisonnables quant à leur intensité.
En 10 jours, c’est à Murat sur Vèbre qu’il faut aller chercher le cumul le plus élevé avec ses 31,6mm ; A contrario des 9,2 mm relevé à Dourgne.
En seconde décade, de petites pluies très éparpillées affectent notre département.
Le cumul décadaire le plus haut est atteint une nouvelle fois à Murat sur Vèbre avec ses 31,5 mm ; A contrario des 0,1 mm à Castres !
En troisième décade, seules les journées des 27 et 28 sont l’objets de petites pluies éparses.
Cela donne un cumul décadaire le plus haut à Saint Pierre Trivisy avec seulement 3,4 mm.
Ce manque d’eau est révélé aussi par le fait que certains postes, même de montagne, ont eu 27 jours consécutifs du 05 au 31 sans pluie quotidienne supérieure au seuil de 0,5 mm.
Cela à Anglès, Burlats, Labruguière, Puylaurens, Labastide Rouairoux ,Graulhet.

2010-08.png  

  

Températures

Classé chaud mais ce n’est pas l’impression qu’il laisse. La faute incombe aux deux premières décades qui ont été fraîches par le vent de nord-ouest. La troisième décade redresse la barre avec deux pics de chaleur: Un le dimanche 22 et un autre plus tardif mais plus fort le jeudi 26.

Début du mois plutôt frais, les minimales se situant autour de 1°C sous les normales et les maximales accusant un déficit thermique de 1 à 2°C par rapport aux valeurs habituelles.
C’est le vent de nord-ouest souvent présent qui est la cause de cette fraîcheur relative.
En seconde décade, les températures présentent un coté instable, fluctuant entre hausses et baisses.
Il faut attendre la troisième décade pour enfin retrouver des températures estivales, voire caniculaires !
Cela se concrétise au Séquestre par deux jours de temps très chauds en première et deuxième décade mais six jours en dernière décade.
Au final, la moyenne des températures minimales est dans la norme, les maximales affichant un excédent sur le mois grâce à la période chaude du 19 au 31 révélée par le record de température maximale de 40,3°C atteint le jeudi 26 au Séquestre par vent d’autan.
Il a fait le plus chaud à Burlats le jeudi 26 avec ses 41,9°C et le plus froid le mardi 31 à Couffouleux par ses 4,8°C .

  

Insolation

Ensoleillé, notamment en troisième décade d’août.

Ensoleillé, notamment en troisième décade. Donnant 278 heures d’ensoleillement sur le mois à Albi, soit 22 heures de plus que la normale. Ce mois se situe au 7ème rang sur 22 (Période 1989-2010) en mois août les plus lumineux.
Le mois d’août 91 gardant la première place par ses 308 heures.

  

Vent

Grâce au positionnement de l’anticyclone des Açores c’est le vent d’ouest à nord-ouest qui a soufflé le plus fréquemment durant le mois
C’est également par cette direction que la vitesse maximale du vent instantané a été atteinte dans le Tarn : 76 km/h le vendredi 27 à Murat sur Vèbre.
Mais c’est grâce à l’appui tactique du vent d’autan que nous avons eu les deux pics caniculaires de la dernière décade d’août !

    

Faits marquants

- La journée la plus pluvieuse demeure le dimanche 01 où nous avons relevé 30 mm à Murat sur Vèbre, un peu plus de 20 mm dans le Vaurais et 15 mm sur le Causse de Labruguière.
- Période remarquable de 27 jours consécutifs sans pluie à Labruguière, du 05 au 31 s’il l’on excepte les 0,2 mm du jeudi 12 !
- Après une nuit chaude grâce aux souffles de l’autan, la température grimpe allègrement le jeudi 26 pour culminer à 41,9°C à Burlats.
- C’est le vent de nord-ouest à ouest qui a soufflé le plus fort le vendredi 27 : A 70 km/h dans la vallée du Thoré et à près de 75 km/h sur les sommets des Monts de Lacaune.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 2 : Orageux.

Le temps est demeuré orageux durant ces deux jours, avec remontées de cellules orageuses par flux de sud-ouest au-dessus de la chaîne des Pyrénées.
L’arrosage se faisant alors de manière irrégulière.

  

Du 3 au 8 : Pratiquement sec​.

Où s’immisce un passage faiblement pluvieux dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5.
Sinon, le soleil a la part belle, le vent de nord-ouest limitant les ardeur du soleil.

  

Le 9 : Orages épars.

Faible espoir d’obtenir la pluie salvatrice en soirée !
Il ne tombe qu’ 1 mm à Lacaune et à Saint Pierre Trivisy, 6 mm à Trévien.

    

Du 10 au 14 : Nouvel épisode de beau temps.​

Éclaircies et cumulus rivalisent dans le ciel tarnais, les périodes ensoleillées ayant tendance à se produire en matinée, les nuages cumuliformes se développant de préférence les après-midi.
Cela dans une atmosphère ressentie fraîche par le vent de nord-ouest.

    

Le 15 : Averses.

Journée placée sous le signe d’averses à caractère orageux.

    

Du 16 au 31 : Sec et étouffant​.

Le mois d’août se termine pratiquement sans pluie si nous faisons abstraction de quelques averses isolées sur le relief le jeudi 19 et les vendredi 20 et 27.
A noter deux journées quasi caniculaires où soleil et autan se lient pour permettre aux températures d’atteindre une première fois les 41°C le dimanche 22 à Burlats puis les 42°C à Burlats et Florentin le jeudi 26.

    

Phénomènes divers

Brouillard : C’est à Paulinet qu’il faut chercher le maximum de jours gris: 3 jours les 02, 16 et 29.
Orages : Deux premiers jours orageux du mois ayant donné le plus de quantité d’eau, suivis du 9 et pour finir les averses orageuses du 15 août.
Grêle : Sous forme de grésil le 15 août dans la ville d’Albi.

   

Source : Météo France

   

   

   

SEPTEMBRE 2010

Caractère dominant du mois

Ensoleillé, sec, alternant des périodes estivales avec des journées automnales.

  

Précipitations

Il n’est tombé que 32.4 mm à Albi Le Séquestre pour une valeur normale de 57 mm ; 61 mm à Lacaune contre 96 mm habituellement.
Le cumul mensuel des précipitations de septembre est déficitaire de 30 à 45%, localement de 60% sur la Grésigne et au pied de la montagne Noire.

Le début de mois est sec jusqu’au 5 septembre. Ensuite, un passage perturbé associé à des pluies localement orageuses et soutenues, circulent sur le Tarn. On relève des cumuls qui atteignent les 32.5 mm en 24 heures sur les monts d’Alban.
Du 9 au 15, les précipitations se calment avec le retour d’éclaircies.
Le 16 et 17 arrivent de nouvelles pluies océaniques, qui sont plutôt faibles.
Il faut patienter jusqu’au 23 septembre, pour voir des précipitations faibles à modérées, assurant un arrosage généralisé du département.
Des orages sont aussi observés, localement accompagnés de grêle. Du 25 au 29, le temps est à nouveau sec. Durant le dernier jour du mois, quelques gouttes de pluies tombent irrégulièrement sur le nord du Tarn.
Le cumul mensuel des précipitations de septembre est déficitaire de 30 à 45%, localement de 60% dans le secteur de la Grésigne et au pied de la montagne Noire.
Depuis le début de l’année, le cumul des précipitations sur l’Albigeois est de 433 mm. soit 80 % de la normale. Après six mois quasi normaux, le déficit se creuse fortement depuis le début de l’été.

2010-09.png  

  

Températures

Le début de mois est assez chaud, la fin est plutôt fraîche. La moyenne mensuelle des températures est quasi conforme aux valeurs normales. A noter cependant des températures minimales légèrement inférieures, en particulier en fin de mois.

Le début de septembre est presque estival, avec des températures diurnes qui passent souvent la barre des 30°C en plaine Tarnaise. L’atmosphère se rafraîchit après le passage perturbé du 6 et 7, avec une baisse de 8 à 10 degrés des valeurs relevées l’après-midi. Durant les nuits elles restent au-dessus des 10°C, on remarque 2 périodes avec des températures supérieures à 15°C.
Du 9 au 23, les températures varient beaucoup en restant au-dessus des valeurs de saison. Les températures maximales oscillent entre 25 et 30°C, sauf du 16 au 19 période un peu « moins chaude » avec des valeurs comprises entre 18 et 23°C.
En fin de mois, les températures baissent en dessous des normales saisonnières, avec des nuits marquées par de basses températures.
La température minimale la plus basse du mois :
+1,5°C à Rouairoux (345 m) le 28, 3,2°C à Sénouillac le 30.
A Albi : 4,7°C le 28, le record est de +1°C en septembre 1977.
La température minimale la plus élevée du mois :
19,8°C à Castres le 07.
A Albi : 19,1°C le 07, le record est de 21,4°C en septembre 2006.
La température maximale la plus élevée du mois :
35,8°C à Castres le 5, 29,6°C à Lacaune (805 m) le 5.
A Albi 32°C le 05, le record est de 36,4°C en septembre 2005.
La température maximale la plus basse du mois :
10°C à Lacaune (805 m) le 26, 15,1°C à Montels le 26.
A Albi 16,1°C le 26, le record est de 10,9°C en septembre 2007.

  

Insolation

Le soleil a brillé généreusement, avec une insolation de près de 224 heures, soit un excédent de 10% par rapport à un mois de septembre normal.

Le soleil est généreux, avec près de 224 heures de présence, soit un excédent de 10% par rapport à un mois de septembre normal.
Cela s’explique par la présence de conditions anticycloniques avec de l’air sec, en particulier durant la seconde décade et par le faible nombre de journées perturbées.

  

Vent

Le vent d’Ouest domine durant ce mois de septembre. Ses rafales atteignent 67 km/h en plaine Tarnaise, 97 km/h sur les plus hauts sommets Tarnais.
Le vent d’Autan (de Sud-Est) a soufflé à trois reprises avec des pointes limitées à 68 km/h dans le pays Castrais.

    

Faits marquants

- Il n’est tombé que 36,7 mm durant ce mois de septembre à Murat sur Vebre vers 1000 m d’altitude dans la montagne du Haut Languedoc, contre une moyenne de 160 mm habituellement.
- Sur la plaine Albigeoise, pas de précipitations significatives (supérieure à 1 mm) entre le 05 août et le 06 septembre 2010. De plus, seulement 4 journées de précipitations significatives en septembre.
- Des températures élevées en début de mois, en plaine, elles sont souvent supérieures à 30°C l’après-midi et douces la nuit avec par exemple, des valeurs minimales le 7 septembre de 19,8°C à Castres et 19.1 à Albi.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 5 : Anticyclonique.

Les pressions remontent au-dessus de 1015 Hpa, sous l’effet d’un anticyclone centré sur le Nord de l’Europe, qui se prolonge vers la France.
Dans un courant faible de secteur Est, les perturbations océaniques sont bloquées au large.
La nébulosité est faible, l’ensoleillement généreux.
Le vent est faible et variable en direction.
Les températures sont élevées, dépassant souvent les 30°C l’après-midi.

  

Du 6 au 9 : Dégradation​.

Les pressions chutent, une perturbation traverse la région, prenant localement un caractère orageux.
Dans un courant d’Ouest puis Nord-ouest les pluies sont parfois modérées et le ciel très nuageux à couvert.
Le vent se renforce en soufflant en fortes en rafales.
Les températures, diurnes sont en baisse en-dessous des normales saisonnières.

  

Du 10 au 22 : Retour au calme.

Les pressions remontent rapidement établissant des conditions anticycloniques sur notre région.
Le temps est sec avec de belles périodes ensoleillées, les nuages ne sont que passagers laissant la part belle aux éclaircies.
Le vent est faible à peine plus sensible sur le relief soufflant du secteur Ouest dominant.
Les températures en journée sont souvent élevées, parfois estivales. Les nuits sont un peu fraîches.
Le 16 et 17 une perturbation peu active traverse notre région. Les pluies sont faibles, les températures baissent brutalement de près de 10°C l’après-midi du 16, puis remontent lentement par la suite.

    

Du 23 au 30 : Un goût d'automne.​

Les pressions baissent avec l’arrivée d’une perturbation active océanique, qui traverse notre région les 23 et 24, accompagnée par moment d’orages. Le baromètre remonte progressivement après le 25, dans un courant de Nord-Ouest qui devient anticyclonique et sec.
Sous un ciel très nuageux à couvert, des pluies faibles à modérées arrosent le département, suivies le 25 de quelques averses. Le temps est le ciel s’améliore par la suite, avec le retour d’un temps sec et de périodes de plus en plus ensoleillées.
Le vent d’Ouest puis Nord-Ouest modéré à assez fort, faiblit lentement mais maintient une sensation de fraîcheur.
Les températures, chutent nettement en-dessous des normales de saison, en particulier durant les nuits. Du 27 au 30 elles gagnent quelques degrés en journée.
En toute fin de mois, le ciel se couvre au passage d’une perturbation peu active, dans un faible flux d’Ouest, avec des pluies faibles et éparses.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Aucun brouillard généralisé s’est posé sur la plaine Tarnaise durant ce mois de septembre.
Orages : De nombreux orages sont observés le 6 et 7 ainsi que le 23 et 24 septembre. Ils sont plus actifs sur le Sud et le relief du Tarn.
Grêle : Durant l’orage du 24 septembre, une averse de grêle est observée sur le Lauragais.

   

Source : Météo France

   

   

   

OCTOBRE 2010

Caractère dominant du mois

Le temps fut très varié, ce qui est assez classique en ce changement de saison.

  

Précipitations

Les pluies sont souvent excédentaires, sauf le long d’une ligne allant du pied de la Montagne Noire aux Monts d’Alban.
Leur intensité fut modérée à forte car elles sont tombées en peu de jours, notamment les 4, 10, 24 et 31.

Souvent sous l’emprise du vent d’Autan, les Monts d’Alban, le Sidobre et le pays Castrais n’ont reçu que 70 à 80% de la hauteur d’eau normale pour un mois d’octobre.
La moitié ouest du département a été un peu plus arrosée, en particulier de Rabastens à Salvagnac où l’on enregistre un excédent de 50 %.
Mais c’est de la vallée du Thoré au versant méditerranéen des Monts de Lacaune que les excès de pluie ont été les plus marqués, avec jusqu’à 70% de plus que la moyenne.
La caractéristique de ce mois est le faible nombre de jours de pluie, partout inférieur à la moyenne, sauf sur les Monts de Lacaune. Par conséquence, les séquences pluvieuses ont été le plus souvent modérées à fortes, notamment les 4, 10, 24 et 31.
Du 4 au 8, un épisode de pluies portées par le marin donne jusqu’à 200 millimètres dans la vallée du Thoré.
Les pluies ont cependant été bien absorbées par les sols et les cours d’eau, et même les bienvenues, car octobre 2010 fait suite à 3 mois d’été particulièrement secs.
Depuis le 1er janvier, il est tombé 515 mm à Albi, soit 100 mm de moins que la normale de la période de janvier à octobre. Il en est de même à Lacaune, avec 982 mm en 2010, pour 1114 mm en moyenne sur 10 mois.

2010-10.png  

  

Températures

Après une première décade très douce, le froid s’installe sur le Tarn, avec de petites gelées nocturnes sous abri jusqu’en plaine à partir du 20.
Le bilan mensuel est à peine un peu frais, avec 1 degré de déficit en moyenne.

Jusqu’au 13, la douceur règne sur le Tarn, aidée par l’Autan et un bel ensoleillement.
Excepté les 10 et 11, la température dépasse les 20 degrés tous les jours en plaine, et même souvent les 25 degrés, en particulier du Vaurais à l’Albigeois.
Ensuite, l’atmosphère se rafraîchit sensiblement. Les premières gelées sous abri se produisent jusqu’en plaine le 21 octobre, ce qui est assez précoce, la date record étant le 15 octobre à Albi. On enregistre aussi le passage de la température maximale sous les 10 degrés le 15 pour la première fois de l’automne, ce qui avance de 2 jours le record de ces 34 années de mesures à Albi.
Il faut attendre les derniers jours du mois pour retrouver des valeurs plus conformes à la saison.
La douceur de la première décade n’empêche pas le bilan du mois d’être frais dans l’ensemble. C’est en journée que le déficit est le plus marqué et généralisé : il manque environ 1 degré sur la plaine tarnaise, à Dourgne ou Albi, et près de 2 degrés à Lacaune. Les températures nocturnes sont souvent proches des normales, notamment au pied de la Montagne Noire et sur les hauteurs.
A Albi, on relève plus de 1 degré sous la moyenne des minimales.
Après les mois de juin, juillet et août plus chauds que la normale, le déficit, faible en septembre, s’accentue en ce mois d’octobre, sans être exceptionnel cependant.
Depuis le 1er janvier, entre un hiver froid et un été chaud, l’équilibre est atteint sur 10 mois à 1 ou 2 dixièmes près, à Albi comme à Lacaune.

  

Insolation

Malgré la fraîcheur et le bilan globalement pluvieux, le soleil fut généreux, en particulier en début et en fin de mois.
Le cumul mensuel dépasse de 20% la moyenne albigeoise.

Grâce à sa présence généreuse jusqu'au 9 puis à partir du 20, le soleil nous accorde 27 heures de supplément à Albi sur le mois, soit 20% de plus que la moyenne 1989-2010.
Avec 167 heures, octobre 2010 se situe dans les années les plus ensoleillées, le record étant de 226 heures en 1989, très loin des 39 heures enregistrées en 1992.

  

Vent

Le vent de sud-est a soufflé sans relâche dans son domaine du sud tarnais jusqu’au 12 puis a laissé la place au vent d’ouest jusqu’au 20 avant de reprendre régulièrement au cours de la dernière décade.
Sur le causse de Labruguière, les rafales de l’Autan ont dépassé à 14 reprises les 60 km/h, contre 9 en moyenne, en octobre. Les 100 km/h y ont été enregistré 3 fois, les 7, 8 et 29, alors que la moyenne est de 1 jour.

    

Faits marquants

- Le vent d’Autan a été très présent en ce mois d’octobre, avec 14 jours à plus de 60 km/h, contre 9 jours en moyenne, sur le causse de Labruguière, où il a soufflé sans discontinuer du 1er au 12.
- On relève également 3 jours à plus de 100 km/h.
- Le domaine de l’Autan a donc été relativement épargné par la pluie alors que le versant méditerranéen fut très arrosé.
- Ce mois de début d’automne fut finalement très classique passant du chaud au froid, avec l’arrivée des premières gelées sur la plaine tarnaise en deuxième quinzaine.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 13 : Encore estival.

Dans un courant de sud à sud-ouest dominant, 2 passages perturbés traversent la région le 4 puis les 9 et 10.
La nébulosité est importante au passage des perturbations citées mais, hormis ces 3 jours, le soleil domine largement sur l’ensemble de la période.
Le vent d’Autan est omniprésent sur le sud tarnais et les hauteurs jusqu’au 12. Le vent d’ouest parvient parfois à s’engouffrer sur la plaine, notamment le 4 au passage de la perturbation.
Les températures sont très douces et dépassent encore à plusieurs reprises les 25 degrés sur l’Albigeois.

  

Du 14 au 20 : Coup de fraîcheur​.

Dans un courant de nord à nord-est puis nord-ouest, des passages perturbés peu actifs nous touchent, apportant de l’air beaucoup plus frais.
La nébulosité est plus changeante et le plus souvent chargée, malgré quelques journées plus lumineuses.
C’est au tour du vent d’ouest à nord-ouest de souffler sans relâche et souvent assez fort sur les hauteurs.
Les thermomètres prennent un coup de froid, de nuit comme de jour, en particulier entre le 15 et le 19.

  

Du 21 au 31 : Ensoleillé mais frais.

Dans un courant d’ouest, le temps est perturbé jusqu’au 23, puis un flux de nord apporte une accalmie jusqu’au 28, avant le retour de la pluie par le sud-ouest en toute fin de mois.
La nébulosité est globalement faible et la dernière décade de ce mois est plus ensoleillée que la moyenne.
Le vent hésite entre le sud-est et l’ouest, l’Autan ne se levant vraiment que dans son domaine, afin de se généraliser en fin de mois. Il souffle alors fort sur le causse de Labruguière.
Les températures restent fraîches jusqu’au 28, voire froides la nuit avec les premières gelées en plaine puis retrouvent la normale pour terminer le mois.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Aucun brouillard généralisé n’a été observé et la plaine fut épargnée par le phénomène. En moyenne, on enregistre 3 jours de brouillards en octobre à Albi.
En revanche, les abords du relief ont été souvent accrochés entre le 13 et le 21.
Orages : Les pluies du 4 ont été accompagnées de coups de tonnerre de la Grésigne au Ségala et le long des Monts d’Alban, ainsi que celles du 31 mais de façon très localisée.
Malgré une première décade au caractère encore estival, ce mois d’octobre n’a pas été marqué par les orages.
Grêle : Ni grêle, ni grésil n’a été observé au cours du mois. La neige ne se s’est pas manifestée non plus malgré l’offensive du froid en seconde quinzaine.

   

Source : Météo France

   

   

   

NOVEMBRE 2010

Caractère dominant du mois

Assez pluvieux, plutôt froid et peu ensoleillé.

  

Précipitations

Ce mois de novembre a été marqué par de fréquents passages pluvieux, surtout après le 6, mais la répartition des précipitations reste inégale. De Dourgne à Lavaur, ainsi que du coté de Murat-sur-Vèbre le déficit est de 10 à 30 %. Dans le Gaillacois et du Ségala aux Monts de Lacaune on enregistre un excédent de 20 à 40 %. Sur le reste du Tarn les précipitations sont à peu près normales.

Les épisodes pluvieux, s’ils n’ont pas toujours été marqués, ont été fréquents à partir du 07.
La répartition spatiale est toutefois très inégale.
Le secteur de Dourgne est mis au régime sec et accuse un déficit de plus de 30 %. Il en va de même dans le secteur de Murat-sur-Vébre.
Dans le Vaurais on atteint 80 % de la valeur habituelle.
A contrario les secteurs de Vabre, Saint Pierre de Trivisy et Valence d’Albigeois sont très arrosés, avec un excédent de 40 à 60 %.
Sur le reste du département les précipitations sont à peu de choses près normales.
Depuis le premier janvier on constate que le manque d’eau est important.
Sur Albi il est de 14 %. Il est du même ordre sur la partie nord du Tarn ainsi qu’au pied de la Montagne Noire. Entre ces deux zones les cumuls de pluies sont quasi normaux.
A noter enfin deux épisodes de neige.
Un le 26 en montagne, donnant 6 centimètres à Lacaune.
Le deuxième le 27 en plaine et sur les coteaux du nord-ouest tarnais. Il donne entre 3 et 5 cm.

2010-11.png  

  

Températures

Novembre 2010 est plutôt froid. Les températures moyennes se situent la plupart du temps 1 degré environ sous les normales.

Novembre 2010 est un peu plus froid qu’à l’accoutumée.
C’est surtout au niveau des températures maximales qu’on le constate.
Au sud d’une ligne Puycelsi/Vabre l’écart à la valeur normale est de moins de un degré.
Au nord de cette ligne les minimales se trouvent plutôt entre 1 et 2 degrés sous les valeurs habituelles.
Sur le Ségala enfin, l’écart est supérieure à 2 degrés.
La période la plus chaude se situe entre le 13 et le 15 novembre. A partir de cette date les températures diurnes descendent et restent cantonnées entre 5 et 12 degrés sur la plaine.
C’est à Burlats qu’il a fait le plus chaud, avec 23,5°C le samedi 13.
Il a aussi fait très doux en montagne ce même jour, avec par exemple 20,2°C aux lac des Montagnès.
Les minimales sont normales ou légèrement supérieures à la moyenne à peu près partout. On remarque une première offensive froide le 17 avec de fréquentes gelées, puis une seconde à partir du 24, avec des gelées souvent généralisées.
C’est le 27 au matin qu’il a fait le plus froid. Il a gelé partout et à Lacaune le thermomètre est descendu à -7,6°C .

  

Insolation

Le soleil s’est montré chiche avec les tarnais.
Il n’a brillé que 57 heures au lieu de 94 habituellement. C’est le mois de novembre le moins ensoleillé depuis le début des mesures en 1989 à la station d’Albi le Séquestre.

Nous avons vécu le mois de novembre le moins ensoleillé depuis le début des mesures à Albi en 1989.
Le déficit est particulièrement marqué sur la première et la troisième décade, la deuxième restant normale.
Tous mois confondus c’est le troisième mois le moins ensoleillé, après octobre 1992 et décembre 2002.

  

Vent

C’est le vent d’ouest à nord-ouest qui a été le vent dominant de ce mois, accompagnant les nombreuses perturbations qui nous ont touché. Il a parfois soufflé fort, comme le 16 novembre, avec plus de 85 km/h sur les crêtes des Monts de Lacaune.
Quelques épisodes d’Autan ont réussi à s’immiscer entre les périodes de vent d’ouest, comme le 13 et le 14, avec beaucoup de douceur à la clé, mais aussi le 19 et le 20 et en toute fin de mois. Malgré sa rareté c’est l’Autan qui a soufflé le plus fort avec 90 km/h sur l’aéroport de Castres-Mazamet les 14 et 30 novembre.

    

Faits marquants

- Des chutes de neige se produisent le samedi 27 au matin blanchissant la campagne sur un large secteur allant de l’Albigeois au Gaillacois et du plateau Cordais au Ségala.
- On relève 2 à 3 centimètres en plaine et jusqu’à 6 centimètres sur les coteaux.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 6 : Calme.

Les pressions sont élevées, culminant à plus de 1030 hectopascals le 03.
Le temps est globalement sec.
Mais, malgré la présence de l’anticyclone, une petite perturbation parvient à s’infiltrer et donne des pluies faibles le 3.
Le vent vient de l’ouest à nord-ouest. On mesure quelques rafales à 70 km/h dans le secteur de Murat-sur-Vébre.
Les températures sont à peu près de saison.

  

Du 7 au 10 : Perturbé​.

Les pressions sont basses et atteignent leur minimum du mois le 9, avec 984 hectopascals à Albi.
Dans un courant de nord-ouest puis nord, piloté par une dépression stagnant sur l’Angleterre plusieurs jours avant de se décaler sur le nord de l’Allemagne, des perturbations circulent apportant de la pluie et quelques averses de neige sans conséquences au delà de 900 mètres d’altitude le 08.
Le vent d’ouest à nord-ouest est marqué.
Les températures sont un peu fraîches.

  

Du 11 au 16 : Momentanément plus doux.

Parties à 1020 hectopascals le 12, les pressions connaissent une petite faiblesse le 14 à un peu plus de 1000 hectopascals. Elles remontent ensuite.
Dans un courant d’ouest puis sud-ouest une perturbation, assez active coté Méditerranée, nous touche le 12. La pluie est à nouveau là le 15 et le 16.
Le vent d’Autan souffle le 13 et le 14.
Les températures se radoucissent et c’est le 13 qu’il fait le plus chaud. Le 16 et le 17 une baisse très nette se produit.

    

Du 17 au 23 : Pluvieux.​

Les pressions baissent graduellement jusqu’au 21 avant de remonter.
Il pleut, excepté le 19. 
L’Autan refait parler de lui le 19 et le 20 avant que le vent d’ouest ne reprenne ses droits.
Les températures se calent sur les valeurs de saison, avec un peu de douceur le 19. Elles baissent en montagne le 23.

    

Du 24 au 30 : Pluie et neige.

La pression est globalement à la baisse pour terminer à 995 hectopascals en fin de mois.
De petites perturbations nous affectent au cours de ces 7 jours.
Il neige et cette tient sur le sol.
On la voit en montagne entre le 25 et le 26 et jusqu’en plaine le samedi 27 où elle donne une couche de quelques centimètres qui fond assez vite.
Le vent d’ouest souffle, puis les deux derniers jour l’Autan prend le relais de manière assez nette. Il atteint 90 km/h en rafales sur le Causse de Labruguière.
Les températures maximales baissent mais assez peu. C’est surtout les minimales qui se refroidissent avec de fortes gelées notamment le 27.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Le brouillard a été fréquent au cours de ce mois. Il est souvent signalé en montagne, dans les secteurs d’Anglès, de Saint Pierre de Trivisy et de Lacaune. Mais on en trouve aussi dans la vallée du Tarn à de nombreuses reprises.
Orages et grêle : Le 21 le tonnerre s’est fait entendre au-dessus de Monts de Lacaune. Il s’est accompagné d’une petite averse de grésil dans le secteur de Vabre.

   

Source : Météo France

   

   

   

DÉCEMBRE 2010

Caractère dominant du mois

Froid, sec et neigeux.

  

Précipitations

La plupart des épisodes pluvieux du mois ont été très peu actifs et souvent sous forme de neige recouvrant les sols jusqu’en plaine à deux reprises. On observe seulement un épisode très pluvieux et le bilan est déficitaire en plaine comme en montagne de parfois plus de 50%.

L’année se termine avec un mois sec tout particulièrement en montagne où il est tombé a peine le tiers des précipitation normales pour un mois de décembre. Ces précipitations sont fréquemment neigeuses jusqu’en plaine à trois reprises les 2-3, 16-17 et enfin du 23 au 25. C’est au cours de ce dernier événement neigeux que l’on observe l’épisode le plus marquant du mois avec des pluies assez abondantes le 23 avant le retour du froid et de la neige.
En effet, les pluies du 23 représentent souvent plus de la moitié des pluies du mois ; à Albi, les 27,8 mm relevés le 23 correspondent aux 2/3 des précipitations du mois.
Le déficit du mois est marqué avec 30% sur Albi, 40 % à Montredon-Labessonnié mais jusqu’à 70% à Lavaur et Lacaune !
C’est le poste de Cordes qui fut le plus arrosé avec près de 80 mm sur le mois, un cumul essentiellement du aux 57,2mm relevés le 23.
Sur la Montagne Noire, on observe seulement 6 j de précipitation au lac des Montagnès avec des la neige observée systématiquement.
La neige est assez abondante la veille de Noël avec 3 à 5 cm en plaine et près de 10 cm sur les coteaux tarnais.

2010-12.png  

  

Températures

L’hiver a quelques jours d’avance avec des températures bien froides. On observe tout de même quelques bouffées de chaleur les 8, 22 et en toute fin d’année. Les gelées sont très fréquentes, parfois fortes et perdurant toute la journée au moment de Noël.

Le froid s’installe sur la région ne s’accordant que trois courtes pauses de douceur. Les gelées sont fréquentes et parfois fortes notamment sur les sols enneigés au moment de Noël où le mercure passe sous la barre des -10 degrés du Ségala aux Monts de Lacaune. On relève jusqu’à
-14°C à Lacaune, -10°C à Puycelci et Burlats. Quelques journées sans dégel se produisent lors des chutes de neige.
Parlons un peu de la douceur avec un pic remarquable le 8 où les températures dépassent les 20 degrés en plaine, jusqu’à 22,6°C à Lautrec, 22,9°C à Burlats ; des valeurs proches des records absolus pour un mois de décembre.
La moyenne des températures minimales est généralement négative même en plaine et en journée nous nous situons 2 degrés en dessous de la moyenne.
Décembre 2010 se classe au 5e rang des plus froids depuis 1976 mais il faut aussi noter que ce début de siècle est marqué par des mois de décembre souvent froids comme en 2001, 2005.
Avec ce mois bien froid, l’année 2010 a connu 7 mois froids contre deux chauds (3 ont été normaux) et il faut remonter aux années 80 pour trouver une année aussi fraîche (84 et 85).

  

Insolation

Après un mois de novembre bien gris, le soleil brille généreusement en fin d’année avec 108 h de soleil soit 25% de plus que la moyenne malgré 7 journées sans soleil.

Après avoir battu des records de faible ensoleillement en novembre, les conditions anticycloniques fréquentes favorisent le retour du soleil. L’excédent est de 23h sur le mois et l’année 2010 se termine avec un cumul de 2134 h de soleil ce qui est très proche de la normale.

  

Vent

L’Autan a soufflé à trois reprises et à chaque fois durant 5 jours sur le pays castrais. Ce vent a rarement atteint la plaine albigeoise qui a connu un mois plutôt calme, le vent étant calme à 45 % et n’ayant jamais dépassé les 60 km/h. Sur la causse de Labruguière, il en est autrement avec 14 j de vent fort pour une moyenne de 10 j en décembre. C’est le vent d’Autan qui a soufflé de plus fort avec 101 km/h enregistré le 21 à Labruguière.

    

Faits marquants

- Elle s’était déjà invitée sur la plaine tarnaise fin novembre (le 27) et elle revient à trois reprises avant la fin de l’année, c’est la neige qui restera une nouvelle fois le fait le plus remarquable de ce mois. Elle recouvre la plaine Tarnaise à deux reprises ce qui fait monter le nombre de jours avec un sol enneigé à Albi à 8 pour l’année 2010 ; un record depuis l’ouverture de la station en 1988.
Le précédent record étant de 5 en 2006 et 2009.
- On observe aussi 3 journées sans dégel soit un cumul de 7j en 2010, il faut remonter en 1985 et 1987 pour observer plus de journées sans dégel en plaine. Avec un mois de décembre froid, 2010 se classe comme l’année la plus fraîche depuis 1986.

 

   

RÉSUMÉ :

Du 1er au 3 : Hivernal.

Le mois commence dans une ambiance bien froide et perturbée avec des chutes de neige jusqu’en plaine et tenant au sol sur les hauteurs tarnaises. On observe jusqu’à 10 cm sur le Ségala à Tanus.
Les gelées sont assez fortes, approchant les -10°C sur les Monts de Lacaune.

  

Du 4 au 8 : Retour du soleil et redoux​.

Les pressions amorcent la baisse à l’avant d’une perturbation océanique.
Le vent d’Autan se lève et la douceur envahit le département avec un pic le 8 où le mercure dépasse les 20°C en plaine.
Le soleil tente quelques percées réussies le 7 et le 8. Des petites pluies traversent le Tarn sans quantité significative.

  

Du 9 au 15 : Froid sec.

Les pressions atmosphériques sont anticycloniques.
Dans un courant de nord à nord-est, le froid envahit le Tarn.
Les températures sont hivernales avec des gelées de plus en plus marquées, le mercure restant négatif toute la journée le 15 jusqu’en plaine.
Le soleil est généreux après quelques grisailles matinales.

    

Du 16 au 22 : Neige puis redoux.​

Les pressions dégringolent de 25 hPa en 24 h .
Le ciel se couvre et la neige est de retour sur des sols très froids déclenchant le niveau 3 de la vigilance météorologique s la nuit du 16 au 17 mais un léger redoux fait remonter la limite pluie/neige vers 600m… plus de peur que de mal avec tout de même 10 cm à Lacaune...
Un temps sec et froid s’installe ensuite avant une nouvelle perturbation hivernale.
Le vent est faible dans un premier temps puis l’Autan se lève dans le pays Castrais du 18 au 22.

    

Du 23 au 27 : Pluie, neige et froid.

Les pressions baissent d’un cran au passage d’une perturbation pluvieuse puis neigeuse le 23 avant une hausse spectaculaire de 37 hPa en 4 jours !
Les nuages recouvrent le département jusqu’à Noël avant le retour d’un froid soleil d’hiver les 26 et 27.
Le vent de nord-ouest souffle fort en montagne les 23/24 puis l’Autan fait son retour le 27.
Les températures perdent plus de 15°C entre le 22 et le 25 et les sols enneigés favorisent de très fortes gelées nocturnes les 26 et 27 avec -8 à -12°C entre la plaine et la montagne.
La neige est abondante de la Grésigne au Ségala dans la nuit du 23 au 24 avec parfois plus de 10 cm sur les coteaux.

    

Du 28 au 31 : Redoux​.

L’Autan fait son retour jusqu’au Réveillon apportant une ambiance douce mais nuageuse avec un peu de pluie les 30-31.

    

Phénomènes divers

Brouillard : Pas de grêle ni d’orage ce mois-ci mais il faut remarquer que ce genre de phénomène est très rare en dehors de l’été et du printemps.
Les brouillards sont plus fréquents en cette saison, on en a observé à 4 reprises sur Albi.
Neige : Avec 3 épisodes dont 2 avec des sols enneigés à Albi, la tendance à une augmentation des jours de neige se confirme…
Le 24 on observe des congères de plusieurs dizaines de centimètres sur le plateau Cordais sous l’effet du vent de nord-ouest.
2 de ces 3 épisodes déclenchent le niveau 3 de la vigilance météorologique sur une échelle allant de 1 à 4.

   

Source : Météo France